La perte de poids diminue les complications à la COVID-19

Les phobies

La crise de panique

La COVID-19 entraîne une sécheresse oculaire

L’anxiété généralisée

Les facteurs qui influencent le risque de trouble cognitif léger

Spasmes musculaires : quelles sont les causes ?

L’écholalie

Les maladies cardiovasculaires liées au déclin cognitif

Covid-19: le rhume peut vous protéger quelque peu

COVID-19 : augmentation de dépression et de l’anxiété

Traumatisme crânien : quelles sont les conséquences ?

Vos questions

«Quelle est la différence entre la démence et la maladie d’Alzheimer?»Voir la réponse »

La démence et la maladie d’Alzheimer sont similaires mais pas identiques.

Il y a parfois confusion entre les deux parce que les gens utilisent souvent les termes de manière interchangeable.

La démence est un terme général qui désigne l’affaiblissement progressif de l’ensemble des fonctions cognitives (mémoire, attention, jugement, raisonnement) et comportementales.

C’est un syndrome, ce qui signifie qu’elle décrit un ensemble de symptômes sans cause commune.

Un syndrome est différent d’une maladie, qui a des symptômes spécifiques et une cause commune.

Une fois que la détérioration de des fonctions cognitives et comportementales sont identifiées, il faut en déterminer la cause :

Un de ces causes est la maladie d’Alzheimer qui entraîne un déclin progressif de la mémoire et de la pensée.

La maladie d’Alzheimer est la forme la plus courante de démence (environ les deux tiers des cas de démence), mais il en existe plusieurs autres types, notamment:

«Quel est le médicament générique de choix dans le traitement des troubles psychotiques dans la maladie de Parkinson ?»Voir la réponse »

  1. Clozapine (un antipsychotique atypique)
  2. Lamotrigine
  3. Halopéridol (un antipsychotique typique)
  4. Venlafaxine

 

Réponse ci-dessous

 

 

 

 

Clozapine

Les antipsychotiques atypiques sont généralement les médicaments de choix dans le traitement de la psychose associée à la maladie de Parkinson. Cependant, la Food and Drug Administration (FDA, agence de santé américaine) a exigé que tous les fabricants fournissent une alerte sur les étiquettes des produits indiquant que les antipsychotiques atypiques sont associés à un risque plus élevé de mortalité chez les patients âgés atteints de démence.

Un nombre croissant de médicaments antipsychotiques atypiques sont commercialisés, tels que l’aripiprazole, la clozapine, l’olanzapine, la quétiapine, la rispéridone, le ziprasidone, et plus récemment la palipéridone.

Les différences entre ces médicaments résident dans leur profil pharmacologique, ce qui peut expliquer leurs tendances relatives à aggraver les symptômes moteurs et à provoquer des effets indésirables (les antipsychotiques diminuent les niveaux de dopamine, à l’origine de l’apparition de ces symptômes moteurs).

Selon l’académie américaine de neurologie, la clozapine diminue les symptômes psychotiques et améliore la fonction motrice dans certains cas. La quétiapine pourrait également avoir une efficacité, contrairement à l’olanzapine qui de surcroît aggrave la fonction motrice.

Fait intéressant, malgré les nombreuses mises en garde sur le risque d’une aggravation des symptômes moteurs provoqués par les antipsychotiques (à l’exception de la quétiapine et de la clozapine) dans la maladie de Parkinson, une récente étude indique que :

1) les cliniciens prescrivent encore fréquemment d’autres médicaments antipsychotiques atypiques qui peuvent aggraver les symptômes moteurs, tels que la rispéridone, l’olanzapine, l’aripiprazole ou le ziprasidone;

2) les cliniciens prescrivent parfois des antipsychotiques typiques de première génération (tel que l’halopéridol) avec une forte probabilité d’effets indésirables extrapyramidaux;

3) la clozapine est actuellement le traitement le plus efficace de la psychose associée à la maladie de Parkinson, bien que rarement prescrite.