Quel est le lien entre l’apnée du sommeil et la dépression?

Actualités

Une recherche a exploré le lien entre l’apnée du sommeil et la dépression et qui suggère que le premier pourrait être l’une des raisons de l’échec des traitements contre la dépression.

Traiter l’apnée du sommeil avec une machine pourrait réduire les symptômes de dépression.

Une nouvelle recherche indique que l’apnée obstructive du sommeil pourrait être un facteur responsable de la dépression réfractaire au traitement et suggère que le dépistage et le traitement de la condition de sommeil pourraient atténuer les symptômes de la dépression.

Le docteur William V. McCall, directeur du département de psychiatrie et de comportement lié à la santé du Medical College of Georgia de l’Université Augusta, est le premier auteur de l’étude.

Personne ne parle de l’évaluation de l’apnée en tant que cause potentielle de la dépression résistante au traitement, qui survient chez environ 50% des personnes atteintes d’un trouble dépressif majeur.

Les appareils CPAP traitent l’apnée du  sommeil en fournissant de l’air oxygéné dans vos voies respiratoires à travers un  masque et un tube.

14% des personnes avec dépression avaient un syndrome d’apnée

Le Dr McCall et son équipe ont examiné le taux d’apnée non diagnostiqué dans le cadre d’un essai clinique randomisé auprès de personnes présentant un trouble dépressif majeur et des tendances suicidaires.

Ils ont recruté 125 personnes souffrant de dépression, à l’origine dans le but de déterminer si le traitement de leur insomnie améliorerait leurs symptômes de dépression.

L’essai initial excluait les personnes à risque de syndrome d’apnée, telles que les somnifères, les personnes obèses ou atteintes du syndrome des jambes sans repos.

Les scientifiques ont testé les participants avec une étude du sommeil et ont découvert que 17 sur 125 (près de 14%) souffraient de syndrome d’apnée.

Le Dr McCall et ses collègues ont noté que les personnes atteintes de syndrome d’apnée ne présentaient pas les indicateurs habituels tels que la somnolence diurne. En outre, 6 des 17 personnes étaient des femmes non obèses.

Cela contraste avec le profil démographique habituellement à risque de syndrome d’apnée, à savoir des hommes en surpoids.

En outre, 52 des 125 participants avaient une dépression résistante au traitement; 8 personnes souffrant de dépression réfractaire au traitement avaient également un syndrome d’apnée.

Options futures de traitement

Les chercheurs soulignent que les maladies sous-jacentes, telles que l’hypothyroïdie, le cancer et la maladie de l’artère carotide, peuvent souvent être à l’origine d’une dépression résistante au traitement.

Par conséquent, de nombreuses personnes souffrant de dépression subissent une série de tests invasifs et coûteux afin de déterminer la cause de l’échec du traitement de la dépression.

Ces tests peuvent inclure une IRM ou même une ponction lombaire – mais le Dr McCall et son équipe recommandent d’abord des tests du sommeil. « Avant de faire une ponction lombaire contre la dépression réfractaire au traitement, nous aurions peut-être besoin de faire un test du sommeil », dit-il.

« Nous savons que les personnes souffrant d’apnée du sommeil parlent de symptômes de dépression », poursuit-il. « Nous savons que si vous faites de l’apnée, vous n’allez pas bien réagir à un antidépresseur. »

« Nous savons que si vous souffrez d’apnée du sommeil et bénéficiez d’une machine, les choses s’améliorent et nous savons maintenant qu’il existe des cas cachés d’apnée du sommeil chez des personnes avec dépression et idées suicidaires. », poursuit le Dr. William V. McCall.

Cependant, les auteurs de l’étude reconnaissent également que d’autres facteurs, tels que les effets indésirables d’autres médicaments, notamment les bêta-bloquants et les corticostéroïdes, peuvent provoquer une dépression résistante au traitement.

Ils soulignent également que les tendances suicidaires sont également un facteur clé, et les chercheurs se demandent si le traitement de l’apnée du sommeil réduira également les idées suicidaires.

Source: McCall W. et coll. Prevalence of obstructive sleep apnea in suicidal patients with major depressive disorder. Journal of Psychiatric research. Volume 116, September 2019, Pages 147-150