Anamnèse et examen physique

Maladies




L’entretien

L’anamnèse recense les antécédents médicaux et l’historique de la plainte actuelle du patient. Cela inclut la recherche de certains symptômes fréquemment rencontrés chez le patient âgé : perte nutritionnelle, apathie, troubles de la posture, douleurs, etc.

La recherche d’antécédents médicaux peut avoir sont importance si l’on suspecte une maladie à composante génétique de début tardif telle que la maladie d’Alzheimer.

Le médecin doit instaurer dès le début de l’entretien un climat de confiance, en s’adressant directement au patient chaque fois que son état le permet.

L’examen physique

Troubles cognitifs. L’examen neurologique permet de dépister, sous le contrôle d’un médecin généraliste ou d’une équipe de spécialistes, les troubles cognitifs au moyen de tests d’évaluation :

Ces tests (en particulier le test des 5 mots) mettent l’accent sur l’incapacité du patient à se remémorer de mots, même après le rappel indicé. Ils ne constituent pas à eux seuls des tests de dépistage d’une démence.

Syndrome parkinsonien. L’examen neurologique comporte l’examen de la motricité, du tonus et de la posture. La recherche d’un syndrome parkinsonien (tremblements de repose, akinésie, hypertonie parkinsonienne) ou frontal doit être recherchée systématiquement. 

L’examen des réflexes n’est pas seulement une exploration des éléments afférents et efférents de l’arc réflexe. C’est aussi un test qui évalue à un moment précis la réactivité du système nerveux dans son ensemble. L’inhibition des réflexes tendineux achilléens, provoqués par stimulation du tendon d’Achille, est fréquemment observée chez les personnes très âgées. Elle n’indique pas nécessairement une neuropathie périphérique.

Troubles comportementaux et psychologiques. L’interrogatoire de l’entourage sera enfin d’une grande importance pour déceler éventuellement des troubles comportementaux et psychologiques (apathie, dépression, anxiété, idées délirantes). Les échelles d’évaluations sont :