Parkinson: l’hypothèse d’une cause intestinale soulevée

Actualités

L’ablation de l’appendice diminuerait d’un quart le risque de maladie de Parkinson et retarde la progression chez celles qui développent la maladie. Cette étude confirme le lien entre une lésion de l’intestin et celle du cerveau.

Une étude épidémiologique américaine (Van Andel Research Institute à Grand Rapid)  portant sur près de 1,7 million de Suédois rapporte que l’ablation préventive de l’appendice diminue de 20% à 25% (chez les personnes vivant en milieu rural) le risque de développer la maladie de Parkinson.

Ces résultats soutiennent l’hypothèse d’une cause intestinale et environnementale de la maladie de Parkinson via les pesticides et les bactéries.

Certains pesticides et solvants augmentent le risque de Parkinson

Lien entre intestin et maladie de Parkinson

Les problèmes digestifs précèdent souvent les symptômes moteurs de la maladie de Parkinson. Il est possible que l’alpha-synucléine, dont l’accumulation dans le cerveau est à l’origine de ces symptômes, apparaisse d’abord dans le nerf vague qui innerve le tube digestif pour aboutir dans le cerveau via ce nerf. Une expérience réalisée chez le rat a d’ailleurs montré que l’on pouvait provoquer la maladie en inoculant ces agrégats d’alpha-synucléine dans la paroi intestinale.





Possible lien entre inflammation de l’intestin et le cerveau

Cette protéine synucléine pourrait provoquer une inflammation intestinale où se concentrent des cellules du système immunitaire et dont la fonction est de contrôler les bactéries du microbiote intestinal. Certaines personnes seraient plus sensibles à développer une inflammation de l’intestin.

D’autre part, certaines bactéries qui provoquent une inflammation seraient à l’origine d’une accumulation de la protéine amyloïde, en cause dans la maladie d’Alzheimer.

Le microbiote intestinal en cause dans la maladie d’Alzheimer ?

Source : Killinger BA et coll. The vermiform appendix impacts the risk of developing Parkinson’s disease. Sci Transl Med.  31;10(465), 2018.