Ropinirole

Médicaments
Substance active Nom commercial
Ropinirole Requip®

Indications

Traitement des symptômes de la maladie de Parkinson, en monothérapie ou en association avec la carbidopa et/ou la lévodopa.

Utilisé en monothérapie, le ropinirole peut retarder l’utilisation de la lévodopa. Il semble être plus efficace que la bromocriptine qui appartient à la même catégorie de médicaments.

Cependant, il semble perdre de l’efficacité après quelques années de traitement. La majorité des patients sont alors traités avec du ropirinole et de la lévodopa, afin de mieux contrôler les troubles moteurs.

Le ropinirole est également prescrit dans le syndrome des jambes sans repos1.

1 Trouble qui se caractérise par des sensation désagréables (fourmillements, picotements, brûlures) dans les membres, particulièrement dans les muscles du mollet. Ces symptômes apparaissent au repos et tendent à diminuer lors de mouvements. Le syndrome des jambes sans repos peut accompagner la maladie de Parkinson.

Comment fonctionne le ropinirole ?

Il existe dans le cerveau des neurones qui se projettent d’une région cérébrale (appelée substance noire) vers une autre (appelée le striatum).

Ils libèrent dans le striatum de la dopamine, le neurotransmetteur responsable du contrôle des mouvements. Ces neurones forment la voie dopaminergique nigrostriée.

La destruction progressive de la voie dopaminergique nigrostriée entraîne une diminution de la production de dopamine, à l’origine de la plupart des symptômes observés dans la maladie de Parkinson (tremblement, rigidité, akinésie, lenteur des mouvements).

Le ropinirole a la propriété de stimuler les récepteurs de la dopamine en mimant les effets de cette dernière : on dit qu’il est un agoniste dopaminergique (voir aussi les articles sur la bromocriptine, le pergolide et le pramipexole).

Posologie

Dose initiale recommandée: 0,25 mg trois fois par jour.

À partir de la 5e semaine, la dose est augmentée chaque semaine de 0,5 à mg par prise.

Selon les études cliniques, la dose moyenne quotidienne varie de 10 à 17 mg/jour.

Lorsque le ropinirole est prescrit en association avec la levodopa, la dose de levodopa peut être progressivement diminue (d’environ 20%), mais avec le risque d’augmenter les dyskinésies (voir effets secondaires).

Effets indésirables les plus fréquents

Les effets secondaires avec une incidence supérieure à 1% sont:

En monothérapie: nausée, étourdissements, hallucinations, somnolence, hypotension, maux de tête et vomissements.

En association avec la levodopa: dyskinésies, nausée, étourdissement, confusion, vomissement et anxiété.

Les symptômes de surdosage sont: dyskinésies, agitation, hypotension orthostatique, confusion, nausée et vomissement. Il n’existe à ce jour aucun cas de surdosage volontaire.

Contre-indications/Mises en garde/Précautions d’emploi

  • Le ropinirole est contre-indiqué chez les patients ayant une hypersensibilité à ce médicament ou souffrant d’une insuffisance rénale sévère.

  • Le ropinirole doit être prescrit avec précaution chez les patients (liste non exhaustive):

    – souffrant d’insuffisance renale, de troubles cardiovasculaires (infarctus du myocarde, arrhythmiae etc.), hypotension orthostatique, fibrose.

    – Souffrant de troubles psychotiques (ce médicament est contre-indiqué si les effets bénéfiques du médicaments sont supérieurs aux risques encourus).

    – Traités aux oestrogènes.

  • Les patients doivent éviter de conduire (risque de sommeil d’apparition soudaine). Ce risque est encore plus élevé si le ropinirole est associé à la levodopa.

  • L’association lévodopa/ropinirole augmente par deux le risque d’hallucinations.

 

Publications

Etminan M et coll. Comparison of the risk of adverse events with pramipexole and ropinirole in patients with Parkinson’s disease: a meta-analysis. Drug Saf. 2003;26:439-44.

Etminan M et coll. Increased risk of somnolence with the new dopamine agonists in patients with Parkinson’s disease: a meta-analysis of randomised controlled trials. Drug Saf. 2001;24:863-8.

Bonuccelli U. Comparing dopamine agonists in Parkinson’s disease. Curr Opin Neurol. 2003 16, 1:S13-9.

Inzelberg R et coll. Pramipexole and ropinirole used as monotherapy in early Parkinson’s disease: an evidence-based comparison. Drugs Aging 2003;20:847-55.

Stowe RL. Dopamine agonist therapy in early Parkinson’s disease. Cochrane Database Syst Rev. 2008 Apr 16;(2):CD006564.

Jankovic J, Stacy M. Medical management of levodopa-associated motor complications in patients with Parkinson’s disease. CNS Drugs. 2007;21(8):677-92.

Gallagher DA, Schrag A. Impact of newer pharmacological treatments on quality of life in patients with Parkinson’s disease. CNS Drugs. 2008;22(7):563-86.

 

Pour de plus amples informations sur ce médicament, veuillez contacter votre médecin ou votre pharmacien.Cet article doit être considéré comme une information et un outil de formation et non comme une consultation médicale; laquelle relève, stricto sensu, d’une relation individuelle avec un professionnel patenté et selon les règles en vigueur dans le pays.