Nos publications

Deux médicaments contre le diabète et l’hypertension efficaces dans le traitement du cancer ?

Comment sait-on que Dali était atteint de Parkinson ?

Gluci-Chek : l’application pour aider à gérer son diabète

Un lien entre l’aluminium et la maladie d’Alzheimer ?

Le chou de Bruxelles peut-il protéger votre cerveau ?

Le cerveau des musiciens est plus réactif

Une mauvaise récupération du rythme cardiaque associée à un risque accru de décès

Un scan cérébral pour prédire le risque de chute chez les personnes âgées ?

L’aspartame favoriserait la prise de poids

Le régime méditerranéen : de plus en plus d’évidence qu’il protège le cerveau

Testez votre mémoire et votre attention

Vos questions

«Alzheimer: quelles sont les étapes menant au diagnostic?»Voir la réponse »

1re étape : il y a t-il présence d’une démence? Le médecin interroge le patient et son entourage, dresse un bilan chronologique de l’apparition des symptômes, et étudie les antécédents médicaux du malade. Le médecin proposera au patient de procéder à un examen évaluant ses capacités cognitives (mémoire, orientation, langage, etc.).

2e étape : quelle est la forme de démence? Si un diagnostic de démence est posé, le médecin déterminera la forme de démence (démence de type Alzheimer, démence vasculaire, etc.). Le médecin procédera à un examen approfondi de son état physique et demandera des examens de laboratoires et radiologiques.

C’est en excluant toute autre forme de démence que le médecin posera le diagnostic de maladie d’Alzheimer (c’est ce que l’on appelle le diagnostic différentiel). Son diagnostic se confirme environ 8 fois sur 10.

«Alzheimer: comment aider le malade à s’alimenter?»Voir la réponse »

Il faut avant tout vérifier l’état de la dentition du malade. Certaines astuces contribuent à aider le malade à se nourrir. En voici quelques-uns :

  • établir un horaire régulier;
  • éliminer les distractions (par ex la télévision);
  • présenter un met à la fois et ne pas le forcer à manger s’il n’a pas faim;
  • ne pas empêcher un malade de se lever de table, car il reviendra spontanément s’il a encore faim;
  • veillez à ne pas mélanger les ingrédients d’un plat pour que le malade puisse distinguer ce qu’il y a sur l’assiette et surtout pour ne pas en altérer le goût comme c’est souvent le cas dans les « mixés « N’y ajoutez jamais les médicaments que la personne doit prendre, certains ont un coût inacceptable;
  • la température des aliments doit être froide pour les plats froids (salades…) et chaud pour les plats cuisinés. La chaleur d’un plat en dégage aussi les bonnes odeurs;
  • soyez toujours assis pour être dans son chaos de vision pour qu’il vous voit et voit ce que vous faites. parlez-lui et dites-lui ce que vous faites;
  • ne donnez pas de trop grandes portions et donnez-les avec une cuillère plutôt qu’avec une fourchette, si vous le piquez, non intentionnellement, il risque de se détourner ou d’arrêter de manger;
  • si vous êtes gaucher placez-vous à sa gauche et l’inverse si vous être droitier;
  • ne donnez jamais à manger à deux malades à la fois;
  • si le malade est en plus hémiplégique du côté droit par exemple, faites en sorte qu’il incline la tête vers la droite, il distinguera mieux les aliments en bouche et parviendra à mieux avaler le bol alimentaire.