Le sommeil est-il le meilleur antidouleur ?

Actualités

La privation de sommeil augmente la sensibilité à la douleur en modifiant l’activité de certaines zones du cerveau.

Les effets de la privation de sommeil sur le cerveau sont nombreux, allant d’induire un état de déficience cognitive à une incapacité à apprendre et à former de nouveaux souvenirs.

Une nouvelle recherche met en évidence un autre effet neurologique du manque de sommeil, à savoir une sensibilité accrue à la douleur.

Selon cette nouvelle étude, un manque de sommeil nuit aux mécanismes naturels du cerveau pour soulager la douleur, soulignant les liens existant entre la privation de sommeil, la douleur chronique et la dépendance aux opioïdes sur ordonnance .

 

Comment la perte de sommeil affecte la sensibilité à la douleur

Les auteurs de l’étude ont induit de la douleur chez 24 jeunes participants en bonne santé en appliquant de la chaleur à leurs jambes. Pendant ce temps, les scientifiques ont examiné le cerveau des participants, en particulier les circuits qui traitent la douleur.

Les participants n’avaient pas de problème de sommeil ni de troubles liés à la douleur au début de l’étude.

Les scientifiques ont commencé par enregistrer le seuil de douleur de chaque participant après une bonne nuit de sommeil en scannant son cerveau à l’aide d’une imagerie par résonance magnétique fonctionnelle tout en appliquant un niveau de chaleur croissant à la peau du participant.

Une fois que les scientifiques ont établi le seuil de douleur de la personne, ils répètent la procédure après une mauvaise nuit de sommeil.

Dans l’ensemble du groupe, les participants ressentaient une gêne à la baisse des températures, ce qui montre que leur sensibilité à la douleur avait augmenté après un sommeil insuffisant, a déclaré l’auteur principal de l’étude.

« La blessure est la même », explique-t-il, « mais la différence réside dans la façon dont le cerveau évalue la douleur dans le cas d’un sommeil insuffisant ».




Les chercheurs ont découvert que le cortex somatosensoriel du cerveau, une région associée à la sensibilité à la douleur, était hyperactif lorsque les participants n’avaient pas suffisamment dormi. Cela a confirmé l’hypothèse selon laquelle le manque de sommeil interférerait avec les circuits neuronaux de traitement de la douleur.

Cependant, une découverte surprenante a été que l’activité dans le noyau accumbens du cerveau était plus faible que d’habitude après une nuit blanche. Le noyau accumbens libère le neurotransmetteur dopamine, qui augmente le plaisir et soulage la douleur.

La perte de sommeil amplifie non seulement les régions du cerveau sensibles à la douleur, mais bloque également les centres analgésiques naturels.

Enfin, les chercheurs ont découvert que l’insula du cerveau, qui évalue les signaux de douleur et prépare la réaction du corps à la douleur, était également sous-activée.

 

Le sommeil est un analgésique naturel

Les chercheurs ont mené en parallèle une enquête auprès de plus de 230 adultes inscrits sur le marché en ligne d’Amazon Mechanical Turk. Les participants ont rapporté leurs habitudes de sommeil et leurs niveaux de sensibilité à la douleur sur plusieurs jours.

Les scientifiques ont constaté que les plus petits changements dans les habitudes de sommeil des participants étaient corrélés aux changements dans la sensibilité à la douleur.

Les résultats montrent clairement que même des changements très subtils dans le sommeil nocturne  ont clairement un impact sur notre niveau de douleur le lendemain », déclare le chercheur.Le sommeil est donc un analgésique naturel qui peut aider à gérer et à réduire la douleur.

 

A lire aussi

Les douleurs neuropathiques après un AVC : comment les traiter

Douleur : évaluation chez la personne âgée