Imagerie par résonance magnétique (IRM) du cerveau

Actualités

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) de la tête est un test indolore et non invasif qui produit des images détaillées du cerveau et du tronc cérébral.

Une IRM est différente d’un scanner ou d’une radiographie en ce qu’elle n’utilise pas de rayonnement pour produire des images. Une IRM combine des images pour créer une image 3D de des structures internes du cerveau.

Elle est donc plus efficace que d’autres analyses pour détecter des anomalies dans de petites structures du cerveau telles que l’hypophyse et le tronc cérébral.

Parfois, un agent de contraste ou un colorant peut être administré par voie intraveineuse (IV) pour mieux visualiser certaines structures ou anomalies.

Fonctionnement

Un appareil IRM crée les images du cerveau à l’aide d’un champ magnétique et d’ondes radio. Ce test est également appelé IRM cérébrale ou IRM crânienne. 

L’IRM utilise les propriétés des ondes électromagnétiques. Soumis à un champ magnétique intense, les atomes appelés protons présents dans les noyaux d’hydrogène de l’organisme s’orientent dans le même sens.

Lors de l’examen, le champ magnétique est modifié, ce qui modifie l’orientation de ces atomes et provoque leur résonance. Les signaux émis lors de ce phénomène sont traités pour donner une image haute définition

Pourquoi avoir besoin d’une IRM du cerveau

L’IRM de la tête est un outil utile pour détecter un certain nombre d’affections cérébrales, notamment:

  • anévrismes;
  • sclérose en plaques;
  • blessures de la moelle épinière;
  • hydrocéphalie, une accumulation de liquide céphalorachidien dans les cavités cérébrales;
  • accident vasculaire cérébral;
  • infections;
  • tumeurs;
  • kystes;
  • troubles hormonaux, tels que l’acromégalie et le syndrome de Cushing;
  • hémorragie;
  • neuroinflammation;
  • problèmes de vaisseaux sanguins;
  • un problème dû à une blessure à la tête antérieure.

Une IRM de la tête peut aider à déterminer si une personne a subi des dommages causés par un accident vasculaire cérébral ou une blessure à la tête. Un médecin peut également demander une IRM du cerveau pour examiner les symptômes tels que:

  • vertiges
  • faiblesse
  • épilepsie
  • changements de comportement
  • vision trouble
  • maux de tête chroniques

Ces symptômes peuvent être dus à un problème cérébral, qu’une IRM peut aider à détecter.

Maladie d’Alzheimer

L’IRM quantitative permet de mesurer le volume des structures du cerveau, en particulier celles du lobe temporal.  La maladie d’Alzheimer se caractérise par une atrophie (baisse du volume) des zones du lobe temporal (ex. l’hippocampe), reflétant une perte neuronale.

L’IRM fonctionnelle (IRMf) met en évidence un mauvais fonctionnement des structures du lobe temporale (hippocampe, cortex entorhinal) dans la maladie d’Alzheimer, qui se traduit par une baisse de l’activité des synapses (synapses : zones de contacts entre les neurones).

Une hyperactivation des synapses dans les lobe frontal et temporal median peut être observée chez des sujets à risque (en particulier les patients souffrant de déficit cognitif léger), reflétant un phénomène de compensation.

En d’autres termes, le sujet compense ses pertes légères de mémoire par une activation accrue des zones neurones non encore touchées.

Légende : vue horizontale d’un cerveau gauche et droit d’un patient Alzheimer, avec quantification des plaques amyloides (Fig A), et estimation du volume (Fig B) et du métabolisme (Fig C). Les zones en rouge reflètent la présence élevée d’amyloide (Fig A). Les zones en bleu reflètent une atrophie évaluée par IRM quantitative (Fig B). Les zones en rouge et en jaune reflètent une baisse du métabolisme évaluée par tomographie par émission de positon ou TEP (Fig C).

Comment se préparer à une IRM de la tête?

Le personnel médical devra savoir si le patient porte du métal, notamment:

  • implants d’oreille interne
  • articulations artificielles
  • un défibrillateur ou un stimulateur cardiaque
  • types particuliers de valves cardiaques
  • stents vasculaires
  • clips d’anévrisme cérébral

Quelle est la procédure pour une IRM du cerveau ?

Pendant l’examen, il est important de rester immobile pour obtenir les images les plus claires. Les enfants qui ont des difficultés à rester immobiles peuvent avoir besoin d’une sédation, administrée par voie orale ou par voie intraveineuse. La sédation peut également être utile pour les adultes claustrophobes.

Vous vous allongerez sur une table qui se glisse dans l’appareil IRM. La table glisse à travers un grand aimant en forme de tube. . Une fois la table glissée dans la machine, un technicien prendra plusieurs photos du cerveau, chacune prenant quelques minutes.

Le test dure normalement de 30 à 60 minutes. Le patient peur recevoir une solution de contraste par voie intraveineuse pour permettre à l’appareil IRM de voir plus facilement certaines parties du cerveau, en particulier les vaisseaux sanguins. 

Il n’y a aucun risque associé à une IRM elle-même. Il y a de très faibles risques de développer une réaction allergique à une solution de contraste. 

Que se passe-t-il après une IRM de la tête?

Après le test, le patient quitter le centre, à moins d’avoir pris un sédatif pendant l’examen, auquel cas il restera pour récupérer jusqu’à son réveil.

Les résultats sont disponibles rapidement si l’IRM du cerveau a été demandée en urgence.