Le gras trans augmente le risque de démence

Actualités

Les personnes âgées dont le sang contenait des taux plus élevés de gras trans étaient plus susceptibles de développer une démence que celles dont les taux étaient plus faibles.

Les chercheurs qui ont étudié une population âgée provenant d’une ville japonaise, ont également découvert que les pâtisseries sucrées étaient probablement la plus grande source de gras trans dans cette population.

Il existe deux sources principales de gras trans dans l’alimentation humaine : naturelles et artificielles. Les gras trans naturels sont présents en petites quantités dans les produits laitiers et dans la viande de certains animaux.

Les personnes qui consomment le plus de gras trans sont plus susceptibles de développer une démence.

Les acides gras trans artificiels, ou acides gras trans, sont la principale source de gras trans dans l’alimentation et sont le produit d’un processus industriel qui ajoute de l’hydrogène à l’huile végétale pour la rendre solide.

Selon l’American Heart Association, la consommation de gras trans peut augmenter le risque de maladie cardiaque, d’accident vasculaire cérébral et a des liens avec un risque accru de diabète de type 2.

Dans un article récent publiée dans Neurologie, les auteurs de l’étude décrivent comment ils ont établi un lien entre les gras trans et un risque accru de démence.

Les données provienennt d’une étude sur la santé des personnes vivant dans la ville d’Hisayama au Japon.

Ces résultats, dit Toshiharu Ninomiya, auteur principal de l’étude, nous donnent encore plus de raisons d’éviter les gras trans. Il ajoute qu’aux États-Unis, les petites quantités encore permises dans les aliments peuvent vraiment s’accumuler si les gens mangent plusieurs portions de ces aliments, et les gras trans sont encore permis dans plusieurs autres pays.

Les gras trans augmentent le risque de démence jusqu’à 74 %

L’étude porte sur des données provenant de 1 628 personnes âgées d’au moins 60 ans. Elles n’avaient pas de diagnostic de démence. Les chercheurs les ont suivis pendant 10 ans et ont noté tous les cas de démence qui se sont produits.

Au cours du suivi, 377 participants ont reçu un diagnostic de démence, dont 247 pour la maladie d’Alzheimer.

Pour l’analyse, l’équipe a réparti les participants en quatre groupes égaux en fonction de leur taux sanguin de gras trans.

Dans le groupe ayant le taux sanguin de gras trans le plus élevé, le taux d’incidence de la démence était de 29,8 pour 1 000 années-personnes.

Dans le groupe suivant, le taux d’incidence de la démence était de 27,6 pour 1 000 années-personnes.

Dans le groupe le moins gras trans, le taux d’incidence de la démence était de 21,3 pour 1 000 années-personnes.

Les chercheurs ont ajusté les résultats pour tenir compte d’autres facteurs susceptibles d’influer sur le risque de démence. Parmi ces facteurs, mentionnons le tabagisme et les affections liées au tabagisme, comme l’hypertension artérielle et le diabète.

Après l’ajustement, l’équipe a constaté que les participants du groupe ayant le taux de gras trans sanguin le plus élevé avaient 52 % plus de risques de développer une démence que ceux du groupe ayant le taux de gras trans sanguin le plus faible.

Pour le deuxième groupe le plus élevé, ce risque était de 74 %.

Source: Takanori Honda et coll. Serum elaidic acid concentration and risk of dementia. The Hisayama study. October 23, 2019, DOI: https://doi.org/10.1212/WNL.0000000000008464