Un mauvais sommeil augmente le risque de déclin cognitif

Actualités

sommeilAvoir un sommeil de mauvaise qualité augmente le risque de déclin mental chez les personnes âgées.

Les résultats de cette étude ont été obtenus grâce à la participation de 2800 hommes âgés en moyenne de 76 ans et dont les données sur le sommeil ont été collectées à partir d’un appareil fixé au poignet.

Les participants ont été suivis pendant cinq ans. A la fin de cette période, les chercheurs leur ont fait passer des tests cognitifs pour évaluer leur attention et leur fonction exécutive (planification, prise de décision).

Résultat:  ceux avec la plus mauvaise qualité de sommeil avaient 1,5 fois plus de risque de développer une trouble des fonctions exécutives.

Ce n’est pas un lien de cause à effet mais seulement une association. I

Source: Sleep, avril 2014.

En 2011, une équipe américaine avait également étudié le lien entre les troubles du sommeil et le déclin cognitif à partir d’une population de près de 300 hommes âgés de 76 ans en moyenne.

Ces participants ont subi à la fois une polysomnographie (enregistrement du sommeil) et des évaluations cognitives.

Les résultats ont montré que les personnes âgées dont le temps de sommeil paradoxal était le plus court (et le temps de sommeil lent le plus long) avaient les plus faibles performances cognitives, ainsi que des troubles de l’humeur.

Aucune association n’était retrouvée entre le déficit cognitif et l’index d’apnées/hypopnées (indicateur d’une syndrome d’apnées du sommeil).

Source :. J Am Geriatr Soc. 2011;59:2217-2225.

A lire aussi

Le manque de sommeil peut conduire à une perte de neurones

Un mauvais sommeil favoriserait la maladie d’Alzheimer

Syndrome d’apnée du sommeil

Les problèmes de sommeil précurseurs d’une maladie d’Alzheimer ?