Syndrome de Cushing

Thérapies

Le syndrome de Cushing survient lorsque votre corps est exposé à des niveaux élevés de cortisol, une hormone pendant une longue période. 

Le syndrome de Cushing peut être causé par l’utilisation de corticostéroïdes oraux. Ce syndrome peut également survenir lorsque votre corps produit lui-même trop de cortisol.

Trop de cortisol peut produire certains des signes caractéristiques du syndrome de Cushing – une bosse grasse entre vos épaules, un visage arrondi et des vergetures roses ou violettes sur votre peau. 

Le syndrome de Cushing peut également entraîner une hypertension artérielle, une perte osseuse et, à l’occasion, un diabète de type 2.

Les traitements peuvent ramener la production de cortisol de votre corps à la normale et améliorer sensiblement vos symptômes. 

Plus le traitement commence tôt, meilleures sont vos chances de guérison.

Symptômes

Les signes et symptômes du syndrome de Cushing peuvent varier en fonction des niveaux d’excès de cortisol.

Signes et symptômes courants :

  • Prise de poids et dépôts de tissu adipeux, en particulier autour de la partie médiane et du haut du dos, sur le visage (face lunaire) et entre les épaules (bosse de buffle).
  • Vergetures roses ou violettes (stries) sur la peau de l’abdomen, des cuisses, des seins et des bras.
  • Peau fine et fragile qui se meurtrit facilement.
  • Guérison lente des coupures, des piqûres d’insectes et des infections.
  • Acné.

Signes et symptômes que les femmes peuvent éprouver :

  • Corps et poils du visage plus épais ou plus visibles (hirsutisme)
  • Menstruations irrégulières ou absentes

Signes et symptômes que les hommes peuvent éprouver :

  • Diminution de la libido
  • Diminution de la fertilité
  • Problème d’érection

Autres signes et symptômes pouvant survenir avec le syndrome de Cushing :

  • Fatigue sévère
  • Faiblesse musculaire
  • Dépression, anxiété et irritabilité
  • Perte de contrôle émotionnel
  • Difficultés cognitives
  • Hypertension artérielle nouvelle ou aggravée
  • Mal de crâne
  • Augmentation de la pigmentation de la peau
  • Perte osseuse, entraînant des fractures au fil du temps
  • Chez les enfants, retard de croissance

Les causes du syndrome de Cushing

Système endocrinien

Des niveaux excessifs de cortisol sont responsables du syndrome de Cushing. Le cortisol, qui est produit dans les glandes surrénales, joue divers rôles dans votre corps.

Par exemple, le cortisol aide à réguler votre tension artérielle, réduit l’inflammation et maintient le fonctionnement normal de votre cœur et de vos vaisseaux sanguins. Le cortisol aide votre corps à réagir au stress. Il régule également la façon dont vous métabolisez les protéines, les glucides et les graisses de votre alimentation en énergie utilisable.

Cependant, lorsque le niveau de cortisol est trop élevé dans votre corps, vous pouvez développer un syndrome de Cushing.

Le rôle des corticostéroïdes

Le syndrome de Cushing peut se développer à partir d’une cause extérieure à votre corps. Un exemple est la prise de corticostéroïdes oraux à fortes doses sur une longue période. Ces médicaments, comme la prednisone, ont le même effet sur le corps que le cortisol produit par votre corps.

Les corticostéroïdes oraux peuvent être nécessaires pour traiter les maladies inflammatoires, telles que la polyarthrite rhumatoïde, le lupus et l’asthme. Il peut également être utilisé pour empêcher votre corps de rejeter un organe transplanté.

Il est également possible de développer le syndrome de Cushing à partir de corticostéroïdes injectables – par exemple, des injections répétées pour des douleurs articulaires, une bursite et des maux de dos. Les stéroïdes inhalés (pris pour l’asthme) et les crèmes cutanées stéroïdes (utilisés pour les troubles cutanés tels que l’eczéma) sont généralement moins susceptibles de provoquer ce syndrome que les corticostéroïdes oraux. Mais, chez certaines personnes, ces médicaments peuvent causer le syndrome de Cushing, surtout s’ils sont pris à fortes doses.

La surproduction de votre corps

La condition peut également être due à une surproduction de cortisol par votre corps. Cela peut provenir d’une production excessive par une ou les deux glandes surrénales, ou d’une surproduction de l’hormone adrénocorticotrope (ACTH), qui régule normalement la production de cortisol.

  • Une tumeur de la glande pituitaire (adénome de l’hypophyse). Une tumeur non cancéreuse (bénigne) de l’hypophyse, située à la base du cerveau, produit un excès d’ACTH , qui à son tour stimule les glandes surrénales à produire plus de cortisol. Lorsque cette forme de syndrome se développe, on parle de maladie de Cushing. 
  • Une tumeur sécrétant l’ACTH . Rarement, une tumeur qui se développe dans un organe qui ne produit normalement pas d’ ACTH commencera à sécréter cette hormone en excès, entraînant le syndrome de Cushing. 
  • Une maladie de la glande surrénale primaire. Chez certaines personnes, la cause du syndrome de Cushing est une sécrétion excessive de cortisol qui ne dépend pas de la stimulation de l’ ACTH et est associée à des troubles des glandes surrénales.
  • Syndrome de Cushing familial. Dans des cas rares, les personnes héritent d’une tendance à développer des tumeurs sur une ou plusieurs de leurs glandes endocrines, affectant les niveaux de cortisol et provoquant le syndrome de Cushing.

Complications du syndrome de Cushing

Sans traitement, les complications du syndrome de Cushing peuvent inclure:

  • Perte osseuse (ostéoporose), qui peut entraîner des fractures osseuses inhabituelles, telles que des fractures des côtes et des fractures des os des pieds.
  • Hypertension artérielle (hypertension).
  • Diabète de type 2.
  • Infections fréquentes ou inhabituelles.
  • Perte de masse musculaire et de force.

Diagnostic

Le syndrome de Cushing peut être difficile à diagnostiquer, en particulier le syndrome de Cushing endogène, car d’autres malades partagent les mêmes signes et symptômes. 

Votre médecin procédera à un examen physique à la recherche de signes du syndrome de Cushing. 

Si vous prenez un corticostéroïde depuis longtemps, votre médecin peut soupçonner que vous avez développé un syndrome de Cushing à la suite de ce médicament. Si vous n’avez pas utilisé de corticostéroïdes, ces tests diagnostiques peuvent vous aider à identifier la cause:

  • Analyses d’urine et de sang. Ces tests mesurent les niveaux d’hormones dans votre urine et votre sang et montrent si votre corps produit trop de cortisol. Pour le test d’urine, on vous demandera peut-être de collecter votre urine sur une période de 24 heures. 
  • Test de salive. Les niveaux de cortisol augmentent et diminuent normalement tout au long de la journée. Chez les personnes non atteintes du syndrome de Cushing, les niveaux de cortisol diminuent considérablement le soir. 
  • Tests d’imagerie. La tomographie informatisée (TDM) ou l’imagerie par résonance magnétique (IRM) peuvent fournir des images de votre hypophyse et de vos glandes surrénales pour détecter des anomalies, telles que des tumeurs.
  • Prélèvement de sinus pétreux. Ce test peut aider à déterminer si la cause du syndrome de Cushing endogène provient de l’hypophyse ou d’ailleurs.