Syndrome dysexécutif comportemental

Tests d'évaluation

Le syndrome dysexécutif comportemental est une échelle qui évalue le syndrome dysexécutif de patients souffrant de démence à un stade léger (en particulier la démence fronto-temporale).

Le syndrome dysexécutif comportemental est une atteinte des fonctions exécutives qui sont les capacités cognitives d’un individu lui permettant de développer et de planifier un comportement dirigé vers un but.




Cette échelle du syndrome dysexécutif comportemental comporte 12 domaines qui sont :

1. Hypoactivité s’accompagnant éventuellement d’une aboulie.

Par rapport à son comportement antérieur, la personne a-t-elle des
difficultés à effectuer spontanément ses activités, y compris des activités simples de la vie quotidienne qu’elle pourrait effectuer sans problème ?
2. Les capacités d’anticipation, d’organisation et d’initiation.
Par rapport à son comportement antérieur, la personne a-t-elle des
difficultés pour faire des projets, prévoir et organiser des activités, les initier et les réaliser ?
3. Les troubles émotionnels, désintérêt, euphorie.
Par rapport à son comportement antérieur, la personne ressent- elle moins fortement les émotions ? Se désintéresse-t- elle de ses activités ? Est- elle plus indifférente à son entourage ?
5. Irritabilité et agressivité.
Par rapport à son comportement antérieur, la personne est-elle plus impatiente ou impulsive? Se met- elle plus facilement en colère ?
6. Hyperactivité, impulsivité.
Par rapport à son comportement antérieur, la personne a-t-elle une activité motrice exagérée, sans but ? Se laisse t- elle distraire facilement ? Semble-t- elle agir de manière impulsive sans réfléchir ?
7. Persévérations verbales et motrices, stéréotypies.
Par rapport à son comportement antérieur, la personne a-t-elle tendance à persévérer ? Répète-t-elle plusieurs fois les mêmes activités, les mêmes
paroles, les mêmes gestes, même si cela n’est pas nécessaire ?
8. Dépendance environnementale.
Par rapport à son comportement antérieur, la personne est-elle anormalement attirée par certaines stimulations de l’environnement ? A-t- elle besoin de toucher ou de prendre les objets qui sont autour de d’elle, de suivre des yeux les gens qui passent, de se mêler à la conversation de personnes qu’elle ne connaît pas ?
9. Anosognosie et anosodiaphorie.
Par rapport à son comportement antérieur, la personne a-t-elle tendance à sous-estimer ou à méconnaître les déficits qu’elle présente et leurs conséquences dans la vie quotidienne ? Fait-elle des projets irréalistes pour son avenir ?
10. Confabulations.
Par rapport à son comportement antérieur, la personne a-t-elle une mémoire capricieuse et tendance à confondre les événements ou les personnes ? Parle-t- elle d’événements du passé comme s’ils étaient actuels ou d’événements qui ne se sont jamais produits comme s’ils étaient
réels ?
11. Troubles de conduites sociales.
Par rapport à son comportement antérieur, la personne a-t-elle tendance à se comporter d’une manière peu adaptée à l’environnement social ? Agit- elle souvent d’une manière qui peut lui nuire à long terme parce qu’elle ne
respecte pas les règles ?
12. Conduites sexuelles, sphinctériennes et alimentaires inappropriées.
Par rapport à son comportement antérieur, la personne présente-t-elle un
manque de contrôle inhabituel et socialement inapproprié de ses conduites sexuelle, sphinctérienne (urinaire) ou alimentaire ?