Nos publications

Les somnifères augmentent le risque de chutes et de fractures

Emma : un bracelet pour soulager les tremblements causés par Parkinson

Alzheimer : un examen du cerveau utile pour un dépistage précoce ?

Les acides gras polyinsaturés : leurs effets bénéfiques sur le vieillissement cérébral

La maladie d’Alzheimer n’est probablement pas causée par un faible indice de masse corporelle

La dégénérescence maculaire liée à l’âge sous-diagnostiquée

Un majeur sous tutelle ou curatelle peut-il faire un testament ?

Les aînés ont souvent des problèmes pour gérer leur argent et leurs médicaments

La plupart des personnes âgées utilisent des téléphones cellulaires en conduisant

Les espaces verts améliorent le bien-être des aînés

Des changements dans le cerveau des aînés pourraient les rendre vulnérables aux escroqueries

Vos questions

«Comment expliquer le rôle protecteur du niveau d’instruction ?»Voir la réponse »

Le niveau d’instruction est en relation avec une activité intellectuelle soutenue qui favoriserait une bonne connexion entre les neurones. Ces connexions que l’on appelle des synapses nous permettent de mémoriser, raisonner, planifier, etc. Certains chercheurs émettent l’hypothèse que les personnes ayant une activité intellectuelle et sociale régulière auraient en réserve des synapses qui compenseraient une éventuelle détérioration cognitive (on parle de réserve cognitive).

«Alzheimer: le malade a t-il du mal à se faire comprendre ?»Voir la réponse »

Il éprouve des difficultés à formuler une idée, surtout si elle est abstraite. Il se répète souvent, se trompe de mots (par ex. dit chaussette au lieu de chaussure). Son visage est moins expressif.

Le vocabulaire s’appauvrit au fur et à mesure que la maladie s’aggrave (par ex. il utilise les mots ‘truc’), ne peut raconter un événement de manière chronologique.

Il finit par répéter les mêmes mots au stade sévère de la maladie, pour ne plus finalement parler.