Le delirium est fréquent après une opération chirurgicale

Actualités

L’état confusionnel aigü -ou delirium- est un syndrome organique fréquemment observé chez le sujet âgé. Il se manifeste par une fluctuation du niveau de conscience, une désorientation, des idées délirantes et hallucinations, ainsi que des troubles du comportement.

Les causes sont multiples : troubles métaboliques, infections, problèmes cardiaques, affections neurologiques ou neurochirurgicales…

Une étude s’est penchée sur le rôle néfaste que pourrait jouer une chirurgie chez des octogénaires et les moyens d’identifier les personnes à risques.

118 patients âgés de 80 ans en moyenne devant subir une intervention chirurgicale (abdomen) ont été suivis avant et après l’opération.

Résultats

Les résultats sont résumés dans le tableau ci-dessous.

Paramètres Patients sans syndrome confusionnel Patients avec syndrome confusionnel
Taux de mortalité (%) 3,3 14
Taux de morbidité (%) 32 35
Durée d’hospitalisation (jours) 14 +/- 8 19 ± 11
Transfer dans une unité de réadaptation Un tiers Deux tiers

Conclusion

Un état confusionnel est fréquent chez les patients âgés subissant une opération chirurgicale de l’abdomen. Dans cette étude, environ un quart ont été victimes après opération d’un syndrome confusionnel aigü. Ce syndrome augmente la mortalité et les coûts de prise en charge (augmentation de la durée d’hospitalisation et prise en charge de la réadaptation en service gériatrique).

D’autre part, cette étude indique que trois facteurs influent sur le risque d’état confusionnel : l’autonomie à la marche, l’état de santé du patient* avant opération et la prescription de tramadol (analgésique central analogue de la codéine) après opération.

* Evalué par le score au test développé par l’American Society of Anesthesiologists.

Source:  Impaired mobility, ASA status and administration of tramadol are risk factors for postoperative delirium in patients aged 75 years or more after major abdominal surgery. Ann Surg. 2010 Apr;251(4):759-65.

 

L’état confusionnel aigu chez les personnes hospitalisées

  • Il est extrêmement fréquent chez les aînés hospitalisés et associé à de mauvais résultats à court et à long terme.
  • Le risque de délire peut être évalué en fonction de la présence de facteurs de prédisposition (ex. âge, présence d’une démence) et des facteurs déclencheurs (faible vision, mauvaise ouïe, symptômes dépressifs, abus d’alcool). Plus les facteurs prédisposants sont présents, moins les facteurs déclenchants sont nécessaires pour provoquer le délirium.
  • La première étape de la gestion du délire est un diagnostic précis; un bref questionnaire validé est recommandé.
  • Après avoir reçu un diagnostic de délirium, les patients ont besoin d’une évaluation approfondie pour déterminer les causes réversibles.
  • Les troubles du comportement doivent d’abord être pris en charge par des approches non pharmacologiques. Si cela est nécessaire pour la sécurité du patient, les antipsychotiques (à faibles doses) sont habituellement le traitement de choix. Le traitement doit cibler des comportements spécifiques et doit être arrêté le plus rapidement possible.
  • Il a été démontré que des interventions une consultation en gériatrie réduisent l’incidence, la gravité et la durée de l’état confusionnel aigu.

 

A lire sur le même thème

Outil de dépistage des épisodes confusionnels aigüs

Echelle d’évaluation des épisodes confusionnels aigüs

Une approche non médicamenteuse peut stopper le délirium chez des patients hospitalisés