La mémantine est modéremment efficace dans la forme sévère de la maladie d’Alzheimer

Actualités

La mémantine est modéremment efficace dans la forme sévère de la maladie d’Alzheimer

Une étude clinique randomisée en 2003 indiquait que la mémantine diminue le déclin clinique de patients souffrant d’une forme modérée à sévère de maladie d’Alzheimer. Cependant, l’efficacité clinique est modeste. Une autre méta-analyse publiée en 2011, montrait l’inefficacité de la mémantine dans les cas de maladie d’Alzheimer d’intensité légère, avec des effets indésirables  : troubles neuropsychiques (hallucinations, confusions, vertiges, céphalées), insuffisance cardiaque et convulsions.

Une méta-analyse publiée en 2006 montrait que les patients qui prennent de la mémantine ont légèrement moins de risque de développer de l’agitation  ( 7,7 % sous mémantine , versus 9,3 % sous placebo).

Une nouvelle revue indique que la mémantine (20 mg/j) combinée à des inhibiteurs des cholinestérases (exemple donépezil) ne diminue ni l’agitation ni l’agressivité chez des patients souffrant de la maladie d’Alzheimer, d’intensité légère à modérée. De plus, il n’existe aucune amélioration des capacités cognitives chez ces patients qui étaient agités ou agressifs. Cette étude a été menée chez 369 patients souffrant d’une maladie d’Alzheimer avec score moyen de 12 au test cognitif MMSE et présentant des symptômes comportementaux (agitation/agressivité). Ces patients, qui étaient tous traités avec un inhibiteur de cholinestérase, recevaient soit de la mémantine, soit un placebo. Les auteurs ont observé une amélioration de comportement chez les patient sous placebo, ce qui confirme l’hypothèse qu’une attention particulière accordée au patient (exemple:  environnement stimulant, support psychologique) sans médication supplémentaire a un effet bénéfique.

Source:  A randomized, double-blind, placebo-controlled trial of memantine in a behaviorally enriched sample of patients with moderate-to-severe Alzheimer’s disease. Int Psychogeriatr 2013;25:919-27.