Fruits et légumes

Nutrition


Anastore.com

Accident vasculaire cérébral (AVC)

Les fruits et légumes réduisent le risque d’AVC. Les gens qui consomment 100 g de fruits frais par jour (principalement des pommes et des oranges) ont 30% moins de risque d’être victimes d’une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral que ceux qui n’en consomment presque jamais, selon une enquête menée pendant sept ans auprès d’un demi-million de chinois vivant en zones urbaines et rurales. Les participants ne souffraient ni de maladies cardiovasculaires ni d’hypertension au début de l’étude.

La consommation de fruits a aussi été associée à un niveau d’éducation plus élevé, à une pression artérielle et une glycémie plus moins élevés et à une absence de tabagisme.

Les fruits sont riches en potassium, en fibres alimentaires et en polyphenols et faibles en sodium et en gras.

Source : Huaidong Du et coll. Fresh Fruit Consumption and Major Cardiovascular Disease in China. New England Journal of Medicine, 2016; 374 (14): 1332.

 

Ces résultats sont confirmés par une méta-analyse comprenant 20 études publiées ces 19 dernières années. Près de 800 000 hommes et femmes ont été impliqués dans ces études, avec 17 000 cas d’AVC.

Selon les conclusions de la méta-analyse, le risque d’AVC diminue de 32 % pour chaque 200 g de fruits consommés par jour et de 11 % pour chaque 200 g de légumes consommés par jour 

Une alimentation riche en fruits et légumes est hautement recommandée parce qu’elle contient des micronutriments et des macronutriments ainsi que des fibres.

Les macronutriments comportent des hydrates de carbone, des protéines et des gras qui fournissent des calories ou de l’énergie, alors que les micronutriments apportent des vitamines et des minéraux dont notre corps a besoin. Ces aliments sont également généralement riches en fibres.

Les chercheurs mentionnent les études précédentes qui avaient démontré qu’une consommation élevée de fruits et légumes peut diminuer la pression sanguine et améliorer la fonction microvasculaire. Elle a un effet favorable sur l’indice ce de masse corporelle, le cholestérol, l’inflammation, le stress oxydatif et le tour de taille.

Une consommation globale de fruits et de légumes jusqu’à 600 g par jour peut réduire le risque d’AVC de 19 %, selon l’Organisation Mondiale de la Santé, alors que l’association américaine du cœur conseille aux personnes adultes de manger de quatre à cinq portions de fruits de légumes par jour sur une base de 2000 calories.

Source: Fruits and Vegetables Consumption and Risk of Stroke: A Meta-Analysis of Prospective Cohort Studies. Stroke, mai 2014.

 

Dans une autre étude néerlandaise prospective* impliquant plus de 20 000 personnes, âgées de 20 à 65 ans et exempts de maladie cardio-vasculaire, il est indiqué que les gros consommateurs de fruits et légumes bruts (plus de 262g/jour) ont un risque réduit (-30%) d’accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique et hémorragique, par rapport à ceux qui en consomment peu (moins de 92g/jour). L’analyse plus détaillée des résultats montre que la consommation élevée de légumes bruts (plus de 27g/jour) diminue les AVC ischémique de 50%, alors que la consommation élevée de fruits bruts (plus de 120g/jour) diminue les AVC ischémique de moitié.

Aucun lien n’a été trouvé entre la consommation de fruits et légumes transformés et la survenue d’AVC.

* Les auteurs de cette étude ont récupéré des renseignements grâce à un questionnaire comprenant 178 items.

Source : European Journal of Clinical Nutrition 2011 65:791-9.

 

Les fruits à chair blanche particulièrement efficaces. Une méta-analyse portant sur plus de 760 000 participants rapporte qu’une consommation quotidienne de 200 g fruits (en particulier des pommes ou des poires) diminue d’un quart le risque d’accident vasculaire cérébral. Pour rappel, une pomme ou une poire pèsent, en moyenne, entre 100 et 150 g.

Pour expliquer ces résultats présentés aux 16e rencontres de neurologie à Paris, les chercheurs rappellent que ces fruits à chair blanche renferment de grandes quantités de fibres qui piègent les graisses dans l’estomac, ce qui permet de diminuer les niveaux de cholestérol. De plus, ils contiennent un polyphénol appelé quercétine qui possède des propriétés neuroprotectrices and antithrombotiques.

Les chercheurs conseillent également de consommer des agrumes et des légumes à feuille, qui diminuent de façon significative le risque d’accident vasculaire cérébral. Source : 16e rencontres de neurologie à Paris, mai 2015.

En 2011, des chercheurs néerlandais avaient également découvert que la consommation régulière de fruits et de légumes à chair blanche (ex. pommes, poires) était particulièrement efficace, avec une réduction de 50%  du risque d’AVC. 

Les résultats indiquent que chaque tranche de 25 g consommés par jour réduit les risques de 9 % (une pomme et poire pèsent en moyenne de 120 à 150 g). 

Les pommes et les poires sont parmi les fruits à chair blanche les plus consommés, et contiennent à la fois des polyphénols (antioxydants) et des fibres alimentaires. 

Certains chercheurs se demandent si ces résultats positifs ne sont pas dus à une hygiène de vie plus saine de la part des participants qui consommaient ces fruits. . Source : L. Griep et coll. Colors of Fruit and Vegetables and 10-Year Incidence of Stroke. Stroke, dec 2011.

 

Effet protecteur des agrumes contre l’AVC. Les oranges, pamplemousses et autres agrumes réduiraient de 19% le risque d’AVC d’origine ischémique, selon une grande étude portant sur une population de près de 70 000 infirmières américaines. Cet effet protecteur serait attribuable à la présence, dans ces fruits, d’une classe d’antioxydants appelés flavanones (ex. la naringénine), qui présentent la propriété de dilater les vaisseaux sanguins. Cet effet bénéfique ne semble pas être imputable à la haute teneur de ces fruits en vitamine C (mai 2012).

De plus, il a été montré que le jus d’orange, source de vitamine C, contient également un phytonutriment appelé hespéridine qui a la particularité d’augmenter le flux sanguin dans tout le corps, y compris le cerveau.

L’étude réalisée en 2016 chez des participants ayant consommé du jus d’orange a rapporté une baisse de la pression artérielle et une augmentation globale du débit sanguin, ce qui a un impact préventif sur le risque d’AVC d’origine ischémique.

Lire l’article complet sur www.medisite.fr

 

Maladie de Parkinson

La consommation de fruits riches en polyphénols (fraises, mûres, framboises, cassis, myrtilles) diminuerait de 40 % les risques de développer la maladie de Parkinson, et ceci seulement chez les hommes. L’auteur principal de l’étude (Dr X. Gao, Harvard School of Public Health) conseille à la population d’inclure ces fruits dans l’alimentation. D’autres aliments sont également à privilégier, à savoir les aubergines et les haricots noirs (source : Neurology).