Québec : beaucoup d’obésité et de détresse psychologique

Actualités





L’Institut de la statistique du Québec rapporte qu’il y a plus de plus en plus de personnes obèses et que la détresse psychologique reste élevée. Si le tabagisme est en baisse, le nombre de consommateurs de drogues, lui, est en hausse. Ce sondage a été réalisé auprès de 45 760 Québécois de 15 ans et plus.

Ainsi, un tiers des Québécois admettent être sédentaires, en particulier les personnes peu scolarisées ou à faible revenu.

Un québécois sur cinq consomme des boissons sucrées ou énergisantes quotidiennement, en particulier les hommes (24 %).

Un québécois sur cinq (19 %) est obèse, ce qui représente une augmentation de 3 % depuis 2008. L’obésité touche aussi bien les hommes que les femmes et concerne surtout la tranche des 45-64 ans et les personnes moins scolarisées.

On retrouve la même proportion de fumeurs au Québec, ce qui représente une diminution par rapport à 2008 (24%). Les québécois à faible revenu fument davantage que les plus riches.

Dix sept % des Québécois de 15 ans et plus (dont 40% des 15-24 ans ont fumée du cannabis) ont déclaré avoir consommé de la drogue au cours de la dernière année, ce qui est en augmentation par rapport à 2008 (13 %). La consommation de drogues diminue avec l’âge, passant de 40 % chez les 15 à 24 ans à 1,9 % chez les 65 ans et plus.

58% des personnes âgées de 65 ans se déclarent très satisfaites de leur vie sociale. 22 % se situent cependant à un niveau élevé de l’échelle de détresse psychologique, un pourcentage qui est moins élevé que celui de la tranche des 15 à 24 ans (36 %).