AVC et activité physique

Soins et prévention


Août 2014. Il est acquis que l’activité physique améliore la fonction cardio-vasculaire, la capacité de marcher et la force musculaire (en particulier dans les bras) chez les patients victimes d’un AVC. L’exercice pourrait également améliorer l’humeur, la fonction cognitive et la qualité de vie.

Peu de professionnels de la santé conseillent l’exercice comme forme de thérapie. Après un AVC, les patients restent inactifs, entraînant des troubles de l’humeur ainsi qu’une mauvaise santé physique. Différentes obstacles les empêchent de pratiquer une activité physique : la sévérité de l’AVC, la fatigue, un manque de soutien et de motivation.

« Les patients n’imaginent pas les bénéfices qu’ils pourraient tirer d’un programme d’entraînement. Ou bien ils éprouvent de la gêne à fréquenter une salle de gymnastique », déclare l’auteur de l’étude.

Ce programme inclut des exercices d’aérobie et d’entraînement visant à renforcer la musculation. Ils s’accompagnent d’exercices d’assouplissement et d’équilibre.

Il est généralement recommandé de pratiquer une activité au mois trois jours par semaine avec des séances d’entraînement de 20 à 60 minutes.

Des séances plus courtes (10-15 minutes) ET d’intensité modérée peuvent cependant s’avérer suffisants.

Sources :

The Happy Antics programme: Holistic exercise for people with dementia. Journal of Bodywork and Movement Therapies, 2014.

Physical Activity and Exercise Recommendations for Stroke Survivors: A Statement for Healthcare Professionals From the American Heart Association/American Stroke Association. Stroke, 2014.