Sélénium

Nutrition


Levure de sélénium & Vit. C

Le sélénium est un oligo-élément ayant des propriétés antioxydantes. Pour cela, il active une protéine appelée glutathion-peroxydase, qui bloque elle-même la formation des radicaux libres et prévient ainsi les dommages causés par ces molécules toxiques du corps.

Il stimule d’autre part le système immunitaire en bloquant la reproduction des virus.

Le sélénium favorise le métabolisme des prostaglandines et contrôle ainsi l’hyperactivité plaquettaire.

Le sélénium est indispensable au corps humain qui est incapable de le synthétiser. La source de sélénium vient donc de la nourriture ou de suppléments.

Le sélénium est commercialisé sous forme de levure semblable à la forme de sélénium que l’on trouve naturellement dans les plantes : cette forme, la L(+) sélénométhionine, est très bien assimilable par l’organisme.

 

Efficacité

Thyroïdite auto-immune (thyroïdite de Hashimoto). Le sélénium (2000 mcg par jour) avec une hormone thyroïdienne pourrait réduire le nombre d’anticorps contribuant à cette affection et améliorer ainsi le bien-être des patients.

Hypercholestérolémie. La prise quotidienne de 100-200 mcg de supplément de sélénium peut  réduire légèrement les taux de cholestérol au bout de six mois chez des personnes ayant de faibles niveaux de sélénium.

Certaines études indiquent que le sélénium pourrait être efficace dans les affections suivantes :

Maladie hépatique liée à la consommation d’alcool : réduction de la durée d’hospitalisation et du risque de mortalité.

Intoxication aux métaux lourds : le sélénium éliminerait l’organisme des métaux lourds toxiques (arsenic, plomb, mercure et cadmium) en se fixant à eux, aidant ainsi notre organisme à les éliminer par le biais de l’urine.

Brûlures : réduction du risque de pneumonie.

Certaines formes de cancer. Certaines études épidémiologiques et cliniques suggèrent que le sélénium a un effet préventif sur certains cancers, notamment le cancer colorectal, de la prostate, du poumon, de l’oesophage et du tube digestif.  L’une de ces études rapportent l’utilisation d’une prise quotidienne d’un mélange de 400 mcg de sélénium, zinc, vitamine C, vitamine D et le bêta-carotène.

Hypothyroïdisme.

Accident vasculaire cérébral : amélioration du rétablissement.

Maladie de Kashin-Beck : soulagement des douleurs.

Arthrose : prévention de l’arthrose.

Pancréatite : réduction du risque de mortalité.

Cirrhose biliaire primitive : destruction des voies biliaires dans le foie.

Polyarthrite rhumatoïde.

Sepsis : réduction du risque de mortalité.

Colite ulcéreuse : maladie inflammatoire de l’intestin.

 

Précautions et mises en garde

Le sélénium est sans doute sans danger lorsqu’il est pris par voie orale dans des doses inférieures à 400 mcg par jour et à court terme. Il peut être éventuellement dangereux lorsqu’il est pris par voie orale en grande quantité ou à long terme.

Les doses élevées peuvent provoquer les effets indésirables suivants : nausées, vomissements, perte d’énergie, irritabilité, tremblements, étourdissements, problèmes de coagulation sanguine et problèmes hépatiques et rénaux.

Les personnes souffrant des affections suivantes doivent éviter de prendre du sélénium :

Maladies auto-immunes. En théorie, le sélénium pourrait aggraver les maladies auto-immunes en stimulant l’activité de la maladie.

Hypothyroïdie. La prise de sélénium peut aggraver l’hypothyroïdie, et en particulier, chez les personnes carencées en iode.

 

Interactions médicamenteuses

Le sélénium peut interagir avec les médicaments suivants :

  • Statines
  • Anticoagulants / antiplaquettaires
  • Immunosuppresseurs (médicaments qui réduisent le système immunitaire)
  • Niacine
  • Sédatifs (barbituriques)

 

Interactions avec des plantes

Omega 3. La prise de sélénium avec les omégas 3 pourrait réduire la quantité de sélénium absorbée par l’organisme.

Cuivre. Le sélénium pourrait accélérer l’élimination du cuivre. En théorie, la prise de sélénium pourrait réduire les taux de cuivre dans le corps.

La prise de sélénium avec des plantes qui ralentissent la coagulation sanguine (ex extrait de Ginkgo biloba) pourrait augmenter le risque hémorragique chez certaines personnes.

 

Références

Berger, M. M., Eggimann, P., Heyland, D. K., Chiolero, R. L., Revelly, J. P., Day, A., Raffoul, W., and Shenkin, A. Reduction of nosocomial pneumonia after major burns by trace element supplementation: aggregation of two randomised trials. Crit Care 2006;10(6):R153

Davila JC, Edds GT, Osuna O, Simpson CF. Modification of the effects of aflatoxin B1 and warfarin in young pigs given selenium. Am J Vet Res 1983;44:1877-83.

Hercberg S, Galan P, Preziosi P, et al. The SU.VI.MAX Study: a randomized, placebo-controlled trial of the health effects of antioxidant vitamins and minerals. Arch Intern Med 2004;164:2335-42.

Olivieri O, Girelli D, Azzini M, et al. Low selenium status in the elderly influences thyroid hormones. Clin Sci (Lond) 1995;89:637-42.

Prince, M. I., Mitchison, H. C., Ashley, D., Burke, D. A., Edwards, N., Bramble, M. G., James, O. F., and Jones, D. E. Oral antioxidant supplementation for fatigue associated with primary biliary cirrhosis: results of a multicentre, randomized, placebo-controlled, cross-over trial. Aliment.Pharmacol.Ther. 2003;17(1):137-143.

Rayman MP, Stranges S, Griffin BA, et al. Effect of supplementation with high-selenium yeast on plasma lipids: a randomized trial. Ann Intern Med 2011;154:656-65.

Toulis KA, Anastasilakis AD, Tzellos TG, et al. Selenium supplementation in the treatment of Hashimoto’s thyroiditis: A systematic review and a meta-analysis. Thyroid 2010;20:1163-73.

Wenzel, G., Kuklinski, B., Ruhlmann, C., and Ehrhardt, D. [Alcohol-induced toxic hepatitis–a « free radical » associated disease. Lowering fatality by adjuvant antioxidant therapy]. Z.Gesamte Inn.Med. 1993;48(10):490-496.

Wuyi W, Linsheng Y, Shaofan H, et al. Prevention of endemic arsenism with selenium. Curr Sci 2001;81:1215-8.