Comment réduire l’errance dans la maladie d’Alzheimer ?

Actualités

Le quotidien Le Parisien (France) a rédigé un article sur les risques d’errance qu’encourent les malades Alzheimer.

Le quotidien relève que « Sur les 900.000 malades d’Alzheimer, 14.000 sont considérés comme en risque d’errance».

Le journal indique que « la ministre déléguée aux Personnes âgées, Michèle Delaunay, estime qu’il était temps «d’ouvrir le débat sur les dispositifs de géolocalisation (bracelets, téléphones et caméras NDLR) à des fins de protection de la personne».

Le Parisien ajoute que « près de 50% des malades qui errent se blessent gravement ou meurent si on ne les retrouve pas sous 24 heures ».

Récemment, les autorités de l’état de l’Utah (USA) ont émis un communiqué dans lequel ils envisagent d’utiliser les bracelets portés au poignet pour pister les patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

Le coût d’un bracelet – régulièrement utilisé pour les criminels  en période de probation – est de 4 $ (environ 3 euros) par jour, alors que les coûts de recherche d’une personne errante peuvent atteindre des dizaines de milliers de dollars.

Une personne portant un bracelet utilisé par GPS pourrait être repérée dans les 30 min.

Selon des statistiques américaines, 6 patients sur 10 s’échapperont à un certain moment de la maladie.