Bradypsychie

Maladies

La bradypsychie est un symptôme neurologique qui se caractérise par un ralentissement de la pensée mais aussi de la fonction psychomotrice.

Les personnes qui présentent une bradypsychie ont une fonction cognitive plsu lente avec un ralentissement du cours de la pensée. Les processus de pensée qui sont légèrement plus lents que la normale mais n’affectent pas négativement la personne ne sont pas inclus dans le terme bradypsychie.

Elle s’accompagne souvent d’une diminution de l’activité motrice. 

La bradypsychie s’oppose à la tachypsychie, qui se caractérise par la présence d’une pensée excessivement élevée et rapide.

La bradypsychie est une altération qui apparaît fréquemment dans les maladies qui détériorent les fonctions cognitives, telles que les troubles de la démence ou les troubles schizophréniques.

Caractéristiques de la bradypsychie

La bradypsychie constitue un trouble de la pensée qui se définit par la génération d’une lenteur exagérée dans les processus cognitifs.

Le terme bradipsiquia vient du grec où « bradi » signifie lent et « psíquia » signifie pensée ou esprit.e.

En ce sens, le terme bradypsychie n’est pas employé pour déterminer un processus de pensée légèrement inférieur à la normale.

La bradypsychie ne se réfère pas au niveau intellectuel que chaque personne présente, mais définit une qualité pathologique dans laquelle la pensée est anormalement ralentie en raison de la présence d’une certaine altération ou d’une lésion cérébrale.

Maladies apparentées

La bradypsychie est un trouble causé par une atteinte ou une altération du fonctionnement des régions sous-corticales du cerveau.

De cette façon, puisque les zones supérieures ou corticales sont préservées, le contenu de la pensée n’est généralement pas affecté.

Cela signifie que les personnes atteintes de bradypsychie n’ont généralement pas de perte de mémoire ou d’autres capacités cognitives, mais présentent simplement des processus de réflexion signativement lents.

Cependant, ce n’est pas toujours le cas, car l’apparition de la bradypsychie dépend de la maladie ou du trouble sous-jacent. Ainsi, selon la pathologie à l’origine du symptôme, la bradypsychie peut apparaître en conjonction avec d’autres altérations et manifestations.

La maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est la principale pathologie neurodégénérative, qui génère une grande variété d’altérations dans les processus cognitifs.

Les principales manifestations de la maladie d’Alzheimer ne sont pas associées à une lenteur de la pensée, car la pathologie affecte d’abord les régions corticales du cerveau.

Ainsi, la maladie commence généralement par l’apparition de difficultés d’apprentissage, d’un manque de mémoire ou d’une détérioration des processus cognitifs tels que l’attention, les fonctions exécutives ou l’orientation.

Cependant, au fil du temps, la maladie commence à toucher toutes les régions du cerveau. C’est donc aux stades avancés de la maladie d’Alzheimer que la bradypsychie apparaît.

La démence vasculaire

La démence vasculaire englobe une variété de pathologies caractérisées par l’apparition d’un syndrome de démence dû à des lésions vasculaires dans les régions du cerveau.

La présence d’une bradypsychie dépendra des zones du cerveau endommagées. Ces troubles affectent souvent les régions sous-corticales et incluent fréquemment la bradypsychie parmi les symptômes.

Maladie de Huntington

La maladie de Huntington est une pathologie neurologique sévère, héréditaire et dégénérative.

Le trouble provoque des changements psychiques et moteurs qui progressent lentement pendant environ 15 à 20 ans. Plus précisément, trois principaux groupes de symptômes ont été proposés.

Le premier serait formé de signes de détérioration sous-corticale et comprendrait la bradypsychie. La seconde est la présence de signes de détérioration frontale tels que des altérations du calcul mental ou écrit, et la troisième comprend des troubles praxiques.

Maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative qui conduit à une incapacité progressive due à la destruction des neurones de la substance noire.

Les symptômes les plus typiques de cette pathologie sont le moteur, à travers les tremblements typiques et la lenteur des mouvements causés par la maladie de Parkinson.

La lenteur des mouvements causés par cette maladie s’étend également généralement aux zones cognitives, produisant une bradypsychie et une détérioration d’autres processus mentaux sous-corticaux.

Schizophrénie

La schizophrénie est un trouble psychotique qui génère une variété de manifestations. Parmi eux se trouve l’alogie, une altération qui caractérise une série de dysfonctionnements cognitifs provoqués par la maladie.

Les altérations cognitives de la schizophrénie peuvent être très variées et de tous les symptômes, la bradypsychie est l’une des plus importantes.

Dépression

Au cours des dernières années, les recherches se sont développées et se sont concentrées sur l’étude des altérations cognitives pouvant conduire à des troubles de l’humeur.

Dans le cas de la dépression, il est probable que les troubles de l’humeur peuvent générer des altérations dans les processus d’attention, de concentration et de pensée. Tous ces processus ne semblent pas endommagés mais sont souvent plus lents que la normale.

Alcoolisme chronique

Enfin, bien qu’il existe de nombreuses substances qui peuvent ralentir le fonctionnement cognitif des personnes, l’alcoolisme semble lié à la survenue d’une bradypsychie.

Traitement

La bradypsychie est un symptôme spécifique qui apparaît comme la manifestation d’une maladie spécifique.

Son traitement doit donc être basé sur le traitement de la pathologie sous-jacente.

Dans certains cas, comme la dépression, les altérations cognitives causées par la pathologie peuvent disparaître lorsque le trouble est inversé.

Cependant, la plupart des maladies qui provoquent la bradypsychie sont chroniques, de sorte que le symptôme ne peut être traité que de manière palliative.