Des changements dans le cerveau des aînés pourraient les rendre vulnérables aux escroqueries

Actualités

Les chercheurs espèrent un jour être en mesure d’identifier les personnes à risque d’excroqueries financières.




Certaines différences apparaissant dans le cerveau des personnes âgées plus enclines à être victimes d’escroqueries financières.

L’étude révèle qu’un problème de connexions entre les neurones de deux régions du cerveau permettrait de prédire quelles personnes âgées sont plus sensibles aux escroqueries.

De telles escroqueries affectent environ 5 % des personnes âgées après les 60 ans, a déclaré l’auteur de l’étude, Nathan Spreng, directeur d’un laboratoire à l’Université Cornell (Etats-Unis).

« Nous soupçonnons que ce sont des changements cérébraux qui ont eu lieu avant que les personnes âgées soient abusées qui les rendent vulnérables à ces arnaques », a déclaré Spreng.

L’incidence des escroqueries financières dans ce groupe d’âge est probablement sous-estimée. Spreng a déclaré que de nombreuses personnes âgées ne savaient pas qu’elles avaient été victimes d’escroqueries ou qu’elles ne voulaient pas déclarer l’avoir été.

Des recherches antérieures indiquaient que les membres de la famille sont les personnes qui escroquent le plus souvent les personnes âgées.

Spreng et son équipe ont évalué 13 personnes âgées qui avaient été volées par des membres de la famille ou des voisins, ou abusées en ligne ou par téléphone. Les chercheurs ont comparé ce groupe à 13 pairs qui avaient été exposés à un programme potentiellement dangereux, mais qui ont reconnu l’aranaque et l’ont évitée.

Quarante-cinq tests de comportement ont été effectués sur les deux groupes pour mesurer des aspects tels que la mémoire, la personnalité, les habiletés financières et la capacité de faire attention à l’information et de l’évaluer. De plus, des examens d’IRM ont été effectués sur le cerveau des participants.

La seule différence de comportement qui a émergé entre les groupes était qu’il y avait plus de colère et d’hostilité chez ceux qui avaient été escroqués.

Mais les images du cerveau étaient plus révélatrices: les personnes âgées exploitées présentaient un rétrécissement plus importante et moins de connexions entre les neurones dans deux régions du cerveau.

La première de ces régions est l’insula antérieure, ce qui suggère que le cerveau ne signale pas qu’ils font face à une situation risquée, selon les auteurs de l’étude.

L’autre région du cerveau, appelée le cortex préfrontal médian, qui aide à lire les indices sociaux, tels que les intentions des gens.

Les chercheurs ont également rapporté un problème de connexions dans les réseaux neuronaux des deux régions cérébrales affectées.

Cette différence neuroanatomique pourrait expliquer pourquoi les personnes âgées sont plus vulnérables aux escroqueries.

« Il pourrait également exister d’autres raisons qui expliqueraient ces différences d’imagerie cérébrale, telles que des problèmes de santé cardiovasculaire ou de nutrition.»

Des études plus importantes sont nécessaires pour confirmer ces résultats et peut-être identifier des marqueurs – à la fois biologiques et comportementaux – chez les personnes les plus à risque d’escroqueries.

« Dans l’ensemble, notre objectif est d’aider à identifier les personnes susceptibles d’être vulnérables et qui ne le savent pas », conclut le docteur Spreng.

Source : R. Nathan Spreng et coll. Financial Exploitation Is Associated With Structural and Functional Brain Differences in Healthy Older Adults. The Journals of Gerontology: Series A, 2017.