Parkinson : des résultats prometteurs avec des cellules souches

Actualités

L’implantation intracérébrale de cellules souches humaines diminue les troubles moteurs chez des singes souffrant de la maladie de Parkinson, selon une étude japonaise (Université de Kyoto).

Ces effets protecteurs apparaissent au bout de trois mois après l’opération.

Au moment de l’implantation, un tiers des cellules souches ‘se transforment’ en neurones qui ont la propriété de sécréter la dopamine, un neurotransmetteur faisant défaut dans la maladie de Parkinson.

Les auteurs de l’étude espèrent augmenter la proportion de cellules souches qui se transforment en neurones.