Un programme pour améliorer la qualité de vie des personnes atteintes d’une démence

Actualités

Augmenter les interactions sociales et offrir des soins personnalisés permet d’améliorer leur qualité de vie des personnes atteintes de démence et vivant dans des établissements de soins.



Un essai anglais à grande échelle basée sur une meilleure interaction avec les patient a également conclu que cette approche permettait d’économiser de l’argent.
Cette approche a permis au personnel de maisons médicalisées d’offrir des soins centrés sur la personne. Cela implique des mesures simples telles que parler aux résidents de leurs intérêts et les impliquer dans des décisions concernant leurs propres soins.

Lorsque cette approche était combinée avec seulement une heure par semaine d’interaction sociale, les chercheurs ont noté une amélioration de la qualité de vie et une réduction de l’agitation et de l’agressivité chez les personnes atteintes de démence.




Le professeur Clive Ballard, de la faculté de médecine de l’Université d’Exeter, a déclaré: « Bien que de nombreux centres médicalisés soient excellents, les normes varient encore énormément. Nous avons déjà constaté que le temps moyen d’interactions sociales auprès des personnes atteintes de démence n’était que de quelques minutes par jour, ce qui a un impact évident sur la qualité de vie et le comportement des patients ».

«Notre approche améliore les soins et permet également d’économiser de l’argent ».

L’essai a impliqué plus de 800 personnes atteintes de démence à travers 69 établissements de soins en Angleterre. Deux personnels soignant ont suivi dans chacun des établissements une formation de quatre jours afin de prendre des mesures simples telles que discuter avec les résidents sur leurs intérêts et leurs choix concernant leurs propres soins.

Fait important, l’approche a également permis d’économiser de l’argent par rapport aux soins standard.

Les chercheurs affirment que le prochain défi majeur est de faire passer ce programme dans les 28 000 établissements de soins au Royaume-Uni, au bénéfice des 300 000 personnes atteintes de démence vivant dans ces établissements.

Ces résultats  proviennent de l’essai baptisé «Improving Well- being and Health for People with Dementia (WHELD) – en français Améliorer le bien-être et la santé des personnes atteintes de démence», le plus important essai non pharmacologique randomisé avec groupe contrôle chez des personnes atteintes de démence et vivant dans des établissements de soins à ce jour.

Le Dr Doug Brown, directeur de recherche à la Société Alzheimer, a déclaré: « 70% des personnes vivant dans des maisons de retraite sont atteintes de démence, il est donc essentiel que le personnel reçoive la formation nécessaire pour fournir des soins de qualité ».

Une approche centrée sur la personne prend en compte les qualités, les capacités, les intérêts, les préférences et les besoins uniques de chaque individu. Cette étude montre que la formation visant à fournir ce type de soins individualisés, d’activités et d’interactions sociales peut avoir un impact significatif sur le bien-être. Il montre également que ce type de soins peut réduire les coûts dont le système de protection sociale a désespérément besoin.

Source : C. Ballard et coll. Impact of person-centred care training and person-centred activities on quality of life, agitation, and antipsychotic use in people with dementia living in nursing homes: A cluster-randomised controlled trial. PLOS Medicine, 2018; 15 (2): e1002500.