Alzheimer (maladie): espérance de vie

Actualités

L’espérance de vie varie pour chaque personne atteinte de la maladie d’Alzheimer. Elle est de sept à dix ans pour les patients diagnostiqué à 60 ans.

Quelle est l’espérance de vie moyenne de la maladie d’Alzheimer ?

La maladie d’Alzheimer peut également rester non diagnostiquée pendant plusieurs années.  Le délai moyen entre le début des symptômes et le diagnostic de la maladie est de 2,8 ans.

Combien de temps le traitement peut-il ajouter?

Le traitement ne préviendra pas la progression de la maladie. Il est également difficile de savoir si le traitement peut prolonger la vie d’une personne. En fin de compte, la maladie d’Alzheimer progressera et aura des conséquences néfastes sur le cerveau et le corps. Au fur et à mesure de son évolution, les symptômes et les effets secondaires vont s’aggraver.

Cependant, quelques médicaments peuvent ralentir la progression de la maladie d’Alzheimer au moins pendant une courte période. Le traitement peut également améliorer la qualité de vie du malade et aider à atténuer certains symptômes.

Quels facteurs affectent la longévité?

Plusieurs facteurs influent  l’espérance de vie d’une personne.

L’âge du diagnostic. L’âge auquel vous recevez un diagnostic de maladie d’Alzheimer peut avoir le plus grand impact sur votre espérance de vie. Plus vous êtes diagnostiqué tôt, plus vous pouvez vivre longtemps. Des chercheurs américains (Hopkins School of Public Health) ont découvert que l’espérance de vie moyenne des personnes diagnostiquées à 65 ans était de 8,3 ans alors que celle des personnes diagnostiquées à 90 ans est de 3,4 ans.

Le sexe: Une étude de 2004 a révélé que les hommes vivaient en moyenne 4,2 ans après le diagnostic initial. Les femmes vivaient en moyenne 5,7 ans après leur diagnostic.

La gravité des symptômes: les personnes présentant une déficience motrice ou un trouble du comportement telle qu’une chute et une tendance à errer ou à s’éloigner, avaient une espérance de vie plus courte.

Des anomalies cérébrales: l’étude a également mis en évidence un lien entre des anomalies du cerveau et de la moelle épinière et la durée de la vie.




Autres problèmes de santé: Les personnes souffrant d’une maladie cardiaque, ayant des antécédents de crise cardiaque ou de diabète avaient une durée de vie plus courte que les patients sans ces facteurs de santé compliqués.

Selon un autre équipe de chercheurs, trois facteurs semblent vraiment  avoir de l’importance: l’âge au premier symptôme (les personnes âgées meurent plus rapidement), le sexe (les hommes vivent moins longtemps) et le degré de déficit au moment du diagnostic.

Une formule pour prédire le risque de décès

En utilisant ces trois facteurs, ils ont élaboré une formule simple pour prédire les risques de décès des patients. Ensuite, sur la base de ces niveaux de risque, les patients ont été divisés en quatre catégories d’espérance de vie.

Les personnes du dernier quart ont vécu entre quatre ans et demi et neuf ans, soit environ sept ans en moyenne, à compter du diagnostic. Ceux du premier quart ont vécu entre environ un an et neuf mois et cinq ans, soit en moyenne trois ans environ.

Par exemple, selon la formule, une femme de 82 ans atteinte de démence légère à modérée devrait vivre cinq ans après le diagnostic. Un homme de 63 ans atteint d’une démence légère au moment du diagnostic devrait survivre sept ans.

« Une différence de survie de deux à quatre ans peut être extrêmement importante pour planifier le budget nécessaire à la prise en charge du patient « , déclare le chercheur.

La pneumonie est une cause fréquente de décès, provoquée par des problèmes de déglutition qui laisse entrer des aliments ou des boissons dans les poumons, où une infection peut se déclarer.

La déshydratation, la malnutrition, les chutes et d’autres infections sont d’autres causes courantes de décès.