Alzheimer : quelle est l’évolution de la maladie ?

Actualités

L’évolution de la maladie d’Alzheimer se fait lentement, avec des étapes associées à différents types de comportements courants.

Elle affecte la plupart des régions de votre cerveau. La maladie peut affecter la mémoire, la pensée, le jugement, la langue, la résolution de problèmes, la personnalité et le mouvement.

La maladie d’Alzheimer est associée à cinq phases: la maladie d’Alzheimer préclinique, un déficit (déclin) cognitif léger dû à la maladie d’Alzheimer, une démence légère due à la maladie d’Alzheimer, une démence modérée due à la maladie d’Alzheimer et une démence sévère liée à la maladie d’Alzheimer.

Lire également sur les différents stades de la maladie d’Alzheimer

Pour rappel, la démence est un terme utilisé pour décrire un groupe de symptômes qui affectent suffisamment les capacités intellectuelles et sociales du patient pour interférer avec la fonction quotidienne.

L’évolution de la maladie d’Alzheimer distingue cinq étapes, mais il est important de savoir que ces étapes ne sont que des généralisations approximatives. La maladie est un processus continu. Chaque personne a une expérience différente de la maladie d’Alzheimer et de ses symptômes.

Maladie d’Alzheimer au stade préclinique

La maladie d’Alzheimer commence bien avant l’apparition de tout symptôme. Cette étape s’appelle la maladie d’Alzheimer préclinique et elle est généralement identifiée uniquement dans les milieux de la recherche. Ni le patient ni son entourage ne remarquent de symptômes durant cette étape.

Cette phase de la maladie d’Alzheimer peut durer des années, voire des décennies. Bien que l’on ne remarque aucun changement, les nouvelles technologies d’imagerie peuvent  identifier les dépôts d’une protéine appelée bêta-amyloïde, caractéristique de la maladie d’Alzheimer. La capacité d’identifier ces dépôts précoces peut être particulièrement importante pour les essais cliniques et à l’avenir, à mesure que de nouveaux traitements seront développés dans la maladie d’Alzheimer.

Des biomarqueurs supplémentaires – des mesures pouvant refléter un risque accru de maladie – ont été identifiés dans la maladie d’Alzheimer. Ces biomarqueurs peuvent être utilisés pour étayer le diagnostic de la maladie d’Alzheimer, généralement après l’apparition des symptômes.

Les tests génétiques peuvent également vous dire si l’on a un risque plus élevé de maladie d’Alzheimer, en particulier de maladie d’Alzheimer à un stade précoce. Ces tests ne sont pas recommandés pour tout le monde, mais le médecin peut déterminer si ces tests génétiques peuvent être utiles.

Comme pour les nouvelles techniques d’imagerie, les biomarqueurs et les tests génétiques deviendront de plus en plus importants à mesure que de nouveaux traitements dans la maladie d’Alzheimer seront mis au point.

Déficit cognitif léger dû à la maladie d’Alzheimer

Les personnes atteintes de déficit cognitif léger (DCL) subissent de légers changements de leur mémoire et leur capacité de penser. Ces changements ne sont pas assez importants pour avoir une incidence sur le travail ou les relations. Les personnes avec DCL peuvent avoir des défaillances de mémoire pour ce qui a trait aux informations qui sont généralement facilement mémorisables, telles que des conversations, des événements récents ou des rendez-vous.

Ces personnes peuvent également avoir du mal à évaluer le temps nécessaire à l’exécution d’une tâche ou à évaluer correctement le nombre d’étapes nécessaires à la réalisation d’une tâche. La capacité de prendre de bonnes décisions peut devenir plus difficile.

La maladie d’Alzheimer n’est pas associée à un déclin cognitif léger qui est souvent diagnostiqué sur la base de l’examen des symptômes par le médecin. Cependant, les examens utilisés pour identifier la maladie d’Alzheimer préclinique peuvent être utilisés à déterminer si le MCI est dû à la maladie d’Alzheimer ou à quelque chose d’autre.

Démence légère due à la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est souvent diagnostiquée au stade de démence légère, lorsqu’il devient évident pour la famille et les médecins qu’une personne a des problèmes importants de mémoire et de pensées qui affectent son fonctionnement quotidien.

Les personnes peuvent éprouver:

Perte de mémoire des événements récents. Les individus peuvent avoir des difficultés particulières à se souvenir des informations récemment apprises et ont tendance à poser sans cesse la même question.

Difficulté à résoudre les problèmes, tâches complexes et bons jugements. Planifier un événement familial ou équilibrer un carnet de chèques peut devenir une tâche accablante. De nombreuses personnes font preuve d’un manque de jugement, par exemple lorsqu’elles prennent des décisions financières.

Changements de personnalité. Les gens peuvent se retirer – en particulier dans des situations socialement difficiles – ou faire preuve d’une irritabilité ou d’une colère inhabituelles. Une motivation réduite à effectuer des tâches est également courante.

Difficulté à organiser et à exprimer des pensées. Trouver les bons mots pour décrire des objets ou exprimer clairement des idées devient de plus en plus difficile.

Se perdre ou égarer des biens. Les individus ont de plus en plus de mal à se repérer, même dans des lieux familiers. Il est également courant de perdre des objets, y compris des objets de valeur.

Démence modérée due à la maladie d’Alzheimer

Lorsque la maladie évolue au stade de démence modérée, les gens deviennent plus confus et commencent à avoir besoin de plus d’aide pour leurs activités quotidiennes et leurs soins personnels.

Les personnes atteintes du stade de démence modérée de la maladie d’Alzheimer peuvent:

Faites preuve d’un jugement de plus en plus pauvre et d’une confusion croissante. Les individus perdent la trace de l’endroit où ils se trouvent, du jour de la semaine ou de la saison. Ils peuvent confondre des membres de la famille ou des amis proches ou confondre des inconnus avec leur famille.

Ils peuvent errer, éventuellement à la recherche d’un environnement plus familier. Ces difficultés font qu’il est dangereux de laisser les personnes atteintes de démence modérée seules.

La perte de mémoire est encore plus grande. Les gens peuvent oublier des détails de leur histoire personnelle, tels que leur adresse ou leur numéro de téléphone, ou le lieu de l’école qu’ils ont fréquentée. Ils répètent leurs histoires préférées ou inventent des histoires pour combler leurs pertes de mémoire.

Besoin d’aide pour certaines activités quotidiennes. Une assistance peut être nécessaire pour choisir les vêtements appropriés en fonction des conditions météorologiques, ainsi que pour se laver, faire sa toilette, utiliser les toilettes et autres soins personnels.

Changements importants de personnalité et le comportement. Il n’est pas rare que des personnes au stade de démence modérée fassent preuve de suspicions sans fondement – par exemple, ils se convainquent que des amis, des membres de leur famille ou des aidants professionnels les volent ou que leur conjoint a une liaison. D’autres peuvent voir ou entendre des choses qui ne sont pas vraiment là.

Les individus deviennent souvent agités ou agités, surtout en fin de journée. Certaines personnes peuvent avoir des crises de comportement physique agressif.

Démence sévère due à la maladie d’Alzheimer

Lorsque la maladie évolue au stade de démence sévère, la fonction mentale continue de se détériorer et la maladie a un impact croissant sur les capacités physiques et les mouvements.

À un stade avancé de démence sévère due à la maladie d’Alzheimer, les personnes:

Perdent la capacité de communiquer de manière cohérente. Elle ne parle plus de manière sensée, bien qu’elle puisse parfois prononcer des mots ou des phrases.

Ont besoin d’une assistance quotidienne pour les soins personnels pour manger, s’habiller, utiliser la salle de bain et toutes les autres tâches quotidiennes liées aux soins personnels.

Présentent un déclin de leurs capacités physiques. Elles ont incapables de marcher sans assistance, de s’asseoir ou de lever la tête sans soutien. Les muscles peuvent devenir rigides et les réflexes anormaux. Finalement, une personne perd la capacité d’avaler et de contrôler les fonctions de la vessie et de l’intestin.