La condition physique liée à une meilleure santé du cerveau

Actualités

L’étude la plus détaillée à ce jour conclut qu’il existe des liens entre la condition physique et une bonne santé du cerveau. Les chercheurs montrent également que cette bonne santé est associée à l’intégrité de la substance blanche.

L’étude la plus vaste et la plus détaillée du genre conclut qu’il existe des liens entre la condition physique et l’amélioration des performances cognitives. Les chercheurs montrent également que cette augmentation des pouvoirs mentaux est associée à l’intégrité de la substance blanche.

Une nouvelle étude confirme la théorie selon laquelle une bonne activité physique va de pair avec un cerveau en forme.
Au cours des dernières années, il y a eu beaucoup de recherches sur la façon dont la forme physique peut influencer la cognition et le mental.

Par exemple, des études ont conclu que la condition physique peut réduire le risque de démence, soulager les symptômes dépressifs, et plus encore.

Il est également prouvé que l’activité physique stimule la cognition des personnes en santé ainsi que celle des participants ayant un déficit cognitif léger.

De même, certaines études ont montré des liens positifs entre la condition physique et les changements dans la structure du cerveau.

Les auteurs de cette dernière étude, qui ont publié leurs conclusions dans Scientific ReportsTrusted Source, notent que les études antérieures avaient certaines limites.

Dans certains cas, par exemple, ils ne tenaient pas compte des variables susceptibles de jouer un rôle important.

Par exemple, les chercheurs pourraient associer le manque de condition physique à l’hypertension artérielle. Si une étude révèle qu’une bonne condition physique a des liens avec les capacités cognitives, les scientifiques pourraient soutenir qu’en fait, c’est la diminution de la tension artérielle qui stimule la puissance cognitive.

Il en va de même pour plusieurs facteurs liés à la condition physique, comme l’indice de masse corporelle (IMC), la glycémie et le niveau de scolarité.

De plus, la plupart des études se concentrent sur un seul marqueur de la performance cognitive, telle que la mémoire.

Comme l’expliquent les auteurs de la présente étude,  » les études portant sur les associations entre la condition physique, l’intégrité de la substance blanche et plusieurs domaines cognitifs sont rares « .

Un regard neuf sur l’activité physique et le cerveau

La dernière expérience, menée par des scientifiques de l’hôpital universitaire de Muenster en Allemagne, tente de combler certaines lacunes. À partir d’un vaste échantillon de personnes en bonne santé, les scientifiques ont vérifié de nouveau les liens entre la condition physique, la structure du cerveau et une vaste gamme de domaines cognitifs.

Ils voulaient ègalement s’assurer de tenir compte du plus grand nombre possible de variables. De plus, les scientifiques voulaient savoir si le lien entre la condition physique et la capacité cognitive était associé à l’intégrité de la substance blanche.

La substance blanche dans le cerveau relaie les messages entre les différentes parties du cerveau et coordonne la communication dans tout l’organe.

Pour l’étude, les chercheurs ont utilisé les données du projet Human Connectome, qui comprend des examens IRM du cerveau de 1 206 adultes d’un âge moyen de 28,8 ans.

Certains de ces participants ont également subi d’autres tests. Au total, 1 204 participants ont passé un test de marche au cours duquel ils ont marché le plus rapidement possible pendant 2 minutes. Les chercheurs ont noté la distance.

Au total, 1 187 participants ont également passé des tests cognitifs. Les scientifiques y ont évalué, entre autres paramètres, la mémoire, le raisonnement, l’acuité et le jugement des volontaires.

Des résultats surprenants

Dans l’ensemble, les chercheurs ont montré que les personnes qui ont obtenu de meilleurs résultats au test de marche de 2 minutes ont également obtenu de meilleurs résultats dans toutes les tâches cognitives sauf une.

Il est important de noter que cette relation était significative même après avoir tenu compte d’une série de facteurs, dont l’IMC, la tension artérielle, l’âge, le niveau de scolarité et le sexe.

Les chercheurs ont également associé cette amélioration cognitive à une meilleure condition physique et à une amélioration de l’intégrité structurelle de la substance blanche. Les auteurs concluent :

« Avec ce travail, nous apportons la preuve d’une relation positive entre la forme physique et une meilleure performance cognitive (ainsi qu’une meilleure communication entre les parties du cerveau) chez un large échantillon de jeunes adultes en bonne santé. »

« Nous avons été surpris de constater que, même chez une population jeune, les performances cognitives diminuent à mesure que les niveaux de condition physique diminuent « , déclare le chercheur principal, le Dr Jonathan Repple.

Le Dr Repple poursuit : « Nous savions à quel point cela pouvait être important pour une population âgée, qui n’est pas nécessairement en bonne santé, mais il est surprenant de voir cela se produire chez des personnes de 30 ans ».

« Cela nous amène à croire qu’une condition physique de base semble être un facteur de risque évitable pour la santé du cerveau. »

La présente étude présente de nombreux points forts, notamment la vaste base de données d’IRM. Le Dr Repple explique que « normalement, lorsqu’il s’agit de travail d’IRM, un échantillon de 30 personnes est assez bon, mais l’existence de cette importante base de données d’IRM nous a permis d’éliminer les facteurs potentiellement trompeurs et a considérablement renforcé l’analyse ».

Cependant, comme les chercheurs ont effectué les tests à un moment donné, il n’est pas possible de voir comment la condition physique et les capacités cognitives changent avec le temps. Il n’est pas non plus possible de dire que l’amélioration de la condition physique entraîne une amélioration des capacités cognitives.

Les études futures devront se demander si l’amélioration du niveau de forme physique d’une personne augmente également ses capacités cognitives.

De plus, de par sa conception, la présente étude n’a porté que sur les jeunes en bonne santé. La façon dont cette interaction pourrait être différente chez les personnes âgées ou les personnes atteintes d’une maladie mentale nécessitera plus de travail.

En tenant compte des études précédentes, il devient de plus en plus évident qu’il existe des liens étroits entre la forme physique et une bonne agilité du cerveau.

Source: Nils Opel et coll. White matter microstructure mediates the association between physical fitness and cognition in healthy, young adults. Scientific Reports. volume 9, Article number: 12885 (2019).