Phobies

Actualités

Les phobies sont un type d’anxiété dit primaire définies par une peur persistante d’un objet ou d’une situation. La phobie entraîne généralement un début de peur rapide et persiste pendant plus de six mois. La personne affectée fera de grands efforts pour éviter la situation ou l’objet. Si l’objet ou la situation redoutée ne peut pas être évitée, la personne affectée éprouvera une détresse psychologique. L’agoraphobie est souvent associée à des attaques de panique. Généralement, une personne a des phobies à un certain nombre d’objets ou de situations.



Les troubles phobiques font rarement l’objet de demande de soins après 65 ans. On distingue deux types de phobies : celles liées à des stimuli externes (agoraphobie, phobie sociale, phobie spécifique) et celles liées à des stimuli internes (phobies des maladies).




Phobie spécifique
Le sujet est confronté à une situation spécifique, par exemple un animal, un objet ou du sang.

Phobie sociale
Le sujet craint de manière excessive d’être observé et jugé par quelqu’un d’autre et d’agir de manière inadéquate. Ce type de phobie ne fait pas l’objet d’une demande de soin chez le sujet âgé. Pour pallier ce hadicap, la personne âgée évitera les contacts, prétextant un problème de santé par exemple.

Agoraphobie
L’agoraphobie se caractérise par la peur de se trouver seul dans un lieu public (ex. supermarché, gare, rue, grande place, pont), ou dans des situations avec le sentiment qu’on ne peut s’en échapper. Le sujet va alors éviter les transports en commun, les grands magasins, la foule, les lieux publics. L’entourage à souvent du mal à déceler les personnes âgées agoraphobes car il paraît normal pour cette catégorie de population de rester au domicile et de limiter ses sorties.

 

Épidémiologie

Les études de prévalence distinguent les phobies spécifiques (4,8 % de la population des sujets âgés), l’agoraphobie (1,4 %) et la phobie sociale (0,4 %). Il existe des formes tardives de phobies.

Une étude a conclu que la prévalence de la phobie chez les sujets âgés était moins élevée que chez les sujets plus jeunes. De plus, les caractéristiques cliniques sont un peu différentes. Ainsi, les symptômes cognitifs sont plus importants chez les personnes âgées, contrairement aux symptômes physiques.

 

Les critères de l’agoraphobie

A. Anxiété liée au fait de se retrouver dans des endroits ou des situations d’où il pourrait être difficile de s’échapper ou dans lesquels il serait difficile d’en échapper en cas d’attaque de panique inattendue ou facilitée par des situations spécifiques. Les peurs agoraphobiques regroupent typiquement un ensemble de situations caractéristiques : par ex. le fait de se trouver seul en dehors de son domicile, être dans une foule ou une file d’attente, un pont ou un autobus, un train ou une voiture.

B. Les situations sont soit évitées (par ex restriction des voyages ou de sorties) soit subies avec une souffrance intense et la crainte d’avoir une attaque de panique. Ou bien elles nécessitent la présence d’un accompagnant.

Comme pour le trouble panique il faut voir si l’anxiété ou l’évitement phobique n’est pas mieux expliqué par un autre trouble mental, tel une phobie sociale (par ex. éviter une situation sociale par peur d’être embarrassé), une phobie spécifique (par ex. éviter un ascenseur), un trouble obsessionnel-compulsif (par ex. éviter la saleté si on a une obsession de la contamination), un état de stress post-traumatique (par ex. éviter des stimulus associés à un facteur de stress sévère) ou un trouble d’anxiété de séparation (lié au départ du domicile ou à la séparation d’avec les membres de la famille).

La communauté médicale estime que l’agoraphobie est rarement associée au trouble panique. Cependant, l’agoraphobie semble sous-estimée, car elle est volontiers déniée par la personne, en particulier la personne âgée, qui prétend éviter la foule, les lieux publics, etc. pour différentes raisons : fatigue, difficultés à marcher, à voir, peur de tomber dans la rue ou de se faire agresser, manque d’intérêt… Ce trouble passe inaperçu auprès du proche qui considère normal qu’une personne âgée restreigne ses activités extérieures et préfère rester à son domicile (ce proche peut favoriser ce confinement en la surprotégeant).

L’agoraphobie peut s’aggraver, avec pour conséquence une restriction du périmètre d’activités jusqu’au confinement à domicile. Ce profil d’individus reclus peut se retrouver chez ceux faisant appel à des services de livraison à domicile.

Une étude révèle que plusieurs personnes âgées victimes d’agoraphobie à un âge avancé attribuent les origines de leur peur à des événements traumatisants tels qu’une chute, une agression, ou a une maladie physique aiguë.

L’agoraphobie a un impact sur la santé mentale du patient, conduisant souvent à une dépression chez environ un tiers d’entre eux. Enfin, elle peut se révéler lorsque le conjoint, servant de « protecteur « , décède.