Neuropathie : les causes, symptômes et traitements

Actualités

La neuropathie périphérique se caractérise par des lésions des nerfs situés à l’extérieur du cerveau et de la moelle épinière (nerfs périphériques).

Elle provoque souvent une faiblesse, un engourdissement et des douleurs, généralement au niveau des mains et des pieds.

Cela peut également affecter d’autres zones de votre corps. Le système nerveux périphérique envoie des informations du cerveau et de la moelle épinière (système nerveux central) au reste du corps. Les nerfs périphériques envoient également des informations sensorielles au système nerveux central.

La neuropathie dite périphérique peut résulter de lésions traumatiques, d’infections, de problèmes métaboliques, de causes héréditaires et d’exposition à des toxines. Le diabète est l’une des causes les plus courantes.

Les personnes atteintes de neuropathie périphérique décrivent généralement la douleur comme une attaque de couteau, une sensation de brûlure ou un picotement. Dans de nombreux cas, les symptômes s’améliorent, en particulier s’ils sont causés par une maladie traitable.

Les médicaments peuvent réduire la douleur causée par la neuropathie périphérique.

Les symptômes

Chaque nerf de notre système périphérique a une fonction spécifique; les symptômes dépendent donc du type de nerf affecté.

Les nerfs sont classés en:

  • Nerfs sensoriels qui reçoivent de la peau des sensations telles que la température, la douleur, les vibrations ou le toucher
  • Nerfs moteurs qui contrôlent le mouvement musculaire
  • Nerfs autonomes contrôlant des fonctions telles que la pression artérielle, la fréquence cardiaque, la digestion et la vessie.

Les signes et symptômes de neuropathie périphérique peuvent inclure:

  • Une apparition progressive d’engourdissements, de picotements ou de fourmillements dans les pieds ou les mains, pouvant se propager vers le haut dans les bras et les jambes.
  • Une douleur vive, lancinante ou brûlante.
  • Une extrême sensibilité au toucher
  • Une douleur durant des activités qui ne devrait pas causer de douleur, telle qu’une douleur dans les pieds lorsque l’on met du poids dessus ou quand ils sont sous une couverture.
  • Un manque de coordination.
  • Une faiblesse musculaire pouvant provoquer des chutes.
  • Une paralysie si les nerfs moteurs sont touchés.

Si les nerfs autonomes sont touchés, les signes et symptômes peuvent inclure:

  • Une intolérance à la chaleur.
  • Une transpiration excessive ou une incapacité à transpirer.
  • Des problèmes d’intestin, de vessie ou de digestion.
  • Des modifications de la pression artérielle, provoquant des vertiges.

La neuropathie périphérique peut toucher un nerf (mononeuropathie), deux nerfs ou plus dans différentes zones (mononévrite multiple) ou plusieurs nerfs (polyneuropathie). Le syndrome du canal carpien est un exemple de mononévrite.

La plupart des personnes atteintes de neuropathie périphérique ont une polyneuropathie.

Détecter tôt les signes et symptômes permet un traitement précoce de la maladie, ce qui offre les meilleures chances de contrôler les symptômes et de prévenir des lésions supplémentaires des nerfs périphériques.

Les causes

La neuropathie périphérique est une lésion nerveuse causée par un certain nombre d’affections.

Les problèmes de santé pouvant causer une neuropathie périphérique incluent:

  • Les maladies auto-immunes : syndrome de Sjogren, le lupus, la polyarthrite rhumatoïde, le syndrome de Guillain-Barré, la polyneuropathie démyélinisante inflammatoire chronique.
  • Le diabète. Plus de la moitié des personnes atteintes de diabète développent un type de neuropathie.
  • Les infections. Celles-ci incluent certaines infections virales ou bactériennes, notamment la maladie de Lyme, le zona, le virus d’Epstein-Barr, les hépatites B et C, la lèpre, la diphtérie et le VIH.
  • Maladies héréditaires : maladie de Charcot-Marie-Tooth.
  • Les tumeurs. Des tumeurs cancéreuses (malignes) et non cancéreuses (bénignes) peuvent se développer sur les nerfs. De plus, une polyneuropathie peut survenir à la suite de certains cancers liés à la réponse immunitaire de l’organisme.
  • Troubles de la moelle osseuse.
  • Autres maladies : maladies rénales, maladies du foie, hypothyroïdie.
  • Alcoolisme. Les mauvais choix alimentaires des personnes souffrant d’alcoolisme peuvent entraîner des carences en vitamines.
  • Exposition à des poisons (produits chimiques industriels et les métaux lourds tels que le plomb et le mercure).
  • Médicaments, notamment ceux utilisés pour traiter un cancer (chimiothérapie).
  • Traumatismes tels que ceux résultant d’accidents de la route, de chutes ou de blessures sportives.
  • Pression nerveuse pouvant résulter de l’utilisation d’un plâtre, de l’utilisation de béquilles ou de la répétition d’un mouvement.
  • Carences en vitamines essentielles à la santé nerveuse : vitamines B – y compris les vitamines B-1, B-6 et B-12 – la vitamine E et la niacine.
  • Facteurs de risque : diabète avec un taux de sucre mal contrôlé.
  • Antécédents familiaux de neuropathie.

Complications

Les complications de la neuropathie périphérique peuvent inclure:

  • Brûlures et traumatismes cutanés. La personne peut ne pas ressentir de changements de température ou de douleur sur les parties engourdies de son corps.
  • Infection. Les pieds et autres zones sans sensation peuvent être blessés à l’insu de la personne. Il faut vérifier régulièrement ces zones et soigner les blessures mineures avant l’infection, surtout si on est diabétique.
  • Chutes. Une faiblesse et une perte de sensation peuvent être associées à un déséquilibre et à une chute.

Prévention

Le meilleur moyen de prévenir la neuropathie périphérique consiste à prendre en charge les problèmes médicaux qui exposent à un risque, tels que le diabète, l’alcoolisme ou la polyarthrite rhumatoïde.

  • Faire des choix de vie sains : alimentation riche en fruits, en légumes, en grains entiers et en protéines maigres pour garder les nerfs en bonne santé.
  • Se prémunir des carences en vitamine B-12 en mangeant de la viande, du poisson, des œufs, des produits laitiers faibles en gras et des céréales enrichies.
  • Exercice régulier. Avec l’accord du médecin, faire au moins 30 minutes à une heure d’exercice au moins trois fois par semaine.
  • Éviter les mouvements répétitifs, les positions qui exercent une pression sur les nerfs, l’exposition à des produits chimiques toxiques, le tabagisme et la consommation excessive d’alcool.

Diagnostic

La neuropathie périphérique a de nombreuses causes potentielles. Outre un examen physique, qui peut inclure des tests sanguins, le diagnostic nécessite généralement:

  • Une anamnèse : le médecin examine les antécédents médicaux, y compris les symptômes, le style de vie, l’exposition à des toxines, la consommation d’alcool et les antécédents familiaux de maladies neurologiques.
  • Examen neurologique. Le médecin pourrait vérifier les réflexes tendineux, la force et le tonus musculaires, la capacité à ressentir certaines sensations, ainsi que la posture et la coordination.
  • Tests : le peut prescrire des tests, notamment des analyses de sang. Ceux-ci peuvent détecter des carences en vitamines, un diabète, une fonction immunitaire anormale et d’autres affections pouvant causer une neuropathie périphérique.
  • Tests d’imagerie. La tomodensitométrie ou l’IRM peuvent permettre de trouver des hernies discales, des tumeurs ou d’autres anomalies.
  • Tests de la fonction nerveuse. L’électromyographie (EMG) enregistre l’activité électrique des muscles pour détecter des lésions nerveuses. Une fine aiguille (électrode) est insérée dans le muscle pour mesurer l’activité électrique lors de la contraction du muscle. En même temps qu’un électromyogramme, le médecin effectue généralement une étude de conduction nerveuse. Des électrodes plates sont placées sur la peau et un faible courant électrique stimule les nerfs. Le médecin enregistre les réponses des nerfs au courant électrique.
  • Autres tests de la fonction nerveuse : test qui mesure la capacité du corps à transpirer ou un test sensoriel qui enregistre la sensation de toucher, de refroidissement et de chaleur.
  • Biopsie nerveuse. Une petite partie d’un nerf, généralement un nerf sensoriel, est enlevée pour rechercher des anomalies.
  • Biopsie cutanée. Une petite partie de la peau est enlevée afin de rechercher une diminution du nombre de terminaisons nerveuses.

Traitement

Les objectifs du traitement sont de gérer la maladie à l’origine de la neuropathie et de soulager les symptômes. Si les tests de laboratoire n’indiquent aucune affection sous-jacente, le médecin pourra vous recommander d’attendre afin de voir si la neuropathie s’améliore.

Médicaments . Hormis les médicaments utilisés pour traiter les affections associées à la neuropathie périphérique, les médicaments utilisés pour soulager les signes et les symptômes de neuropathie périphérique incluent:

Anti-douleurs. Les analgésiques en vente libre, tels que les anti-inflammatoires non stéroïdiens, peuvent soulager les symptômes légers. Pour des symptômes plus graves, le médecin peut prescrire des analgésiques. Les médicaments contenant des opioïdes peuvent entraîner la dépendance, de sorte que ces médicaments ne sont généralement prescrits que lorsque les autres traitements échouent.

Médicaments anti-épileptiques. Des médicaments tels que la gabapentine et la prégabaline, mis au point pour traiter l’épilepsie, peuvent soulager la douleur nerveuse. Les effets secondaires peuvent inclure la somnolence et les vertiges.

Traitements topiques. La crème de capsaïcine, qui contient une substance présente dans les piments forts, peut entraîner une légère amélioration des symptômes de neuropathie périphérique. Vous pouvez avoir des brûlures cutanées et une irritation à l’endroit où vous appliquez la crème, mais cela diminue généralement avec le temps. Certaines personnes, cependant, ne peuvent pas le tolérer. Les timbres de lidocaïne constituent un traitement alternatif cutané qui pourrait soulager la douleur. Les effets secondaires peuvent inclure somnolence, vertiges et engourdissements à l’endroit du patch.

Antidépresseurs. Certains antidépresseurs tricycliques, tels que l’amitriptyline, la doxépine et la nortriptyline, aident à soulager la douleur en interférant avec les processus chimiques du cerveau et de la colonne vertébrale qui font ressentir de la douleur. La duloxétine, un inhibiteur de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline, et l’antidépresseur à libération prolongée, la venlafaxine, pourraient également atténuer la douleur provoquée par la neuropathie périphérique causée par le diabète. Les effets secondaires des antidépresseurs peuvent inclure une bouche sèche, des nausées, une somnolence, des vertiges, une perte d’appétit et une constipation.

Divers traitements non-pharmacologiques peuvent aider à atténuer les signes et les symptômes de la neuropathie périphérique.

Stimulation nerveuse électrique transcutanée (TENS). Les électrodes placées sur la peau délivrent un courant électrique doux à différentes fréquences. La TENS doit être appliquée pendant 30 minutes par jour pendant environ un mois.

Activité physique. En cas de faiblesse musculaire, l’activité physique peut aider à améliorer les mouvements.

Chirurgie. En cas de neuropathie causée par une pression sur les nerfs, une intervention chirurgicale est possible afin de réduire cette pression.

Médecine douce. Bien que les chercheurs n’aient pas étudié ces techniques de manière aussi approfondie que la plupart des médicaments, les thérapies suivantes se sont révélées prometteuses, telles que l’acupuncture. L’insertion d’aiguilles minces à divers endroits du corps pourrait réduire les symptômes de neuropathie périphérique.

Acide alpha-lipoïque. Cette molécule a été utilisée comme traitement contre la neuropathie périphérique en Europe pendant des années. L’acide alpha-lipoïque peut cependant affecter la glycémie. Les autres effets indésirables peuvent inclure des maux d’estomac et des éruptions cutanées.

Herbes. Certaines herbes, comme l’huile d’onagre, pourraient aider à réduire la douleur causée par la neuropathie chez les personnes atteintes de diabète. Certaines herbes peuvent interagir avec les médicaments.

Acides aminés. Les acides aminés, tels que l’acétyl-L-carnitine, pourraient être bénéfiques aux personnes ayant subi une chimiothérapie et aux diabétiques. Les effets secondaires peuvent inclure des nausées et des vomissements.

Mode de vie et remèdes à la maison

Pour mieux gérer la neuropathie périphérique, il faut prendre soin des pieds, surtout si l’on est diabétique. Ils faut vérifier quotidiennement les ampoules, les coupures et les callosités, portez des chaussettes en coton et des chaussures rembourrées.

L’exercice régulier tel que la marche trois fois par semaine, peut réduire la douleur liée à la neuropathie, améliorer la force musculaire et aider à contrôler la glycémie. Des méthodes douces telles que le yoga et le tai-chi pourraient également aider.

Le tabagisme pouvant affecter la circulation et augmenter le risque de problèmes de pieds, il est recommandé d’arrêter de fumer.

Manger sainement. Une bonne nutrition est particulièrement importante pour obtenir les vitamines et les minéraux essentiels. Inclure les fruits, les légumes, les grains entiers et les protéines maigres dans l’alimentation.

Éviter de trop boire d’alcool. L’alcool peut aggraver la neuropathie périphérique.

Surveiller sa glycémie. La maîtrise de la glycémie aide à améliorer la neuropathie.