Mélatonine

Nutrition


Mélatonine

La mélatonine est une hormone produite par une région du cerveau appelée épiphyse (ou glande pinéale) en réponse à l’absence de lumière. Elle est également synthétisée en laboratoire.

Son rôle principal est de réguler les cycles de veille et de sommeil. Lorsque l’obscurité arrive, la glande pinéale produit la mélatonine, entraînant un besoin de dormir. A l’inverse, en présence de luminosité, la production de mélatonine est réduite, signalant à l’organisme de se préparer au réveil. Les personnes qui ont des difficultés d’endormissement présentent des concentrations plus faibles en mélanine.

Efficacité avérée ou possible

Troubles du sommeil. La prise de mélatonine par voie orale (0,3 mg à 5 mg par jour jusqu’à 4 semaines) semble réduire le temps d’endormissement chez les personnes ayant de la difficulté à s’endormir, en particulier les personnes souffrant d’une démence et de perturbations du cycle sommeil-veille. De plus, elle semble améliorer la qualité de sommeil chez les personnes ayant une diminution du mouvement oculaire rapide pendant leur sommeil. Cependant, elle ne semble pas augmenter la quantité de sommeil. Certaines études suggèrent que la mélatonine est plus efficace chez les personnes âgées que les plus jeunes, ce qui pourrait s’expliquer par le fait que les personnes âgées présentent moins de mélatonine. Enfin, la prise de mélatonine à libération contrôlée semble aider les personnes atteintes d’une insomnie associée par exemple à un sevrage aux benzodiazépines, une dépression ou une hospitalisation.

Hypertension. La prise de mélatonine à libération contrôlée réduirait la pression artérielle chez les personnes hypertendues.

Anxiété avant une opératoire. La mélatonine semble être aussi efficace qu’un anxiolytique standard (midazolam) pour réduire l’anxiété avant une opération.

Tumeurs. La mélatonine combinée avec la chimiothérapie ou des médicaments anticancéreux pourrait réduire la taille des tumeurs.

Thrombocytopénie. La prise de mélatonine par voie orale peut améliorer la faible numération plaquettaire associée au cancer, à un traitement anticancéreux ou à d’autres affections.

 

Efficacité à confirmer

Dégénérescence maculaire liée à l’âge. Les études antérieures suggèrent que la prise de mélatonine pourrait retarder la perte de vision chez les personnes atteintes d’une dégénérescence maculaire liée à l’âge.

Démence. Certaines études preuves suggèrent que la prise de mélatonine pourrait diminuer la confusion et l’agitation chez les personnes atteintes d’une démence.

Hypertrophie bénigne de la prostate. Certaines études suggèrent que la prise de mélatonine peut réduire la nécessité d’uriner la nuit chez certains hommes atteints d’une hypertrophie bénigne de la prostate.
Insomnie induite par les bêtabloquants. Les preuves antérieures suggèrent que la prise d’un supplément de mélatonine pourrait réduire l’insomnie causée par les médicaments bêtabloquants.

Trouble bipolaire. Les études antérieures suggèrent que la prise de mélatonine réduit les symptômes de manie chez les personnes insomniaques atteintes d’un trouble bipolaire.

 

Syndrome métabolique (réduction de la pression artérielle et du LDL- ou mauvais cholestérol) chez les personnes atteintes du syndrome métabolique.

Syndrome des jambes sans repos. Les études antérieures suggèrent que la prise de mélatonine au coucher pourrait aggraver les symptômes chez les personnes atteintes du syndrome des jambes sans repos.

Dyskinésie tardive. Certaines preuves suggèrent que la prise de mélatonine par voie orale réduit les symptômes de dyskinésie tardive. Toutefois, d’autres preuves suggèrent que sa prise quotidienne ne réduit pas les mouvements involontaires.

Acouphène (sifflement dans les oreilles).

Ostéoporose.

Syndrome de fatigue chronique.

Maladie pulmonaire obstructive chronique.

Interactions avec des médicaments

Certains médicaments, aliments et plantes peuvent interagir avec la mélatonine, en modifiant ses taux sanguins. A l’inverse, la mélatonine peut moduler les effets de certains médicaments :

  • Caféine
  • Fluvoxamine
  • Médicaments sont modifiés et métabolisés par le foie.
  • Médicaments antidiabétiques
  • Antihypertenseurs
  • Immunosuppresseurs
  • Anticoagulants / antiplaquettaires
  • Anticonvulsivants
  • Benzodiazépines
  • Échinacée
  • Millepertuis
  • Plantes et suppléments ayant des propriétés sédatives, antiplaquettaires, ou antihypertenseurs.

Références
Appleton RE, Jones AP, Gamble C, et al. The use of MElatonin in children with neurodevelopmental disorders and impaired sleep: a randomised, double-blind, placebo-controlled, parallel study (MENDS). Health Technol Assess. 2012;16(40):i-239.

Bersani, G. and Garavini, A. Melatonin add-on in manic patients with treatment resistant insomnia. Prog.Neuropsychopharmacol.Biol.Psychiatry 2000;24(2):185-191

Cortesi F, Giannotti F, Sebastiani T, Panunzi S, Valente D. Controlled-release melatonin, singly and combined with cognitive behavioural therapy, for persistent insomnia in children with autism spectrum disorders: a randomized placebo-controlled trial. J Sleep Res. 2012;21(6):700-9.

Drake, M. J., Mills, I. W., and Noble, J. G. Melatonin pharmacotherapy for nocturia in men with benign prostatic enlargement. J Urol. 2004;171(3):1199-1202.

Eckerberg B, Lowden A, Nagai R, Akerstedt T. Melatonin treatment effects on adolescent students’ sleep timing and sleepiness in a placebo-controlled crossover study. Chronobiol Int. 2012;29(9):1239-48

Ferracioli-Oda E, Qawasmi A, Bloch MH. Meta-analysis: melatonin for the treatment of primary sleep disorders. PLoS One. 2013;8(5):e63773.

Grossman, E., Laudon, M., and Zisapel, N. Effect of melatonin on nocturnal blood pressure: meta-analysis of randomized controlled trials. Vasc.Health Risk Manag. 2011;7:577-584.

Jan, J. E., Hamilton, D., Seward, N., Fast, D. K., Freeman, R. D., and Laudon, M. Clinical trials of controlled-release melatonin in children with sleep- wake cycle disorders. J Pineal Res 2000;29(1):34-39.

Wilhelmsen-Langeland A, Saxvig IW, Pallesen S, et al. A randomized controlled trial with bright light and melatonin for the treatment of delayed sleep phase disorder: effects on subjective and objective sleepiness and cognitive function. J Biol Rhythms. 2013;28(5):306-21.

Yi, C., Pan, X., Yan, H., Guo, M., and Pierpaoli, W. Effects of melatonin in age-related macular degeneration. Ann.N.Y Acad.Sci. 2005;1057:384-392.