Masitinib

Médicaments




Indication

Traitement de la maladie d’Alzheimer et de la sclérose latérale amyotrophie (en cours d’étude)

Société pharmaceutique AB Science

Actualités

Avril 2016. une étude de phase 3 impliquant 50000 patients atteints de sclérose latérale amyotrophie rapporte que la combinaison de masitinib et de riluzone (traitement standard) est supérieure à celle du  riluzole seul. Les agences de santé européenne (agence européenne du médicament) et américaine (Food and Drug Administration) souhaitent déposer une demande d’autorisation de mise sur le marché du masitinib dans la sclérose latérale amyotrophie (ou maladie de Charcot).

Février 2015. Le Comité Indépendant de Revue des Données a recommandé la poursuite de l’étude de phase 3 du masitinib dans le traitement de la maladie d’Alzheimer.

Il s’agit d’une étude clinique de phase 3 en double aveugle, randomisée, contrôlée par placebo qui vise à évaluer l’efficacité et la tolérance du masitinib chez des patients souffrant d’une forme légère à modérée de la maladie d’Alzheimer, rappelle la société pharmaceutique AB Science.

La durée de traitement est de 24 semaines et le masitinib est donné en complément d’un inhibiteur de cholinestérase (ex Aricept). L’étude a pour objet d’évaluer l’effet du masitinib sur la cognition, l’autonomie et les activités de la vie quotidienne. L’étude doit recruter environ 600 patients.

La recommandation du comité indépendant de revue des données a été formulée après qu’un tiers des patients a été recruté dans l’étude et a atteint la durée de traitement de 24 semaines.

Précédemment, le comité indépendant de revue des données avait toujours recommandé la poursuite de l’étude sur la base des données de tolérance, ce qui signifie qu’il n’y avait pas de problème de tolérance majeur ou inattendu avec le masitinib dans cette population de patients.

Mai 2013. Le laboratoire AB Science débute une étude clinique de phase 3 sur le masitinib dans le traitement de la maladie d’Alzheimer, au stade léger à modéré. 400 patients devraient être recrutés et répartis en 3 groupes :

  • Un groupe placebo traité depuis au moins six mois par un inhibiteur de cholinestérase (rivastigmine) et/ou de mémantine.
  • Deux autres groupes traités avec un inhibiteur de cholestérase plus le masitinib à deux doses différentes.

Les fonctions cognitives ainsi que les activités de la vie quotidienne sont évaluées 6 mois plus tard.

Cette étude de phase 3 fait suite à une étude de phase 2, dans laquelle le masitinib était administré comme traitement complémentaire aux traitements de référence. Le laboratoire rappelle que cette étude de phase 2 avait montré « des signes prometteurs sur le retardement du déclin cognitif comparé au placebo, avec un profil de tolérance acceptable ».

Juin 2011. Le laboratoire AB Science SA, spécialisé dans le développement et la commercialisation d’inhibiteurs d’enzymes cellulaires (appelées protéines kinases), annonce la publication des résultats de l’étude de phase 2 du masitinib dans le traitement de la maladie d’Alzheimer.

Le masitinib inhibe les mastocytes, des globules blancs que l’on trouve habituellement dans la moelle osseuse et les ganglions lymphatiques. Les mastocytes participent à la régulation de la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique (frontière séparant le système nerveux du système sanguin). Ils sont impliqués dans l’inflammation, un processus pathologique jouant un rôle délétère dans la maladie d’Alzheimer en accélérant la mort neuronale (c’est en tous les cas une hypothèse partagée par certains chercheurs). Selon les dirigeants de AB Science, le masitinib peut avoir un effet sur les symptômes associés à certaines pathologies inflammatoires et du système nerveux central telles que la maladie d’Alzheimer.

Les résultats de cet article intitulé  » Masitinib as an adjunct therapy for mild-to-moderate Alzheimer’s disease: a randomised, placebo-controlled phase 2 trial « , sont publiés dans dans la revue Alzheimer’s Research and Therapy. Cette étude de phase 2 randomisée, contrôlée par placebo a été conduite par le Professeur François Piette (Hôpital Charles Foix à Ivry-sur-Seine) et des confrères de 12 sites en France. Trente cinq patients ont été inclus dans cette étude.

Résultats : les patients atteints de maladie d’Alzheimer d’une forme légère à modérée ont reçu du masitinib comme traitement complémentaire à un inhibiteur de cholinestérase et/ou un traitement à la mémantine pendant 24 semaines. Comparé au placebo, une amélioration significative de la fonction cognitive et de la capacité fonctionnelle a été constatée dans le groupe traité avec le masitinib, comme cela a été rendu évident par la réponse soutenue et statistiquement significative dans l’échelle ADAS-Cog. (échelle de mesure de la performance cognitive dans la maladie d’Alzheimer) .

Le Professeur Marc Verny (Chef du service médecine gériatrique de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris et co-investigateur de l’étude) a commenté la nouvelle :  » le masitinib administré comme thérapie complémentaire aux traitements de référence pendant 24 semaines a montré des signes prometteurs dans le retardement du taux de déclin cognitif comparé au placebo, avec un profil de tolérance acceptable. Bien que cette étude soit trop petite pour tirer des conclusions définitives sur l’efficacité du traitement, les résultats de cette étude sont suffisamment probants pour pousser la recherche plus avant dans une phase 3. « 

En conséquence, AB Science a lancé un programme de développement clinique dans le traitement de la maladie d’Alzheimer et se prépare activement au lancement d’une étude de phase 3. L’Agence Européenne des Médicaments (EMA) a émis une opinion scientifique favorable pour développer un plan d’étude de phase 3.

Résumé du plan d’étude de phase 3 validé par l’EMA : une étude de phase 3 prospective, multicentrique, randomisée, contrôlée contre placebo, en double aveugle, en groupes parallèles, évaluant l’efficacité et la tolérance du masitinib à 6mg/kg/jour dans le traitement des patients atteints de maladie d’Alzheimer d’une forme légère à modérée sur une période de 24 semaines. Un total de 300 patients sera inclus avec le masitinib administré par voie orale comme thérapie complémentaireau traitement de référence.

La mesure de la réponse reposera sur la proportion des patients présentant : 1. Un effet sur la cognition et la mémoire tel qu’évalué par l’échelle d’évaluation Alzheimer’s Disease Assessment Scale (ADAS-Cog) à la semaine 24. 2. Un effet sur l’autonomie fonctionnelle et la qualité de vie évalué par le questionnaire Alzheimer’s Disease Cooperative Study Activities of Daily Living (ADCS-ADL) à la semaine 24.

Glossaire

Essai clinique en phase I. Première étape de la vie d’un médicament ou d’un traitement. La phase I permet de déterminer la dose qui ne présente aucun danger ainsi que les possibles effets secondaires.

Essai clinique en phase II. Etude qui évalue l’efficacité clinique d’une molécule, et détermine ses éventuels effets secondaires. La phase 2 est subdivisée en deux phases : phases 2a et 2b. Alors que la phase 2a apprécie l’efficacité de la molécule sur un nombre limité (de 100 à 200) de patients, la phase 2b détermine la dose thérapeutique de la molécule sur une plus grande échelle (de 100 à plus de 300 patients). Le développement de la molécule peut s’arrêter durant cette phase si elle ne présente qu’une efficacité modeste et/ou des effets toxiques.

Cet article doit être considéré comme une information et non comme une consultation médicale qui relève, stricto sensu d’une relation individuelle avec un professionnel patenté et selon les règles en vigueur dans le pays. Nous n’assumons aucune responsabilité sur les conséquences liées à l’utilisation de ces renseignements.Pour de plus amples informations sur ce médicament, veuillez contacter votre médecin ou votre pharmacien.