Bromocriptine

Médicaments
Substance active Nom commercial
Mésylate de bromocriptine Parlodel®

Indications

La bromocriptine est indiquée dans le traitement des symptômes de la maladie de Parkinson, en monothérapie ou en association avec la lévodopa (on dit alors que la bromocriptine est un adjuvant).

Dans ce dernier cas, la prescription de la bromocriptine a pour but d’augmenter l’efficacité de la lévodopa et d’atténuer ses effets secondaires (mouvements involontaires anormaux, fluctuations de la fonction motrice du patient).

Cependant, les études cliniques indiquent que la bromocriptine n’empêche ni retarde significativement l’apparition des effets secondaires de la lévodopa.

Comment fonctionne la bromocriptine ?

Il existe dans le cerveau des neurones qui se projettent d’une région cérébrale (appelée substance noire) vers une autre (appelée le striatum).

Ils libèrent dans le striatum de la dopamine, le neurotransmetteur responsable du contrôle des mouvements. Ces neurones forment la voie dopaminergique nigrostriée.

La destruction progressive de la voie dopaminergique nigrostriée entraîne une diminution de la production de dopamine, à l’origine de la plupart des symptômes observés dans la maladie de Parkinson (tremblement, rigidité, akinésie, lenteur des mouvements).

La bromocriptine a la propriété de stimuler les récepteurs de la dopamine en mimant les effets de cette dernière: on dit que la bromocriptine est un agoniste dopaminergique (voir aussi le pergolide, le pramipexole et le ropinirole).

Posologie et mode d’administration

Doses administrées : de 1,25 mg/jour (début du traitement) à 40 mg/jour.

La bromocriptine se présente sous forme de comprimés ou de gélules.

Contre-indications / mises en garde / précautions

  • La bromocriptine est contre-indiquée chez les patients traités aux neuroleptiques (sauf la clozapine).
  • La bromocriptine peut provoquer des vertiges et diminuer les réflexes.
  • Les personnes prenant des médicaments agissant sur la tension artérielle doivent être étroitement surveillées.
  • Des doses élevées de bromocriptine (associée ou non à la lévodopa) peuvent provoquer des hallucinations et une confusion chez les parkinsoniens. 

Effets indésirables les plus fréquents

Nausées, vomissements, mouvements anormaux, hallucinations, confusion, étourdissements, baisse de la vigilance, hypotension, évanouissement, troubles de la vue, insomnie.

Efficacité des agonistes dopaminergiques

La lévodopa est le médicament le plus utilisé dans le traitement de la maladie de Parkinson. Elle traverse la barrière hémato-encéphalique (une paroi qui sépare le cerveau du sang) pour se rendre dans le cerveau où elle est convertie en dopamine. Cette conversion en dopamine explique certainement ses effets atténuants sur les symptômes parkinsoniens. Bien que la lévodopa améliore les symptômes moteurs chez les patients atteints de la maladie de Parkinson, un traitement de plus de 5 ans provoque des complications motrices sévères (akinésie, effets « on-off », dyskinésies), probablement dues à la sévérité des troubles moteurs et la durée du traitement par la lévodopa. Ces complications motrices peuvent être atténuées, pendant environ 3 ans, par une classe de médicaments appelés agonistes dopaminergiques. Ces médicaments sont la bromocriptine, la cabergoline, le lisuride, le pergolide, le piribédil, le pramipexole, le ropinirole et la rotigotine.

De récentes études utilisant des protocoles comparables ont permis de comparer de manière rigoureuse l’efficacité des agonistes dopaminergiques. Les essais cliniques pris en compte ont duré de 3 à 12 mois et répondent à des critères d’inclusion stricts : essais randomisés à double insu versus placebo ou lévodopa. La durée minimale (3 mois) et maximale (12 mois) de traitement se justifie respectivement par le besoin de parvenir à un équilibre posologique et par le fait d’éviter les biais liés à l’évolution de la maladie. L’âge moyen des malades – en majorité des hommes – se situe autour de 60 ans.

Efficacité. L’efficacité est mesurée par la variation du score de l’Unified Parkinson’s Disease Rating Scale* (UPDRS en abrégé) entre le groupe traité avec le médicament (avec ou sans lévodopa) et le groupe placebo (avec ou sans lévodopa). Plus la différence est élevée, plus le médicament est efficace.

* Unified Parkinson’s Disease Rating Scale. Echelle évaluant la sévérité de la maladie de Parkinson. Elle comprend quatre aspects: état mental, comportement et humeur; activités de la vie quotidienne; état moteur et complications du traitement. Les patients traités avec un agoniste dopaminergique ont moins de risque de développer des dyskinésies (-49%), une dystonie (-36%) et des fluctuations motrices (-25%) que ceux traités seulement avec la lévodopa. La variation des scores de l’UPDRS est la suivante : pergolide (5,9 variation entre groupe traité et groupe placebo); piribédil (7,3); pramipexole (6); ropinirole (4,7) et rotigotine (5,3).

Effets indésirables. Les oedèmes constituent les effets indésirables les plus fréquents (+268%), suivis de la somnolence (+49%), constipation (+59%), vertiges (+45%), hallucination (+69%) et des nausées (+32%). Ces effets sont liés aux propriétés dopaminergiques de ces médicaments. La fréquence des interruptions de traitements due aux effets secondaires est deux fois et demie plus élevée chez ceux traités avec ces médicaments, comparée au groupe contrôle.

Ratio efficacité/tolérance. Ce ratio reflète le rapport entre le bénéfice que procure le médicament et le risque encouru par le patient. Le meilleur score est obtenu avec le piribédil, suivi du pramipexole, pergolide, rotigotine et ropinirole.

En conclusion, bien que ces médicaments présentent une efficacité comparable, le piribédil est le médicament produisant le moins d’effets indésirables (en particulier les nausées) et ayant le meilleur ratio efficacité/tolérance.

Publications

Bonuccelli U et alii. Pergolide in the treatment of patients with early and advanced Parkinson’s disease. Clin Neuropharmacol, 25:1-10, 2002.

Ramaker C et Hilten JJ. Bromocriptine/levodopa combined versus levodopa alone for early Parkinson’s disease. Cochrane Database Syst Rev, 2002.

Stowe RL. Dopamine agonist therapy in early Parkinson’s disease. Cochrane Database Syst Rev. 2008 Apr 16;(2):CD006564.

Jankovic J, Stacy M. Medical management of levodopa-associated motor complications in patients with Parkinson’s disease. CNS Drugs. 2007;21(8):677-92.

Gallagher DA, Schrag A. Impact of newer pharmacological treatments on quality of life in patients with Parkinson’s disease. CNS Drugs. 2008;22(7):563-86.

Pour de plus amples informations sur ce médicament, veuillez contacter votre médecin ou votre pharmacien.Cet article doit être considéré comme une information et un outil de formation et non comme une consultation médicale; laquelle relève, stricto sensu, d’une relation individuelle avec un professionnel patenté et selon les règles en vigueur dans le pays.