Alzheimer : les activités de loisirs diminuent la tension artérielle chez les aidants

Actualités

Faire une promenade dehors, lire, écouter de la musique…Ces activités et bien d’autres peuvent réduire la pression artérielle des proches en charge de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.


« Un plus grand engagement dans les activités de loisirs agréables a été associée à une pression artérielle réduite des aidants au fil du temps, selon l’auteur principal de l’étude. La participation à des activités de loisirs peut avoir des bénéfices sur le système cardiovasculaire des soignants. »

L’étude a inclus 126 soignants inscrits à l’étude UCSD Alzheimer’s Caregiver, une étude de suivi évaluant les associations entre le stress, l’adaptation et le risque cardiovasculaire chez les soignants. Sur les 126 soignants, 89 étaient des femmes et 37 des hommes, âgés en moyenne de 74 ans, fournissant des soins à domicile pour un conjoint atteint de la maladie d’Alzheimer.

Dans le cadre d’entrevues annuelles échelonnées sur cinq ans, les soignants ont fourni des renseignements sur la fréquence à laquelle ils pratiquaient diverses activités de loisir qu’ils jugeaient agréables. Ces cotes ont été analysées en association avec la pression artérielle au fil du temps.

Les aidants ont signalé des niveaux élevés d’activités jugées agréables. La plupart d’entre eux ont déclaré qu’ils passaient du temps dehors, riaient, regardaient la télévision, écoutaient de la musique et lisaient ou écoutaient des histoires. Environ la moitié des aidants ont déclaraient faire de l’exercice fréquemment.

Les soignants qui s’adonnaient le plus souvent à des activités de loisir agréables avaient une tension artérielle moyenne plus basse, comparés à ceux qui pratiquaient moins d’activités de loisir. Dans les analyses de suivi, ces activités ont été associées à une réduction significative de la pression diastolique (le deuxième nombre de la pression artérielle), mais pas de la pression systolique (le plus grand nombre).

Comme prévu, les soignants qui pratiquaient une activité physique plus fréquemment avaient une tension artérielle plus basse. Cependant, d’autres types d’activités «plus sédentaires » (lecture, écouter de la musique, magasinage) ont également entraîné une réduction de la pression artérielle.

La pression artérielle a également diminué après le placement en maison de retraite ou le décès de la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer. Cela concordait avec les études antérieures qui montraient que la santé des soignants s’améliorait lorsque leurs tâches de prestation de soins se terminaient.

« Être un soignant pour un proche avec un handicap est une expérience très stressante, associée à un risque accru de maladie cardiovasculaire et de décès. Le stress peut contribuer à l’hypertension artérielle, qui est le facteur de risque le plus important des maladies cardiovasculaires. Les nouveaux résultats suggèrent que les activités de loisirs peuvent empêcher le développement de l’hypertension artérielle chez les proches soignant des patients Alzheimer », poursuit le chercheur.

« Même si l’étude ne permet pas de déterminer combien d’activités les soignants devraient faire, nous croyons que trois à quatre activités hebdomadaires qui sont appréciées pourraient avoir un impact positif sur la pression artérielle d’un individu ».

« Nous reconnaissons que les aidants naturels peuvent avoir de la difficulté à prendre part à des activités de loisir agréables parce qu’ils sont occupés à assumer leurs tâches de soignant », a déclaré le Dr Mausbach. Nous travaillons donc avec les aidants pour trouver des activités auxquelles ils peuvent participer avec plus de confiance, même lorsque leur conjoint est présent, et nous les aidons à bien utiliser leur emploi du temps afin de connaître les moments de la journée où ils sont le plus capables de faire des activités. Si les soignants utilisent des centres de répit, ils sont dans une position idéale pour utiliser une partie de ce temps pour s’engager dans ces activités. »

Source : Brent T. Mausbach et coll. Engagement in pleasant leisure activities and blood pressure. Psychosomatic Medicine, 2017; 1.