Coup de chaleur chez les personnes âgées

Actualités

Les personnes âgées sont les plus à risque de souffrir de coup de chaleur. L’un des facteurs de risque est la déshydratation.

Les personnes âgées à risque de coups de chaleur 

Les personnes âgées sont les plus à risque de souffrir de coup de chaleur et de déshydratation, en particulier celles souffrant de maladies chroniques (maladies cardiaques, diabète) ou qui sont en perte d’autonomie.

Le coup de chaleur chez les personnes âgées survient le plus souvent l’été, avec les fortes chaleurs ou aux périodes de remise en route de chauffage, mais aussi en cas de température excessive des locaux.

La fatigue et les étourdissements liés à la chaleur, des troubles de la vigilance, les crampes de chaleur, l’épuisement par la chaleur et les coups de chaleur sont autant de signes d’hyperthermies.

La confusion est souvent le premier signe d’alerte de déshydratation.

Ces signes surviennent lorsque le corps est incapable de contrôler sa température.

Ceux qui n’ont pas accès à la climatisation, qui ne peuvent pas se déplacer, qui porte trop de vêtements ou qui visite des endroits bondés peuvent être plus vulnérables.

Les autres facteurs qui augmentent le risque d’hyperthermie sont :
1. La déshydratation.
2. Une mauvaise circulation sanguine.
3. Une production moins élevée de sueur en raison du vieillissement.
4. La prise de plusieurs médicaments.
5. L’hypertension artérielle ou autre maladies qui nécessitent un régime faible en sel.
6. Les maladies cardiaques, pulmonaires et rénales, ou d’autres affections qui provoquent une faiblesse générale ou de la fièvre.
7. La surcharge pondérale ou au contraire un poids trop faible.
8. La consommation d’alcool.

Lorsque la température, la pollution atmosphérique et l’humidité augmentent, les personnes âgées ayant des problèmes de santé chroniques doivent rester à la maison.

Celles qui n’ont pas l’air conditionné devraient se rendre dans un centre commercial, un centre pour personnes âgées, une bibliothèque ou tout autre endroit qui dispose d’un air conditionné.

La déshydratation plus fréquente chez les personnes âgées

Les pertes d’eau augmentent avec le vieillissement, soit directement par le rein, soit indirectement à cause d’une régulation thermique moins efficace qui accroît les pertes cutanées. La déshydratation peut être due à une augmentation accrue des pertes d’eau (par ex. diarrhée, vomissements, diurétiques, fugues et errements chez les personnes âgées souffrant de démence) ou à une baisse de l’apport en liquide (en particulier chez les personnes avec facultés affaiblies ou avec des troubles de déglutition).

Les signes de déshydratation

Les signes d’alerte comprennent:

  • La fièvre (généralement supérieure à 40C).
  • État confus (généralement le premier signe)
  • Un pouls fort rapide
  • Une peau sèche
  • Le manque de transpiration
  • Une faiblesse
  • État chancelant
  • Baisse de la pression artérielle
  • Diminution de la pression veineuse
  • Constipation

Ces signes peuvent aller dans les cas les plus graves au coma.



Recommandations pour réduire l’impact du coup chaleur chez les personnes âgées

  • Boire de petites quantités d’eau tout au long de la journée, ne pas attendre d’avoir soif.
  • Porter des vêtements légers, de préférence en coton, pour favoriser l’évaporation de la sueur.

En cas de déshydratation avérée, il est indispensable d’appliquer une réhydratation par voie sous-cutanée et d’envisager des suppléments protéiques en cas de dénutrition importante.

Le personnel soignant doit vérifier la disparition des signes critiques de déshydratation et l’amélioration générale du patient âgé.

Pour les personnes âgées qui travaillent

  • Ajuster le rythme de travail en fonction des conditions.
  • Déplacer le travail lourd aux heures les plus fraîches de la journée, généralement tôt le matin.
  • Prendre ses pauses dans un endroit frais ou, si possible, un endroit climatisé.

Pour le personnel soignant

  • Ouvrir les fenêtres des chambres de patients en période plus fraîche, lorsqu’elles ne sont plus exposées au soleil, ainsi qu’en période plus fraîche (le matin, le soir et la nuit, si possible).
  • Garder les fenêtres des chambres de patients fermés lorsqu’elles sont exposées au soleil.
  • Tirer les rideaux et fermer les stores des fenêtres exposées au soleil.
  • Diminuer l’éclairage.
  • Déplacer les patients, lorsque c’est possible, vers des espaces frais ou climatisés.
  • Des ventilateurs peuvent être utilisés avec une surveillance accrue, car ils peuvent déshydrater les personnes qui s’en servent.
  • Il faut toujours laisser les fenêtres ouvertes lorsque l’on utilise un ventilateur et son utilisation n’est pas recommandée le jour lorsque la température extérieure est supérieure à 32°C.
  • Le meilleur moment pour utiliser un ventilateur est pendant la soirée ou la nuit lorsque l’air extérieur est plus frais que l’air intérieur.
  • Réduire le niveau d’activité physique des patients, ajuster vos activités prévues avec les patients dans les prochains jours.
  • Annuler les sorties à l’extérieur. Si impossible, porter un chapeau et des vêtements légers.
  • Augmenter et surveiller la consommation de breuvages frais, variés et agréables au goût des patients, en tenant compte des restrictions médicales qui s’imposent (Exemple : maladie rénale, cardiaque).
  • Surveiller la température corporelle et la diurèse. Si la température passe de 37°C à 38°C, la personne doit consommer 0.5 litre d’eau supplémentaire par jour, sauf s’il existe une contre-indication.
  • Augmenter la fréquence de tournée des collations et breuvages et laisser ceux-ci à la portée de la main, mais avec surveillance pour les patients diabétiques et ceux avec restriction liquidienne.
  • Augmenter la fréquence des douches et des bains, si nécessaire.
  • Appliquer sur le visage des débarbouillettes mouillées rafraîchies au réfrigérateur.
  • Humidifier la bouche : Rinçage, pulvérisation d’eau.
  • Alterner les positions des personnes alitées de façon plus fréquente.
  • Avoir des serviettes et débarbouillettes supplémentaires, en réserve.
  • Effectuer des changements de literie plus fréquents.
  • Faire porter des vêtements légers, amples, en coton si possible et de couleur pâle.
  • Surveiller les signes de déshydratation, rapporter à l’infirmière tout indice ou signe observé :
  1. Trouble du sommeil
  2. Trouble du comportement (par rapport à son comportement habituel)
  3. Agitation
  4. Confusion
  5. Épuisement ou fatigue
  • Vérifier avec l’infirmière si la prise de certains médicaments réduit la capacité d’adaptation des patients à la chaleur (Exemple: diurétiques, psychotropes, tranquillisants, anticholinergiques, etc.).
  • Vérifier avec l’infirmière si certaines restrictions s’appliquent concernant l’hydratation des personnes (Exemple : Patients qui ont une prescription).