L’inflammation jouerait un rôle important dans la maladie d’Alzheimer

Actualités

Des chercheurs ont constaté que les personnes qui présentaient des lésions caractéristiques de la maladie d’Alzheimer – sans pour autant être diagnostiquées – avaient une quantité plus importante de biomarqueurs de l’inflammation dans le sang, signe d’un mauvais système immunitaire.



Cette étude offre de nouvelles perspectives sur la façon dont le cerveau et le reste du corps communiquent.

La découverte apporte un éclairage nouveau sur la pathologie de la maladie d’Alzheimer ainsi que sur la communication entre le cerveau et le reste du corps. Les résultats ont été publiés dans le Journal of Alzheimer’s Disease.

Les scientifiques savent depuis longtemps que :

    • la pathologie liée à la maladie d’Alzheimer peut se développer avant que les symptômes cliniques de la maladie d’Alzheimer n’apparaissent et que
    • l’inflammation soit une composante essentielle de la maladie.

    Des études antérieures ont associé les niveaux de marqueurs inflammatoires dans le liquide céphalo-rachidien (LCR) et le sang et la présence d’un déclin cognitif léger.

    Les niveaux élevés de marqueurs inflammatoires peuvent être présents des décennies avant que les symptômes de la maladie d’Alzheimer apparaissent.

    Les chercheurs ont voulu savoir si les marqueurs de l’inflammation présents dans le plasma sanguin reflétaient l’inflammation du système nerveux central (appelée neuroinflammation).

    « L’un des deux principaux objectifs de notre étude était d’évaluer l’association entre les marqueurs inflammatoires dans le LCR et le plasma pour clarifier comment les marqueurs inflammatoires plasmatiques reflètent l’inflammation du système nerveux central », a déclaré l’auteur principaale B. Bettcher de l’Université du Colorado.

    Son équipe a testé des échantillons de sang et de LCR provenant de 173 adultes d’âge moyen. Les participants étaient des adultes en bonne santé en ce sens qu’ils n’avaient aucun symptôme clinique de la maladie d’Alzheimer, bien que certains d’entre eux avaient des antécédents familiaux de démence.

    Les scientifiques s’attendaient à ce que les marqueurs de l’inflammation dans le LCR soient des prédicteurs plus fiables de la pathologie liée à la maladie d’Alzheimer et des lésions neuronales que ceux présents dans le sang.

    En effet, il faut rappeler que le cerveau est séparé de la circulation sanguine par une « protection » appelé barrière hémato-encéphalique.

    « Les résultats de notre étude suggèrent que bien que les marqueurs de l’inflammation du LCR soient de puissants prédicteurs, les marqueurs inflammatoires du sang le sont aussi ».

    « De mon point de vue, on avait le sentiment que le sang et ce qui se trouve à la « périphérie » ne sont pas liés au cerveau et que le cerveau et le reste du corps sont complètement séparés ».

    « Je pense que de plus en plus d’indices suggèrent que le cerveau et le corps communiquent. Notre étude montre que les marqueurs de l’inflammation dans le sang peuvent nous dire ce qui se passe à l’intérieur du cerveau. »

    Des études animales récentes ont montré une forte relation entre l’inflammation élevée et la propagation des protéines tau, qui sont associés à la maladie d’Alzheimer.

    Dr. Bettcher a déclaré que les nouveaux résultats pourraient éventuellement servir d’objet à des études plus approfondies visant à développer un test sanguin pour détecter les biomarqueurs de l’inflammation des années avant l’apparition des symptômes de la maladie d’Alzheimer.

    Elle rajoute que l’étude souligne également que l’infammation joue un rôle précoce dans le vieillissement et la maladie d’Alzheimer. Bettcher a également souligné que même si les participants avaient des niveaux détectables de marqueurs associés à la maladie d’Alzheimer et des marqueurs de lésions neuronales dans leur LCR, la présence de ces marqueurs ne signifie pas qu’ils développeront nécessairement une maladie d’Alzheimer.

    Source : B. Bettcher et coll. Cerebrospinal Fluid and Plasma Levels of Inflammation Differentially Relate to CNS Markers of Alzheimer’s Disease Pathology and Neuronal Damage. Journal of Alzheimer’s Disease, 2018; 62 (1): 385.