Déclin cognitif léger (MoCA)

Actualités

Le Montreal Cognitive Assessment (MoCA) est un test utilisé pour détecter un léger déficit cognitif. Il est plus sensible que le min-examen de l’état mental.

 
Le Montreal Cognitive Assessment prend environ 10-15 minutes de temps pour être soumis à un patient. Il a été conçu pour détecter un déficit cognitif léger chez des aînés obtenant des scores normaux au test du mini-examen de l’état mental (MMSE).

Trente items évaluant plusieurs domaines cognitifs sont contenus dans le MoCA:

  • mémoire à court terme (5 points);
  • capacités visuo-spatiales avec le dessin de l’horloge (3 points);
  • une tâche constituant à copier un cube (1 point);
  • le fonctionnement du système exécutif;
  • la fluence phonémique (1 point);
  • l’abstraction verbale (2 points);
  • l’attention, la concentration et la mémoire de travail (1 point);
  • la soustraction en série (3 points);
  • lecture de chiffres à l’endroit (1 point) et à l’envers (1 point);
  • le langage avec la présentation d’animaux familiers (3 points) et la répétition de phrases complexes (2 points);
  • l’orientation dans le temps et l’espace (6 points)

Le MoCA est évalué en obtenant un total des items. Les auteurs suggèrent qu’un score au dessous de 26 est le reflet d’un déficit cognitif.

Le test est disponible en 27 langues avec des instructions sur le site web : http://www.mocatest.org.

Le score au MoCA dépend du niveau d’éducation, ce qui incite les auteurs à recommander d’ajouter un point à la note pour les aînés ayant plus de 12 ans d’éducation.

 

Le Montreal Cognitive Assessment plus sensible que le MMSE

Une équipe de chercheurs australiens a comparé les caractéristiques du mini-examen de l’état mental (MMSE) à celles d’un autre test neuropsychologique appelé Montreal Cognitive Assessment (MoCA). Cinquante patients souffrant de déficit cognitif d’intensité légère à modérée ont été suivies pendant 1,7 ans en moyenne.

Résultats

Les scores aux tests MMSE et MoCA ont été respectivement de 26,5 and 22,2 en moyenne. Les professionnels de santé ont consacré 7,4 minutes et 14,8 minutes pour effectuer respectivement le MMSE et le MoCA.

Le MMSE est apparu un outil moins performant que le MoCA pour détecter de légers troubles cognitifs. En effet, seulement 7 patients ont obtenu un score au MMSE inférieur à 24 (soit 14%), reflet de la présence d’un trouble cognitif. 

En revanche, plus de la moitié (58%) d’entre eux ont obtenu un score inférieur à 25 au MoCA (ce score reflète également la présence d’un déficit cognitif léger).

Conclusion

Bien que le MoCA soit un outil pour lequel les professionnels consacrent un temps plus important (un peu moins de 15 mn), les auteurs considèrent que le MoCA apparaît plus sensible et permet de déceler les cas de trouble cognitif léger. Les études rapportent que le MoCA a une sensibilité de 80% à 100% et une spécificité de 50% à 76% pour détecter le déclin cognitif léger.

En revanche, ils concluent que le MMSE n’est pas assez sensible pour déceler les cas légers et devrait être réservé aux patients présentant un déficit cognitif plus important

Source: Arun Aggarwal et al. Comparison of the Folstein Mini Mental State Examination (MMSE) to the Montreal Cognitive Assessment (MoCA) as a Cognitive Screening Tool in an Inpatient Rehabilitation Setting. Neuroscience & Medicine, 2010, 1, 39-42.

 

Rappel sur le mini-examen de l’état mental

Le mini-examen de l’état mental (en anglais Mini Mental State Examination; abréviation: MMSE) a été élaboré par Folstein en 1975 comme un test simple et standardisé pour vérifier la performance des fonctions cognitives des sujets et d’éventuellement quantifier leur déficit.

Ce test comporte 30 questions ou tâches explorant les possibles troubles de:
1. l’orientation dans le temps et l’espace,
2. la mémoire,
3. l’attention,
4. langage : parole, compréhension, lecture, écriture (aphasie = troubles du langage),
5. l’exécution d’actes moteurs bien qu’il n’existe aucun déficits moteurs (c’est-à-dire l’apraxie).

 

Recommandations concernant ces deux tests

Le Dr Ziad Nasreddine, neurologue et auteur du test MoCA, a fait les recommandations suivantes dans un article paru en 2005 :
1. Si le patient se plaint d’un déficit cognitif et fonctionnel, il est probablement atteint de démence. Il est alors indiqué de procéder en premier lieu au MMSE, puis au MoCA si le score au MMSE est de 26 ou plus. [Certains médecins administrent le MoCA avec un score de 24 ou plus au MMSE, d’après leur expérience clinique.]

2. Si le patient se plaint de symptômes cognitifs, mais pas de troubles fonctionnels, on est probablement en présence d’une fonction cognitive normale, de trouble cognitif léger ou de démence très légère. Il est alors indiqué de faire passer d’abord le test MoCA, car le MMSE ne serait pas assez sensible pour déceler un trouble cognitif.

Le test MoCA présente l’avantage selon l’auteur d’évaluer avec plus de précision l’apraxie, ainsi que les troubles de l’orientation visuospatiale et les fonctions exécutives, ce qui en fait un outil plus efficace pour déceler les cas de démences associées à ces symptômes (ex. démence vasculaire, démence à corps de Lewy, démence associée à la maladie de Parkinson et démence frontotemporale).

La correction du résultat en fonction du niveau d’éducation est plus simple avec le test MoCA car il suffit d’ajouter 1 point au résultat si le nombre d’années d’études est de 12 ou moins.

Source: Nasreddine et al. The Montreal Cognitive Assessment, MOCA: A brief Screening Tool for Mild Cognitive Impairment. Journal of the American Geriatrics Society 2005; 53: 695-699.