Existerait-il deux types de maladie de Parkinson ?

Actualités

Il semble qu’il existerait deux types de maladie de Parkinson, à mesure que les scientifiques approfondissent les causes.

Une nouvelle étude propose que la maladie de Parkinson se classe en deux principales catégories, selon qu’elle provient du système nerveux central (SNC) ou du système nerveux périphérique (SNP).

De nouvelles recherches redéfinissent la maladie de Parkinson.

Dans un article récent du Journal of Parkinson’s Disease , des scientifiques danois expliquent comment les résultats des études d’imagerie et des tissus vont dans le correspondent à l’existence de sous-types SNC ou SNP.

La maladie de Parkinson détruit principalement les cellules dopaminergiques dans la région de la substance noire du cerveau. C’est la région qui contrôle le mouvement.

La destruction de la substance noire (mésencéphale) entraîne une destruction des neurones de la dopamine, à l’origine des troubles du mouvement dans la maladie de Parkinson.

Ces dommages provoquent les symptômes les plus courants, notamment des tremblements, une rigidité et des difficultés d’équilibre.

La maladie de Parkinson peut également provoquer des changements émotionnels, une dépression , une constipation , des troubles du sommeil et des problèmes urinaires.

Le profil des symptômes et leur rapidité de progression peuvent varier considérablement d’un individu à l’autre.

Cependant, une caractéristique distinctive de la maladie de Parkinson est l’accumulation et la propagation d’amas toxiques de protéine alpha-synucléine appelés corps de Lewy. Ces amas sont également caractéristiques de la démence à corps de Lewy.

Débat sur les origines de la maladie de Parkinson

Certains scientifiques ont proposé que l’alpha-synucléine toxique se forme dans le système nerveux périphérique (SNP) (plus exactement dans l’intestin) et se propage au cerveau, qui fait partie du SNC, via le nerf vague.

« Cependant, toutes les études d’autopsie ne sont pas d’accord avec cette interprétation », explique le Dr Per Borghammer, qui travaille au Département de médecine nucléaire et de TEP de l’hôpital universitaire d’Aarhus au Danemark.

« Dans certains cas , ajoute-t-il, le cerveau ne contient pas de traces de protéines l’alpha-synucléine dans le cerveau, tels que le tronc cérébral. »

Pour expliquer cette différence de types de maladie de Parkinson, ils se concentrent sur un symptôme appelé trouble du comportement de sommeil paradoxal.

Trouble du sommeil et sous-types de Parkinson

Les personnes atteintes de trouble du comportement en sommeil paradoxal  (TCSP) réalisent leurs rêves pendant leur sommeil paradoxal. Cela peut entraîner un comportement moteur violent qui peut nuire à la personne ou à son partenaire de lit.

Le TCSP affecte jusqu’à 0,5% des adultes, les adultes plus âgés étant les plus susceptibles de souffrir de la maladie. Le taux est cependant beaucoup plus élevé chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson et de démence à corps de Lewy.

Le Dr Borghammer et Van Den Berge suggèrent que la caractéristique distinctive du premier sous-type de Parkinson, le type SNP, est la présence de TCSP dans la phase précoce de la maladie – avant l’émergence des troubles classiques du mouvement.

« C’est un élément central de cette hypothèse. Le type SNP semble être fortement associé à la présence de trouble du comportement en sommeil paradoxal  pendant la phase précoce (ou prodomique) de la maladie de Parkinson, contrairement au type SNC pendant la phase prodromique. »

La distinction entre les deux types, qui affecte le moment de l’émergence du trouble du comportement en sommeil paradoxal, est liée à la partie du système nerveux qui présente pour la première fois des signes de dommages liée à la présence d’alpha-synucléine.

Dans le sous-type SNP, en plus de la présence d’un TCSP au cours de la phase précoce, les chercheurs suggèrent que la maladie endommage le système nerveux périphérique autonome avant d’affecter le système dopaminergique du cerveau.

En revanche, dans le sous-type SNC – qui n’a généralement pas de RBD dans la phase précoce – la maladie endommage le système dopaminergique de la substance noire avant qu’elle n’affecte le SNP autonome.

Le SNP autonome contrôle en grande partie les fonctions du corps qui ne nécessitent pas d’attention consciente, telles que la digestion, la respiration, la fréquence cardiaque, la dilatation des pupilles et la miction.

Un domaine qui semble nécessiter une clarification est de savoir comment le bulbe olfactif, qui est l’organe responsable de l’odorat, s’inscrit dans cette hypothèse des deux sous-types.

Les auteurs suggèrent que le sous-type SNP englobe le bulbe olfactif car ce dernier offre deux points d’entrée afin que les protéines toxiques alpha-synucléine puissent atteindre le cerveau.

Un point d’entrée se fait directement par le nerf olfactif qui relie le système olfactif au cerveau, et l’autre par l’intestin.

En conclusion,  l’hypothèse émise par les chercheurs  « semble expliquer un certain nombre de résultats divergents » dans la littérature et offre une nouvelle orientation pour explorer de manière plus approfondie les origines et la progression de la maladie de Parkinson.

Il est probable que ces différents types de maladie de Parkinson nécessitent des stratégies de traitement différentes.