Anxiété généralisée

Maladies

L’anxiété peut correspond à un sentiment d’appréhension d’un danger à la fois imminent et imprécis. Ce sentiment est subjectif et apparaît de manière disproportionnée.

Lorsque l’anxiété est isolée, on parle d’anxiété primaire. Le type de trouble peut être déterminé en fonction des causes et de son évolution et des circonstances durant lesquelles elle est apparue. Les différents types d’anxiété primaire sont les troubles de l’anxiété généralisée, le trouble panique, les troubles obsessionnels compulsifs et les troubles phobiques.

L’anxiété généralisée est le trouble anxieux le plus fréquemment rencontré chez le sujet âgé. Elle est souvent associée à une dépression.

Lorsque l’anxiété s’accompagne d’une maladie mentale ou physique (ex. hypochondrie, dépression), elle est qualifiée d’anxiété secondaire.

Les symptômes sont divers et neurovégétatifs: excitabilité générale, tachycardie, palpitations, dyspnée, sécheresse de la bouche, tremblements, sudation excessive, vertiges. Ils peuvent être aussi le signe d’une pathologie médicale. Par exemple, des palpitations peuvent être les premières manifestations d’une maladie cardiaque, alors que les tremblements peuvent évoquer un syndrome parkinsonien.

Certains troubles du comportement sont souvent associés : déambulation, errances, insomnies, alcoolisme ou abus de tranquillisants, troubles caractériels. Cette anxiété peut également s’observer de visu sous la forme d’une expression soucieuse, des modifications de la mimique, de la posture et de la mobilité.

Définition

Le trouble anxieux généralisé (TAG) est caractérisé par la présence de plusieurs symptômes d’anxiété ou de soucis excessifs survenant pendant une période d’au moins six mois.

Il représenterait à lui seul 70 % des troubles de l’anxiété primaire du sujet âgé. L’individu éprouve des difficultés à contrôler ses préoccupations, auxquelles s’associent des symptômes somatiques (par ex. irritabilité, insomnie) et une souffrance subjective.

Prévalence

Le trouble anxieux généralisé augmente avec l’âge, avec des taux de prévalence de 7 à 8,6% dans la tranche d’âge de 50 à 79 ans (contre environ 4,5% pour la population générale).

Contrairement aux autres types de troubles (phobiques, obsessionnels compulsifs ou panique), ils ont tendance à persister. Les femmes sont deux plus touchées que les hommes.

Cependant, il est fort possible que le TAG soit occulté par la symptomatologie d’autres états psychiatriques.

Il coexiste très souvent avec un autre trouble mental : phobie sociale ou spécifique, trouble panique ou état dépressif.

Du fait de la présence de troubles somatiques, ces patients consultent non seulement un généraliste, mais aussi des pneumologues, gastro-entérologues ou cardiologues.

Une étude retrouve 46 % de début tardif de l’anxiété généralisée dans une population de sujets âgés

Critères diagnostiques

Les critères diagnostiques du manuel de psychiatrie américain DSM IV permettent de différencier l’anxiété généralisée de l’anxiété normale. Ces critères sont :

1. Au moins une inquiétude excessive et attente craintive durant plusieurs jours pendant au moins 6 mois, et stimulées par des événements ou par des activités (tels le travail ou la performance scolaire).

2. Anxiété difficile à contrôler, voire incontrôlable.

3. Au moins trois symptômes parmi les six suivants présents durant plus d’un jour pendant les 6 mois passés): 
– Agitation, surexcitation 
– Fatigabilité 
– Trouble de concentration 
– Irritabilité 
– Tension musculaire 
– Troubles du sommeil (difficulté de dormir ou sommeil insuffisant ou agité)

4. L’objet de l’inquiétude n’est pas limité. Si l’objet est limité (par exemple la séparation, un traumatisme), le trouble d’anxiété sera classé différemment: trouble d’anxiété de séparation, anxiété post-traumatique.

5. Souffrance et altération des activités sociales, professionnelle significative

6. Le trouble n’est pas dû à un abus de substances (drogues, ou médicaments), une affection médicale (hyperthyroïdie) ou une maladie mentale.

Symptômes des TAG

Voici les principaux symptômes :

  • Troubles du sommeil.
  • Agitation.
  • Plaintes (ex. vertiges, douleurs, maux de tête) évoquées facilement par le sujet, et concernant son corps, qui l’amèneront à consulter souvent son médecin.
  • La crainte de devenir autonome ou dépendant.
  • La solitude exprimée discrètement par la personne.
  • La mort

Comorbidité

L’anxiété est associée à de la comorbidité. Les symptômes anxieux peut être reliés à trois types de troubles :

  • troubles d’ordre physique : symptômes cardiaques, urinaires, digestifs et troubles du sommeil ; 
  • troubles cognitifs : troubles de l’attention et de la concentration ; il peut aussi exister des sensations de déréalisation, de dépersonnalisation et des pensées récurrentes ;
  • troubles comportementaux : hyperkinésie, comportements répétitifs, évitement, hypervigilance.

Étiologie

La cause est méconnue et multifactorielle, regroupant à la fois une altération de certains neurotransmetteurs et des facteurs psychosociaux.

Facteurs neurochimiques. Les zones semblant être touchées dans le TAG sont le système limbique et le cortex préfrontal. Une étude de neuroimagerie (technique d’IRM fonctionnelle) indique les personnes sujettes à un TAG présentent une hyperactivité de l’amygdale (structure cérébrale présente dans le système limbique) et une hypoactivité du cortex préfrontal, ce dernier ne jouant plus le rôle de modulateur sur l’activité du système limbique. La sérotonine est un neurotransmetteur vraisemblablement impliqué dans l’anxiété.

Facteurs psychosociaux. Selon le modèle cognitivo-comportemental, les différents paramètres traitant l’information ne seraient pas perçus de manière équitable, favorisant la représentation négative et menaçante d’une situation anxiogène.