Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Dictionnaire




Méthode permettant de visualiser des tissus de l’organisme tels que les régions du cerveau. L’IRM utilise les propriétés des ondes électromagnétiques. Soumis à un champ magnétique intense, les atomes appelés protons présents dans les noyaux d’hydrogène de l’organisme s’orientent dans le même sens. Lors de l’examen, le champ magnétique est modifié, ce qui modifie l’orientation de ces atomes et provoque leur résonance. Les signaux émis lors de ce phénomène sont traités pour donner une image haute définition.

L’IRM quantitative permet de mesurer le volume des structures cérébrales. La maladie d’Alzheimer se caractérise par une atrophie (baisse du volume) des zones du lobe temporal (ex. l’hippocampe), reflétant une perte neuronale.

L’IRM fonctionnelle (IRMf) met en évidence un mauvais fonctionnement des structures du lobe temporale (hippocampe, cortex entorhinal) dans la maladie d’Alzheimer, qui se traduit par une baisse de l’activité des synapses (synapses : zones de contacts entre les neurones). Une hyperactivation des synapses dans les lobe frontal et temporal median peut être observée chez des sujets à risque (en particulier les patients souffrant de déficit cognitif léger), reflétant un phénomène de compensation. En d’autres termes, le sujet compense ses pertes légères de mémoire par une activation accrue des zones neurones non encore touchées.

TEP PIB

Légende : vue horizontale d’un cerveau gauche et droit d’un patient Alzheimer, avec quantification des plaques amyloides (Fig A), et estimation du volume (Fig B) et du métabolisme (Fig C). Les zones en rouge reflètent la présence élevée d’amyloide (Fig A). Les zones en bleu reflètent une atrophie évaluée par IRM quantitative (Fig B). Les zones en rouge et en jaune reflètent une baisse du métabolisme évaluée par tomographie par émission de positon ou TEP (Fig C).