PD01A

Médicaments

immunotherapieLes résultats d’un essai pilote de phase 1, qui a débuté en 2012, destiné à évaluer l’efficacité de l’immunothérapie dans la maladie de Parkinson sont encourageants, selon la société de biotechnologie autrichienne Affiris.

L’immunothérapie – appelée PD01A – consiste à bloquer les effets toxiques de l’alpha-synucléine, dont l’accumulation est responsable de la mort des neurones dopaminergiques.

Le principe de cette essai est de stimuler le système immunitaire afin qu’il produise des anticorps dirigés contre l’alpha-synucléine.

Des améliorations significatives ont été observées sur les symptômes moteurs (Movement Disorder Society–Unified Parkinson’s Disease Rating Scale III) et non moteurs (notamment l’état cognitif et la qualité de vie) après 52 semaines de suivi.

32 patients âgés de 45 à 65 ans (âge moyen 55 ans), chez qui un diagnostic de maladie de Parkinson a été posé (stade précoce de la maladie) ont participé à l’étude. Ils recevaient en parallèle un traitement antiparkinsonien (ex : lévodopa).

Selon l’un des responsable de l’essai, il faudra encore au moins 6 ans pour que l’immunothérapie arrive au bout de son processus d’évaluation.

Juillet 2013. la biotech allemande Affiris AG avait mis au point un vaccin nommé PD01A qui sera testé à Vienne (Autriche) chez 32 parkinsoniens.

Ce vaccin est sensé bloquer les effets neurotoxiques de la protéine alpha-synucléine, considérée comme responsable du déclenchement et de la progression de la maladie de Parkinson.

C’est la première fois qu’un vaccin est testé pour s’attaquer aux causes de la maladie. Jusqu’à présent, les traitements utilisés (dont la L-Dopa) ont pour but d’augmenter les niveaux de dopamine qui font défaut dans le cerveau des malades.