Alzheimer : peu de pertes de neurones finalement ?

Actualités



Fréquemment rencontrée chez les personnes âgées, la maladie d’Alzheimer est considérée comme une maladie neurodégénérative, ce qui signifie qu’elle s’accompagne d’une perte significative et progressive des neurones et de leurs contacts (ou synapses). Une étude conjointe française et canadienne publiée dans Scientific Reports conteste maintenant ce point de vue.




Conduite auprès de plus de 170 sujets à différents stades de la maladie d’Alzheimer, l’étude menée par l’équipe canadienne (Institut universitaire en santé mentale Douglas, Canada) et française (Université Pierre et Marie Curie, France) a montré que la maladie s’accompagne d’un déclin mineur du nombre de neurones et de synapses.

«À notre grande surprise, en étudiant le devenir de huit marqueurs des neurones et synapses dans le lobe préfrontal de nos sujets, nous n’avons observé que des pertes neuronales et synaptiques très mineures. Notre étude suggère donc que, contrairement à ce que l’on croyait, la perte neuronale et synaptique est relativement limitée dans la maladie d’Alzheimer, il s’agit d’un changement radical dans la façon de penser », explique El Mestikawy, l’auteur principal de l’étude.

Les scientifiques ont également tenté de corréler toutes ces pertes synaptiques mineures avec le niveau de démence des sujets. Leurs résultats montrent que les baisses des marqueurs synaptiques sont peu corrélés avec une diminution de la performance cognitive des participants.

Vers d’autres thérapies

L’étude suggère implicitement que la démence est associée à un dysfonctionnement des synapses plutôt qu’à leur disparition dans le cortex du patient. Identifier ce dysfonctionnement pourrait mener au développement de traitements efficaces pour cette maladie.

«Jusqu’à présent, les interventions thérapeutiques visaient à ralentir la destruction des synapses et, selon notre étude, nous devrons modifier notre approche thérapeutique», explique El Mestikawy.

Selon la Société Alzheimer du Canada, 564 000 Canadiens souffrent actuellement de la maladie d’Alzheimer ou d’une autre forme de démence. Le chiffre sera de 937 000 d’ici 15 ans. Actuellement, il n’y a pas de traitement vraiment efficace pour cette maladie.