Les chutes en forte augmentation chez les femmes dès la quarantaine

Actualités

Selon des chercheurs, la quarantaine peut constituer une étape critique de la vie pour mettre en place les interventions visant à prévenir les chutes.

La recherche, qui s’appuie sur les données de TILDA (étude longitudinale irlandaise sur le vieillissement) et sur des études similaires réalisées en Australie, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas, montre que la prévalence des chutes augmente chez les femmes à partir de 40 ans : 9% chez les 40-44 ans, 19% chez les 45-49 ans, 21% chez les 50-54 ans, 27% chez les 55-59 ans et 30% chez les 60-64 ans.

Selon les auteurs, les résultats indiquent que la quarantaine peut constituer une étape critique de la vie pour les interventions visant à prévenir les chutes. L’étude a incorporé les données de 19 207 hommes et femmes âgés de 40 à 64 ans. Il a été récemment publié dans la revue internationale PLOS ONE.

Avec une personne âgée sur trois tombant au moins une fois par an et un adulte sur deux au-delà de 80 ans, les chutes constituent un problème de santé majeur. Les conséquences graves pour la santé comprennent les fractures, les traumatismes crâniens, une baisse des interactions sociales, un risque accru d’admission dans une maison de soins infirmiers, la diminution de l’indépendance et, par la suite, un besoin accru de soins.

Les experts en santé estiment que les coûts des chutes en Irlande devraient dépasser le milliard d’euros d’ici 2020.

Dr Geeske Peeters,  auteur principal de l’article, déclaré:

Les chercheurs et les médecins ont toujours supposé que les chutes sont un problème qui ne concerne que les personnes de plus de 65 ans. L’étude montre que la prévalence des chutes est déjà très élevée à partir de 50 ans. En fait, nos recherches montrent qu’il y a une forte augmentation de la prévalence des chutes chez les femmes à la quarantaine. Les facteurs de risque que l’on retrouve sont les problèmes d’équilibre, la prise de somnifères, le diabète et l’arthrite.

Les stratégies recommandées pour la prévention des chutes chez les personnes âgées ne sont pas suffisamment efficaces, selon les auteurs. Des études antérieures montrent qu’en théorie, l’exercice peut réduire le taux de chute jusqu’à 32% et que l’évaluation et le traitement des facteurs de risque peuvent réduire le taux de chute jusqu’à 24%. Cependant, les dossiers de blessures à l’hôpital montrent que le nombre de blessures dues à des chutes nécessitant des soins médicaux continue d’augmenter.



Le Dr Peeters a poursuivi: « Les stratégies de prévention actuelles attendent essentiellement que les personnes développent des facteurs de risque et essaient ensuite de les faire disparaître. Il peut être préférable et plus efficace de prévenir les facteurs de risque ou de les détecter à un stade précoce. »

Le moment de l’augmentation des chutes coïncide avec le début de la ménopause, la diminution des capacités d’équilibre et l’augmentation de la présence de vertiges et d’évanouissements, qui bénéficieront toutes des stratégies de prévention des chutes susmentionnées.

Le Dr Peeters a conclu: « Une meilleure compréhension des facteurs à l’origine de cette augmentation du risque de chute à l’âge mûr pourrait être la clé d’interventions précoces de prévention efficaces ».

Source: G. Peeters et coll. Should prevention of falls start earlier? Co-ordinated analyses of harmonised data on falls in middle-aged adults across four population-based cohort studies. PLOS ONE, 2018; 13 (8): e0201989.