L’obésité est t-elle un facteur de risque d’Alzheimer ?

Actualités

L’obésité augmente-t-elle ou protège-t-elle contre le risque d’Alzheimer ? La réponse reste en débat.

L’obésité associée à un risque moindre de démence

Une étude britannique a démontré que les personnes maigres ont plus de risque de développer la maladie d’Alzheimer. Ces résultats vont à l’encontre de ceux publiés précédemment.

Une étude publiée dans la revue médicale The Lancet Diabetes and Endocrinology indique que les personnes maigres ont un risque accru de développer une démence par rapport à celles ayant un poids normal ou obèses*.

Plusieurs études ont, dans le passé, établi un lien entre le surpoids et les démences (dont Alzheimer) qui affectent près de 50 millions de personnes dans le monde, en très grande majorité des personnes âgées.

Mais dans cette étude publiée par la revue médicale The Lancet Diabetes and Endocrinology, des chercheurs britanniques ont montré au contraire que les personnes de 40 à 55 ans maigres ont un risque accru de 34% de présenter des démences plus tard dans leur vie, par rapport à celles affichant un poids normal. Lire la suite sur le site de Ouest-France

* Dans cette étude, un indice de masse corporelle inférieur à 20 kg/m2 est associé à un risque accru de démence de 34% alors qu’un indice de masse corporelle supérieur à 30 kg/m2est associé à un risque moindre de démence (entre -26% et -33%).

Source: BMI and risk of dementia in two million people over two decades: a retrospective cohort study. The Lancet Diabetes and Endocrinology, juin 2015.

Les personnes obèses plus à risque d’Alzheimer, selon une étude plus ancienne

Les personnes obèses qui ont un index de masse corporelle (IMC) entre 25 et 30 ont un risque accru (+ 71%) de développer une démence (dont la mqaladie d’Azlheimer), selon une étude publiée en 2013.
Ce risque quadruple lorsque l’IMC est supérieur à 30. Cette étude suédoise a porté sur 8500 jumeaux et a été présentée lors d’une congrès européen sur l’obésité.
L’excès de poids n’est donc pas seulement mauvais pour le corps, mais aussi pour le cerveau. L’obésité est un problème de santé publique dans les pays industrialisés.
En Angleterre, par exemple, un quart de la population est obèse. Selon des chercheurs britanniques, ce taux monterait dans 40 ans à 46% pour les hommes et à 31% pour les femmes.
Si tel est le cas, l’incidence de la démence augmenterait de 4,9 cas pour 1000 habitants contre 6,6 cas pour 1000 habitants.
L’impact négatif de l’obésité sur la démence pourrait être contrecarrer par des actions immédiates, notamment la pratique régulière d’activité physique.

A lire sur le même thème
Comment réduire efficacement la graisse abdominale chez la personne âgée

Privilégiez un régime faible en sucres

Les régimes commerciaux plus efficaces que les régimes traditionnels ?