Nos publications

Un majeur sous tutelle ou curatelle peut-il faire un testament ?

Les aînés ont souvent des problèmes pour gérer leur argent et leurs médicaments

La plupart des personnes âgées utilisent des téléphones cellulaires en conduisant

Les espaces verts améliorent le bien-être des aînés

Des changements dans le cerveau des aînés pourraient les rendre vulnérables aux escroqueries

L’avocat : l’aliment qui aide à combattre le syndrome métabolique

Plus de troubles mentaux apparaissent avant un diagnostic d’Alzheimer

Le sommeil réparateur devient plus difficile avec l’âge

Comment les graisses, la paresse et le diabète sont reliés

Alzheimer : le rôle de la maladie vasculaire se confirme

La dégénérescence maculaire liée à l’âge sous-diagnostiquée

Vos questions

«Lequel des éléments suivants n’est pas un facteur de risque reconnu de la maladie d’Alzheimer ?»Voir la réponse »

  1. Les facteurs vasculaires ?
  2. L’hypertension ?
  3. L’abus d’alcool ?
  4. Le traumatisme crânien ?

Voir la réponse plus bas

 

 

 

 

 

Réponse : l’abus d’alcool 

La cause de la maladie d’Alzheimer est inconnue. Plusieurs chercheurs croient maintenant que la convergence des facteurs de risque environnementaux et génétiques déclenchent une cascade d’événements qui, après dix à vingt ans, conduisent à la démence et à la maladie d’Alzheimer en particulier.

Les facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer identifiés à ce jour sont les suivants:

 L’âge avancé

• Les antécédents familiaux

 La forme E4 du gène de l’apolipoprotéine E (APOE4)

• L’obésité

 La résistance à l’insuline

 Les facteurs vasculaires

 La dyslipidémie (concentration trop élevée de lipides dans le sang)

• L’hypertension

 Les marqueurs de l’inflammation

 La trisomie 21

 Le traumatisme crânien

L’hypertension qui survient à l’âge mûr est un facteur de risque établi. Une étude post-mortem a ainsi évalué le lien entre l’hypertension et la maladie d’Alzheimer et rapporté que les patients sous bêtabloquant (un anti-hypertenseur) présentent plus de lésions cérébrales que ceux qui ne prennent pas ce type de médicament.

«Alzheimer: que faire lorsqu’un malade se dit victime de vol ?»Voir la réponse »

Ce type d’accusation est un comportement courant chez un malade qui égare souvent des objets. Il faut donc ne pas argumenter et essayer de comprendre le malade. La bonne approche est d’aider le malade à trouver l’objet perdu, démarche qui généralement le calme. Vous pouvez dans la mesure du possible avoir des doubles de certains objets (par ex des gants).