Resvératrol

Nutrition

Le resvératrol est un polyphénol présent dans le vin rouge, la peau de raisin rouge, le jus de raisin violet, les mûres blanches et en plus faibles quantités dans les arachides.

Il fait l’objet de nombreuses études scientifiques du fait de ses multiples propriétés : effets vasodilatateurs, anti-inflammatoires, anti-vieillissement, anti-prolifératifs. Elle aurait donc un effet bénéfique sur différentes affections rendant plus vulnérable le cerveau de la personne âgée : diabète, maladies cardiovasculaires, obésité.

Le resvératrol possède également des propriétés neuroprotectrices, c’est-à-dire qu’il protège les neurones, selon des études également réalisées in vitro ou chez l’animal.


Où se procurer le resvératrol ?

Resvératrol & OPC de raisin


Efficacité

Diabète. Les études réalisées chez les primates indiquent que le resvératrol (jusqu’à 240 mg deux fois par réduit le glucose sanguin et protège les cellules béta du pancréas chez des primates nourris avec une alimentation riche en sucres pendant deux ans. De plus, le resvératrol améliore la sensibilité à l’insuline et la régulation du glucose chez les patients diabétiques, selon une méta-analyse portant sur onze études cliniques. Les patients diabétiques prenant du resvératrol ont des taux de glucose plus faible après un repas, comparés à des sujets contrôles. Les doses utilisées varient de 10 mg à 5 g par jour pendant un mois. Le contrôle de la glycémie semble meilleur lorsque le resvératrol (250 mg par jour) est pris comme un adjuvant à un traitement standard.

Bhatt, J.K. et al., 2012. Resveratrol supplementation improves glycemic control in type 2 diabetes mellitus. Nutr. Res. 32, 537–541.
Brasnyo, P. et al., 2011. Resver- atrol improves insulin sensitivity, reduces oxidative stress and activates the Akt pathway in type 2 diabetic patients. Br. J. Nutr. 106, 383–389.
Elliot, P.J. et al., 2009. Resveratrol/SRT-501. Drug. Future 34, 291–295.
Fiori, J.L. et al., 2013. Resveratrol prevents beta-cell ded- ifferentiation in nonhuman primates given a high-fat/high-sugar diet. Diabetes 62, 3500–3513.
Jimenez-Gomez, Y. et al., 2013. Resveratrol improves adipose insulin signaling and reduces the inflammatory response in adipose tissue of rhesus monkeys on high-fat, high- sugar diet. Cell Metab. 18, 533–545.

Obésité et maladies cardiovasculaires. L’obésité est généralement reliée à une résistance à l’insuline et à la survenue éventuelle d’un diabète. Les études portant sur l’effet du resvératrol sur la sensibilité à l’insuline ont rapporté des résultats contradictoires. Concernant l’athérosclérose, une méta-analyse indique que le resvératrol ne modifie par les niveaux de lipides dans le sang (LDL- et HDL-cholestérol, triglycérides) mais pourrait diminuer les niveaux de cholestérol total à des doses de 250 mg/jour pendant 3 mois. Concernant l’hypertension, le resvératrol (plus de 150 mg/jour) semble diminuer la pression artérielle systolique et augmenter la dilatation de l’artère brachiale. Ce polyphénol est également capable de diminuer les niveaux de plusieurs marqueurs de l’inflammation (appelés cytokines) qui augmentent chez les personnes obèses.

Crandall, J.P. et al., 2012. Pilot study of resveratrol in older adults with impaired glucose tolerance. J. Gerontol. A. Biol. Sci. Med. Sci. 67, 1307–1312.
Mendez del Villar, M. et al., 2014. Effect of resveratrol administration on metabolic syn- drome, insulin sensitivity, and insulin secretion. Metab Syndr. Relat. Disord. 12, 497–501.
Chachay, V.S. et al., 2014. Resveratrol does not benefit patients with non-alcoholic fatty liver disease. Clin. Gastroenterol. Hepatol.
Dash, S. et al., 2013. High-dose resveratrol treatment for 2 weeks inhibits intestinal and hepatic lipoprotein production in overweight/obese men. Arterioscler. Thromb. Vasc. Biol. 33, 2895–2901.
Bhatt, J.K. et al., 2012. Resveratrol supplementation improves glycemic control in type 2 diabetes mellitus. Nutr. Res. 32, 537–541.
Tome-Carneiro J. et al., 2013c. One-year supplementation with a grape extract containing resveratrol modulates inflammatory-related microRNAs and cytokines expression in peripheral blood mononuclear cells of type 2 diabetes and hypertensive patients with coronary artery disease. Pharmacol. Res. 72, 69–82.

Déclin cognitif. Les données épidémiologiques suggèrent que le resvératrol, tout comme d’autres polyphénols, exercent des effets neuroprotecteurs et préservent les fonctions cognitives. Les effets bénéfiques du resvératrol (500 mg) sur les fonctions cognitives pourraient être dus à sa capacité de stimuler la circulation cérébrale grâce à ses propriétés vasodilatatrices, en particulier chez les personnes ayant des troubles cognitifs. Enfin, une étude publiée en 2014 indique qu’une supplémentation de resvératrol pendant 26 semaines augmente les performances mnésiques chez les personnes âgées en surcharge pondérale.

Foti Cuzzola, V. et al., 2011. Role of resver- atrol and its analogues in the treatment of neurodegenerative diseases: focus on recent discoveries. CNS Neurol. Disord. Drug Targets 10, 849–862.
Kennedy, D.O. et al., 2010. Effects of resveratrol on cerebral blood flow variables and cognitive perfor- mance in humans: a double-blind, placebo-controlled, crossover investigation. Am. J. Clin. Nutr. 91, 1590–1597.
Sun, A.Y. et al., 2010. Resveratrol as a therapeutic agent for neurodegenerative diseases. Mol. Neurobiol. 41, 375–383.
Wightman, E.L. et al., 2014. Effects of resveratrol alone or in combination with piperine on cerebral blood flow parameters and cognitive performance in human subjects: a ran- domised, double-blind, placebo-controlled, cross-over investigation. Br. J. Nutr. 112, 203–213.
Witte, A.V. et al., 2014. Effects of resveratrol on memory performance, hippocampal functional connectivity, and glucose metabolism in healthy older adults. J. Neurosci. 34, 7862–7870.
Wong, R.H. et al., 2013. Chronic resveratrol consumption improves brachial flow-mediated dilatation in healthy obese adults. J. Hypertens. 31, 1819–1827.

Effets secondaires et précautions

Le resvératrol est vraisemblablement sans danger lorsqu’il est pris par voie orale jusqu’à 250 mg par jour sur une durée maximale de trois mois. Les doses supérieures à 900 mg ont été utilisées pendant deux jours maximum. L’application cutanée du resvératrol est aussi sans danger pour une durée maximale de 30 jours.

Hémorragies. Le resvératrol pourrait augmenter le risque hémorragique chez les personnes prenant des anticoagulants ou antiplaquettaires ou devant subit une opération chirurgicale.

Maladies hormono-dépendantes (ex. cancers du sein, de l’utérus ou de l’ovaire). Le resvératrol possède des propriétés semblables à celles des œstrogènes. Les personnes souffrant d’une maladie qui pourrait s’aggraver par une exposition aux œstrogènes doivent éviter de prendre du resvératrol.

Le resvératrol pourrait ralentir le métabolisme par le foie de certains médicaments et ainsi augmenter le risque d’effets indésirables. Les médicaments modifiés par le foie comprennent certains inhibiteurs calciques (ex. nicardipine, vérapamil), les agents chimiothérapeutiques, les antifongiques et les glucocorticoïdes.