Congrès international en psychiatrie (Paris, 28-29 mars 2019)

Démence frontotemporale : cas pratique

Comment protéger le majeur protégé en matière médicale ?

Des illusions d’optique pour diminuer les fugues en soins de longue durée

Les chutes en forte augmentation chez les femmes dès la quarantaine

Ile d’Okinawa ou l’île des centenaires

Comment sont gérés les contrats d’assurance-vie du majeur sous tutelle ou curatelle ?

Les antalgiques plus nocifs chez les personnes atteintes d’Alzheimer

Alzheimer : l’interaction sociale améliore le bien-être

Les fugues dans la maladie d’Alzheimer

Comment évaluer l’état nutritionnel ?

Comment régler une succession lorsque le majeur est sous tutelle ou curatelle ?

Vos questions

«Lequel des traitements suivants est utilisé pour retarder la détérioration de la cognition chez les patients Alzheimer ?»Voir la réponse »

  1. La vitamine E
  2. Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)
  3. Les neuroleptiques
  4. Les inhibiteurs de l’acétylcholinestérase

Voir la réponse ci-dessous

 

 

 

 

 

 

 

Réponse  4

Un diagnostic et un traitement précoce permettent aux patients Alzheimer de maintenir le plus longtemps possible un état cognitif et fonctionnel. Les inhibiteurs de la cholinestérase, combinés aux et exercices mentaux, sont utilisés dans le but de retarder la détérioration des fonctions cognitives.

Les neurones qui sont responsables du traitement de l’information dans l’hippocampe et le cortex sont endommagés précocement dans la maladie d’Alzheimer. Ces neurones sont dit cholinergiques car ils produisent le neurotransmetteur acétylcholine. Ces observations indiquent que certaines des manifestations cliniques de la maladie d’Alzheimer (en particulier les pertes de mémoire) sont dues à la perte des neurones cholinergiques dans le cortex cérébral.

Idéalement les inhibiteurs de l’acétylcholinestérase empêchent la dégradation de l’acétylcholine. Quatre de ces agents ont été approuvés dans le traitement de la maladie d’Alzheimer:

Bien que certaines études ont rapporté que la prise d’AINS retarde l’apparition de la maladie d’Alzheimer, il ne semble pas que ces médicaments protègent les patients une fois que la maladie s’est déclarée. 

Quant à la vitamine E, son utilisation n’est pas recommandée.

En 2005, l’agence de santé américaine avertissait la communauté médicale du risque d’utilisation des neuroleptiques dits atypiques (clozapine, risperdal) dans le traitement des symptômes comportementaux (ex. agitation) de la maladie d’Alzheimer. En effet les patients sous neuroleptiques atypiques ont un risque accru de décès ou d’AVC par rapport aux patients sous placebo. En 2008, cet avertissement concernait d’autres types de neuroleptiques tels que l’halopéridol, la prochlorpérazine, la thioridazine et la chlorpromazine, et ceci pour les mêmes raisons.

«Quels sont les éléments importants pour bien soigner un malade ?»Voir la réponse »

1. Pour les proches, acquérir une bonne compétence, en analysant les résultats de ses interventions et en corrigeant certaines erreurs.

2. Savoir se montrer indulgent avec soi. Par exemple, ne pas culpabiliser lorsque l’on se montre impatient vis-à-vis du malade, car cela est tout à fait normal.

3. Démontrer de la sollicitude et de la compassion envers le malade.

4. Être en cohérence avec ses paroles et ses gestes, afin de maintenir une relation de confiance entre le proche et le malade.

5. Établir des routines dans la vie de tous les jours, et un environnement stable afin de ne pas destabiliser le malade.

6. Établir un climat serein et apaisant en établissant un contact le plus agréable possible, par exemple en pratiquant l’humour.