La schizophrénie pourrait augmenter le risque de démence

Actualités

schizophrenieLes personnes âgées souffrant de schizophrénie auraient deux fois plus de risque de développer une démence, comparées à celles qui ne le sont pas.

Elles s’exposeraient également à plus de problèmes de santé mais auraient en revanche moins de risque de développer un cancer.

Ces conclusions ont été tirées à partir de données médicales provenant de plus de 30 000 personnes âgées de 70 ans en moyenne.

La schizophrénie est une maladie mentale caractérisée par des hallucinations et des idées délirantes qui apparaissent en général à l’adolescence. Un pour cent de la population est affecté en moyenne dans les pays industrialisés.

Selon l’auteur principal de l’étude (Indiana University Center for Aging Research, États-Unis), la bonne nouvelle est que les personnes souffrant de schizophrénie vivent plus longtemps. En revanche, elles ont tendance à avoir plus de problèmes physiques que le reste de la population.

Comment expliquer ces résultats ?

Selon le chercheur, quand un médecin a du mal à comprendre ce que dit son patient âgé, le médecin pense que la personne souffre d’une forme de démence et que ce problème de communication est à l’origine de la pathologie. L’autre possibilité, poursuit le chercheur, est qu’il existe une forme unique de démence qui se développe chez un patient schizophrène.

Le fait que les patients schizophrènes souffrent moins de cancer peut s’expliquer par une action préventive des antipsychotiques.

Source: American Journal of Geriatric Psychiatry, mai 2014.