Hypercholestérolémie

Maladies





thrombose sang caillotUn essai clinique arrêté (juin 2013). Un essai clinique visant à évaluer un médicament (appelée niacine) destiné à augmenter le taux de HDL-cholestérol (le « bon » cholestérol) chez des patients à risque a été arrêté en raison d’une absence d’effet significatif.

Ce traitement (qui réduit aussi le niveau de triglycérides) était associé ou non aux statines, médicament prescrits dans le traitement de l’hypercholestérolémie (niveaux élevée de mauvais cholestérol ou LDL-cholestérol).

L’étude a consisté à traiter pendant 4 ans 3400 patients ayant un antécédent de maladie cardio-vasculaire. Après 32 mois, les chercheurs n’avaient noté aucune différence de risque de survenue d’un événement cardio-vasculaire (infarctus du myocarde, AVC). Ils ont même noté une augmentation de cas d’AVC dans le groupe traité (28 cas contre 12). mais 9 cas sur 28 sont survenus chez des patients ayant déjà arrêté ce traitement depuis au moins deux mois.

Pour rappel : 
– le bon cholestérol (HDL-cholestérol) transporte le cholestérol vers le foie où il sera éliminé dans la bile, alors que le mauvais cholestérol (LDL-cholestérol) dépose le cholestérol sur les parois des vaisseaux.
– la nicacine (vitamine B3 ou acide nicotinique) ralentit la production de cholestérol LDL par le foie et fait aussi augmenter le taux de cholestérol HDL. Elle peut produire des effets secondaires tels des sensations de rougeur, de brûlure, des démangeaisons et des bouffées de chaleur, mais ceux-ci se résorbent après deux à six semaines de son utilisation.

 

thrombose sang caillotHypercholestérolémie et risque de démence (septembre 2010). Les études précliniques réalisées chez le rongeur ont largement rapporté le rôle délétère de taux anormalement élevés de cholestérol sur les neurones. Des chercheurs ont émis l’hypothèse que l’hypercholestérolémie augmente les niveaux d’amyloïde dans le cerveau, favorisant ainsi l’apparition de la maladie d’Alzheimer. Cette hypothèse a été vérifiée grâce aux techniques de neuroimagerie soulignant la présence simultanée de taux élevés de cholestérol et de dépôts précoces d’amyloïde chez des patients âgés de 40 à 55 ans.

L’association entre hypercholestérolémie et Alzheimer est moins évidente qu’elle n’y paraît, et semble dépendre de l’âge du sujet. En effet, alors que des études épidémiologiques rapportent un lien entre des taux élevés de cholestérol en milieu de vie et une augmentation du risque de démence, ce lien disparaît lorsque les participants atteignent un âge plus avancé. Certaines études ont même rapporté un risque élevé de démence chez ceux ayant de faibles taux de cholestérol.

Une étude belge a été menée afin de clarifier ces observations en suivant près de 1500 femmes saines, âgées de 38 à 60 ans lors de leur inclusion dans l’étude, et suivies pendant 32 ans.

Les premières mesures de cholestérol ont été effectuées en 1968-69, et les suivis à différentes périodes : 1974-75, 1980-81, 1992-93 et 2000-01.

Résultats

1. Onze pour cent des femmes ont développé une démence durant ces 32 ans de suivi.

2. Aucune association entre hypercholestérolémie et démence n’existe chez les femmes ayant été suivies durant la période maximale 32 ans, c’est-à-dire en 1968-1969 et 2000-2001.

3. Les femmes ayant développé une démence avaient un taux de cholestérol plus élevé que la moyenne seulement lors des 3 premières mesures (c’est-à-dire en 1968-69, 1974-75 et 1980-81).

4. En revanche, on observe qu’une baisse régulière du taux de cholestérol durant la période de suivi est associée à un risque accru (+135%) de démence, mais pas de maladie d’Alzheimer. Cette diminution des niveaux de cholestérol est liée à une baisse de l’indice de masse corporelle (IMC). Il est à noter que l’IMC des femmes ayant développé une démence était plus faible lors des deux derniers suivis (c’est-à-dire en 1992-93 et 2000-01), comparé à celles n’ayant pas développé de démence.

Source : The 32-year relationship between cholesterol and dementia from midlife to late life. Neurology. 2010;75:1888-1895.