Alzheimer : la divulgation du diagnostic est peu répandue

Actualités

diagnosticMoins de la moitié (45%) des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer (ou de leurs proches) sont mises au courant du diagnostic d’Alzheimer que le médecin leur a posé, selon un rapport de l’Association Alzheimer américaine paru en avril 2015.

Ce pourcentage est légèrement supérieur à celui rapporté par l’organisme américain Center for Control Disease (35%).

« Cela est inacceptable », déclare Beth Kallmyer, un des responsables de l’Association. « Les patients ont le droit de savoir. La divulgation du diagnostic est une pratique qui devrait être courante. »

« Ce taux de divulgation étonnamment faible dans la maladie d’Alzheimer n’est pas sans rappeler celui observé pour le cancer dans les années 1950 et 60, alors que le mot cancer était tabou », a t-elle ajouté dans son communiqué.

La suite sur le site web d’Otitti.net


L’annonce d’un diagnostic : les recommandations de la Haute Autorité de Santé (France)

En 2009, la Haute Autorité de Santé a émis des recommandations concernant l’annonce du diagnostic. Il y est rappelé qu’il s’agit d’une obligation tant légale que déontologique :

  • « Toute personne a le droit d’être informée sur son état de santé » (extrait de l’art. L 1111-2 du Code de la santé publique).  
  • « Toute personne a accès à l’ensemble des informations concernant sa santé détenues, à quelque titre que ce soit, par des professionnels et établissements de santé, notamment des résultats d’examen » (extrait de l’art. L. 1111-7 du Code de la santé publique).
  • « Le médecin doit à la personne qu’il examine, qu’il soigne ou qu’il conseille une information loyale, claire et appropriée sur son état, les investigations et les soins qu’il lui propose », sauf exceptions strictement prévues par la loi et justifiées par l’intérêt du patient (article 35 alinéa 1er du Code de déontologie médicale).

Les conseils de la Haute Autorité de Santé 

Lorsque l’annonce du diagnostic est faite, le médecin doit :

  • rappeler entre autres au patient les raisons de sa venue ;
  • parler de façon claire et concise des résultats du bilan clinique et du diagnostic retenu :

– le terme de maladie d’Alzheimer doit être prononcé, alors que celui de démence doit être évité. Avant de prononcer le terme de maladie d’Alzheimer, le médecin doit expliquer au patient qu’il présente des troubles de mémoire, puis qu’il est atteint d’une maladie affectant le cerveau ;

– si le diagnostic touche une autre forme de démence (démence vasculaire, démence à corps de Lewy, dégénérescence fronto-temporale ou cortico-basale), le médecin doit décrire de manière claire les caractéristiques de  ces maladies ;

– le médecin doit écouter le patient, le laisser réagir face à l’annonce du diagnostic et s’assurer que l’annonce a bien été comprise.

Sur le même thème

Le diagnostic de la démence

Diagnostic de la démence: quels sont les examens nécessaires ?

Les démences secondaires : causes et diagnostic