Parodontite

Actualités




La parodontite : un signe de pré-diabète ?

La présence d’une parodontite pourrait refléter la présence d’un pré-diabète de type 2, selon une étude néerlandaise.

Des chercheurs ont suivi 313 patients soignés dans une clinique dentaire d’Amsterdam.

Plus de 200 d’entre eux souffraient de parodontite d’intensités légère à sévère. Ils ont mesuré en parallèle leur glycémie.

Résultat : la moitié des patients atteints de parodontite étaient pré-diabètiques. Le risque de développer était proportionnel à la gravité de l’infection gingivale.

Les chercheurs suggèrent d’effectuer un prélèvement buccal afin de poser éventuellement un diagnostic précoce du diabète.

Source : Periodontitis as a possible early sign of diabetes mellitus. BMJ Open Diabetes Research and Care, février 2017.

La parodentie à l’origine d’un déclin cognitif ?

Des scientifiques ont constaté qu’une maladie de la gencive accélère le déclin cognitif des personnes âgées.

Les maladies parodontales (maladies affectant les tissus de soutien des dents) sont fréquentes chez les personnes âgées et peuvent empirer au cours du vieillessement, période au cours de laquelle il est plus difficile de maintenir une bonne hygiène bucco-dentaire.

Ces chercheurs britanniques (King College de Londres et Université de Southampton) pensent que les bactéries qui se logent dans la gencive augmentent les niveaux d’inflammation dans le corps, entraînant un plus grand déclin mental chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

59 personnes souffrant de démence d’intensité légère à modérée ont été suivies pendant six mois, en particulier l’état de leurs gencives.

Celles qui avaient une maladie des gencives au début de l’étude ont vu leur fonction cognitive diminuée six fois plus vite que celles qui avaient des dents saines.

La maladie des gencives peut être contrôlée par un brossage régulier et l’utilisation d’un rince-bouche.

Ces résultats confirment que l’inflammatoire chronique a un effet néfaste sur la progression de la maladie d’Alzheimer.

D’autre part, des études antérieures avaient montré que les patients atteints de la maladie d’Alzheimer ont une moins bonne santé dentaire que des individus en bonne santé cognitive du même âge, ce qui s’explique probablement par une plus grande difficulté pour les malades de prendre soin d’eux mêmes au fur et à mesure que la démence s’agrave.

L’on ne sait pas cependant si c’est la maladie des gencives qui accélère le déclin des fonctions cognitives ou vice versa.

Cette étude ajoute aux précédents résultats suggérant que les maladies parodontales pourraient être un facteur contribuant à la maladie d’Alzheimer. Si cela s’avère être le cas, une meilleure hygiène dentaire offrirait un moyen relativement simple d’aider à ralentir la progression de la démence et permettre aux gens de rester indépendants pendant plus longtemps.

Source: Ide M et coll. Periodontitis and Cognitive Decline in Alzheimer’s Disease. PLOS One, mars 2016.


A lire aussi

Une mauvaise hygiène dentaire augmenterait le risque d’AVC