Dysarthrie

Maladies

Définition

La dysarthrie est un trouble de l’élocution ayant pour origine une dégénérescence d’un muscle ou de certaines structures cérébrales. Dans ce dernier cas, ces structures touchées sont le bulbe rachidien ou le cortex.



Ces dysrathries surviennent suite à une sclérose en plaques (une maladie neurologique) ou un AVC.

Il existe d’autres maladies neurologiques caractérisées par des troubles moteurs (ex maladie de Parkinson, maladie de Huntington) et qui entraînent une dysarthrie. Seule l’expression est altérée.
La dysarthrie n’est pas due à une atteinte des organes de la phonation (langue, lèvres, palais) et doit être différenciée de l’aphasie, qui est un trouble du langage oral et/ou écrit affectant l’expression et la compréhension du langage (l’aphasie se rencontre notamment dans la maladie d’Alzheimer).

Les patients atteints de dysarthrie ont une faiblesse, une lenteur ou une incoordination au niveau de la respiration, de l’articulation, de la phonation, du débit, et/ou de la prosodie (intensité et durée du son).

Les différentes formes de dysarthrie

Voici la classification des dysarthries avec entre parenthèses les pathologies.
1. La dysarthrie spastique (AVC).
2. La dysarthrie flasque (neuropathies innervant les muscles effecteurs de la face par exemple).
3. La dysarthrie ataxique (atteinte du cervelet).
4. La dysarthrie hypokinétique (maladie de Parkinson).
5. La dys
arthrie hyperkinétique (maladie de Huntington).

6. Les dysarthries mixtes (traumatismes crâniens, sclérose en plaques, sclérose latérale amyotrophique).

Comment évalue-t-on les dysarthries ?

Echelle GBRAS

GRBAS est l’acronyme de Grade, Breathness, Roughness, Asthenicity et Strain.

G (pour Grade) : quelle est l’impression générale de la qualité de la voix?
R (pour Roughness) : la voix est-elle raucailleuse?.
B (pour Breathness) : un souffle est-il audible quand le patient parle?
A (asthenicity) : il y a-t-il une impression acoustique d’asthénie?
S (strain) : il y a-t-il une impression acoustique de forçage?

Ces cinq paramètres sont notés de 0 (voix normale) à 3 (altération maximale de la voix). La cotation est relativement aisée sur la raucité et le souffle, mais elle s’avère difficile pour ce qui concerne l’asthénie et le forçage.

Evaluation perceptive de la dysarthrie

Elle regroupe 32 critères relatifs au volume et au timbre de la voix, la respiration etc. Une échelle note la sévérité du critère (0 : pas d’anomalie, 4 : anomalie sévère).

Mesure de l’intelligibilité

Plusieurs tests traduits de l’anglais ont été mis au point pour évaluer si le message est audible: le Frenchay Dysarthria Assessment (FDA), l’Assessment of Intelligibility in Dysarthric Speakers (AIDS), l’Evaluation Clinique de la Dysarthrie (ECD), ou le Test Lillois de Communication (TLD).

Examens complémentaires

Il existe des instruments qui effectuent des mesures acoustiques et aérodynamiques de la parole. Par exemple, l’appareil d’Evaluation Vocale Assistée enregistre certains paramètres physiologiques de la voix et de la parole (intensité, hauteur, débits d’air, pression).