Alzheimer : un diagnostic trop faible et posé tardivement

Comment détecter les troubles légers de mémoire ?

Les bienfaits des arts martiaux

Testez votre mémoire

Comment évaluer la dépression ?

Peut-on déléguer une tutelle ou une curatelle ?

Alzheimer : résultats décevants avec une molécule

Les médicaments anti-Alzheimer ont-ils peu d’efficacité ?

Alzheimer : la fin du remboursement des médicaments encore en question

L’activité physique a-telle un effet préventif sur la démence ?

Le delirium est fréquent après une chirurgie

La perte de mémoire chez la personne âgée

Vos questions

«Lequel des traitements suivants est utilisé pour retarder la détérioration de la cognition chez les patients Alzheimer ?»Voir la réponse »

  1. La vitamine E
  2. Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)
  3. Les neuroleptiques
  4. Les inhibiteurs de l’acétylcholinestérase

Voir la réponse ci-dessous

 

 

 

 

 

 

 

Réponse  4

Un diagnostic et un traitement précoce permettent aux patients Alzheimer de maintenir le plus longtemps possible un état cognitif et fonctionnel. Les inhibiteurs de la cholinestérase, combinés aux et exercices mentaux, sont utilisés dans le but de retarder la détérioration des fonctions cognitives.

Les neurones qui sont responsables du traitement de l’information dans l’hippocampe et le cortex sont endommagés précocement dans la maladie d’Alzheimer. Ces neurones sont dit cholinergiques car ils produisent le neurotransmetteur acétylcholine. Ces observations indiquent que certaines des manifestations cliniques de la maladie d’Alzheimer (en particulier les pertes de mémoire) sont dues à la perte des neurones cholinergiques dans le cortex cérébral.

Idéalement les inhibiteurs de l’acétylcholinestérase empêchent la dégradation de l’acétylcholine. Quatre de ces agents ont été approuvés dans le traitement de la maladie d’Alzheimer:

Bien que certaines études ont rapporté que la prise d’AINS retarde l’apparition de la maladie d’Alzheimer, il ne semble pas que ces médicaments protègent les patients une fois que la maladie s’est déclarée. 

Quant à la vitamine E, son utilisation n’est pas recommandée.

En 2005, l’agence de santé américaine avertissait la communauté médicale du risque d’utilisation des neuroleptiques dits atypiques (clozapine, risperdal) dans le traitement des symptômes comportementaux (ex. agitation) de la maladie d’Alzheimer. En effet les patients sous neuroleptiques atypiques ont un risque accru de décès ou d’AVC par rapport aux patients sous placebo. En 2008, cet avertissement concernait d’autres types de neuroleptiques tels que l’halopéridol, la prochlorpérazine, la thioridazine et la chlorpromazine, et ceci pour les mêmes raisons.

«Les exercices de mémoire nous protègent-ils d’une détérioration de nos fonctions intellectuelles?»Voir la réponse »

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le cerveau est un organe plastique dont les cellules neuronales ont besoin d’être constamment stimulées par un entraînement régulier. Les études ont montré que des exercices de mémoire stimulent les zones du cerveau responsables de la mémoire, et favorisent une bonne connexion entre les neurones.