Nos publications

Comment prévenir les handicaps liés au vieillissement ?

Le diabète est la 3me cause de mortalité aux États-Unis

Sondage : un français sur deux ne respecte pas la prescription

Le régime méditerranéen bénéfique dans la dépression ?

L’obésité peut-elle nuire à la mémoire des personnes âgées ?

Sleepbox by Starck : un appareil connecté pour traiter les apnées du sommeil

Une liste de médicaments à écarter publiée

Trouble bipolaire : l’hippocampe est-il en cause ?

Alzheimer : une nouvelle forme de thérapie à domicile pour les malades

Le miel est-il interdit aux diabétiques ?

Comment est apprécié l’altération des facultés mentales justifiant l’ouverture d’une mesure de protection ?

Vos questions

«Quelle est la différence en déclin cognitif léger et pertes de mémoire bénines?»Voir la réponse »

Les pertes de mémoires chez les personnes avec un déclin cognitif léger sont évaluées et validées par des tests neuropsychologiques. Ces pertes de mémoire sont donc objectives (ou avérées), contrairement aux pertes de mémoire bénines qui sont qualifiées de subjectives car non validées par des tests (cela peut être le cas chez une personne âgée souffrant de dépression).

«Alzheimer: comment classe-t-on les malades ?»Voir la réponse »

Il existe des échelles (tels que l’échelle de Reisberg) qui répartissent les malades suivant des critères comportementaux. Cependant, la définition de ces critères est subjective, car la maladie n’évolue pas de la même façon chez tous les malades. En voici un résumé :

Stade 1. Le sujet ne se plaint pas de troubles de mémoire.

Stade 2. Ses facultés mentales sont très légèrement affaiblies : le sujet oublie de localiser des objets familiers, les noms de vieilles connaissances…

Stade 3. Ses facultés mentales sont légèrement affaiblies : le malade se perd, travaille moins bien, ne trouve pas ses mots, perd des choses importantes, a du mal à se concentrer, ne retient pas les choses qu’il vient d’apprendre…

Stade 4. Ses facultés mentales sont affaiblies. Le malade ne peut plus vraiment s’occuper de ses affaires. Il se désintéresse de plus en plus des événements quotidiens. Ses troubles sont objectivement observés lors d’une entrevue clinique.

Stade 5. Ses facultés mentales sont vraiment affaiblies : le patient est autonome, sauf pour la toilette et le manger. Il ne se souvient plus des noms de ses proches (sauf de ses enfants et de son époux(se). Il est désorienté dans l’espace et le temps.

Stade 6. Ses facultés mentales sont gravement affaiblies : le patient est totalement dépendent. il se souvient partiellement des faits de son passé. Il est généralement peut conscient de son environnement. Il se souvient généralement de son nom et de celui de son époux(se). Idées délirantes, troubles obsessionnels, anxiété, agitation.

Stade 7. Ses facultés mentales sont très gravement affaiblies : la personne est aphasique, ne parle et ne marche presque plus.