Comment protéger le majeur protégé en matière médicale ?

Des illusions d’optique pour diminuer les fugues en soins de longue durée

Les chutes en forte augmentation chez les femmes dès la quarantaine

Ile d’Okinawa ou l’île des centenaires

Comment sont gérés les contrats d’assurance-vie du majeur sous tutelle ou curatelle ?

Les antalgiques plus nocifs chez les personnes atteintes d’Alzheimer

Alzheimer : l’interaction sociale améliore le bien-être

Les fugues dans la maladie d’Alzheimer

Comment évaluer l’état nutritionnel ?

Comment régler une succession lorsque le majeur est sous tutelle ou curatelle ?

Hyperthermie : les personnes âgées à risque

Les suppléments d’oméga 3 n’ont pas d’effet sur la santé cardiovasculaire

Vos questions

«La maladie d’Alzheimer est-elle héréditaire?»Voir la réponse »

Il existe des formes familiales de la maladie d’Alzheimer qui se caractérise par la transmission de ‘mauvais gènes’ (c’est-à-dire des gènes ayant subi une mutation) des parents aux enfants.

Ces formes ne représentent cependant qu’environ 5% des cas totaux. Les gènes impliqués dans les formes familiales sont les gènes de la préséniline 1 et 2 et de l’APP (amyloid protein precursor).

Il existe des prédispositions génétiques, provoquées par la mutation de certains gènes (dont le gène de l’apolipoprotéine E), qui augmente le risque de développer la maladie. Cela ne signifie pas que le porteur d’un de ces mauvais gènes développera nécessairement la maladie. Il ne peut cependant être considéré comme un argument diagnostique individuel.

Une personne qui a un parent atteint de la maladie d’Alzheimer risque deux ou trois fois plus de souffrir de cette maladie qu’une personne qui n’a pas ces antécédents familiaux.

«Combien distingue-t-on de phases dans la maladie d’Alzheimer ?»Voir la réponse »

On distingue trois phases dans la maladie d’Alzheimer qui se développent sur 15-20 ans :

Phase 1 dite « préclinique » dite asymptomatique qui se caractérise donc par l’absence de symptômes (pertes de mémoire).

Phase 2 : phase du déclin cognitif léger, au cours de laquelle le patient se plaint de troubles cognitifs légers qui n’altèrent pas cependant ses activités de la vie quotidienne. On observe à ce stade une légère altération de structures cérébrales.

Phase 3 : phase de la maladie d’Alzheimer (ou d’une autre forme de démence) caractérisée par des troubles cognitifs touchant la mémoire, le raisonnement, les notions abstraites etc. et une dépendance accrue, conduisant à un placement en institution dans près de 40% des cas.

À lire aussi:

Evaluation des stades de fonctionnement dans la maladie d’Alzheimer