Un test pour détecter précocement un AVC ischémique

Actualités

Les médecins disposent d’un maximum de 4h30 pour qu’un médicament puisse réduire efficacement les lésions cérébrales consécutives  à un AVC.  Un test va permettre de traiter plus rapidement le malade en mesurant certaines protéines dont les niveaux sanguins sont modifiés suite à un AVC.  Beaucoup de pathologies provoquent la modification de certains gènes qui, à leur tour, vont modifier certaines protéines (ou biomarqueurs). Ce dérèglement reflète alors la présence d’une pathologie. Selon l’un des concepteurs du test (J.-C. Sanchez, Université de Genève), «nous disposons désormais d’un biomarqueur suffisamment fiable pour que nous puissions estimer avec précision le moment où un patient a été victime d’un AVC d’origine ischémique.» Ce test devrait être commercialisé en 2013.

Source PLoS ONE.